Régime

Mardi 25 octobre 2005

Grosses journées sur « La désobéissance » de Patrick Volson. Le Bauer que je campe est assez fragile et semble dérouter. Comme un enfant, j’attends qu’on me dise « c’est bien ». Et ça ne vient pas.

 

Mais sur ce coup, je ne m’inquiète pas trop. J’ai le sentiment de pratiquer un jeu quelque peu bizarre, décalé, presque faux. Ça passe sur la longueur mais, quand on ne connaît pas, je comprends les interrogations (qui sont aussi miennes). J’ai bien conscience que tout le monde n’aime pas mais il m’est impossible de faire autrement.

 

Encore deux jours à Strasbourg. Mes collègues doivent me trouver bêcheur car je ne les accompagne plus dîner le soir. Il faut me comprendre. Pour la cantine du midi, ce sont des Pyrénéens qui nous mitonnent des plats très copieux, excellents et peu légers. Et comme, le soir, mes amis acteurs ont un goût très affirmé pour les bonnes tables alsaciennes (qui sont nombreuses) et pour le bon vin, je suis contraint de choisir entre kilos conviviaux et solitude linéaire. Bon, demain, je les accompagne quand même! Savoir ménager la chèvre et… le choux.

 

Le doublage d’Indigènes est avancé au 4 novembre. Ça approche, ça approche…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Régime

  1. Laurent dit :

    J’ai beaucoup aimé « la maison de Nina », en partie grâce à Agnès Jaoui. J’espère que vous aimez Strasbourg, c’est une ville superbe ! (je suis alsacien…) Et j’irai courir voir « cache-cache »… Bonne continuation, vos articles sont très intéressants.

Les commentaires sont fermés.