Merci, Heure d’hiver !

Dimanche 30 octobre 2005
Voilà que « Chiche » mon second court-métrage en tant que réalisateur a été sélectionné au festival d’Atibaia au Brésil. Bon, d’accord, c’est le film que j’avais réalisé pour le festival de Contis en conséquence du prix que j’y avais remporté l’année précédente et que, c’est le festival de contis qui m’a proposé dans le cadre d’un jumelage de leurs deux festival. J’irais bien au Brésil en janvier, moi !

Vu hier « Les amants réguliers » de Garrel, encensé par la critique. Je ne suis pas poujadiste, populiste, UMP, totalement idiot, allergique aux plans-séquences en noir et blanc mais je me suis vraiment beaucoup ennuyé. Deux raisons à cela : la première est que je suis de la génération qui a été profondément déçue par ses aînés qui n’ont pas été foutus de réussir une révolution à portée de leur main et qui sont aujourd’hui les fabricants d’opinions molles. Par conséquent, la nostalgie de 68, je la laisse aux critiques. La deuxième est cinématographique. Les plans-séquences fixes qui durent des plombes sur trois figurants qui vont jeter une barre de fer sur une bagnole en feu avec en premier plan deux rigolos casqués, ça ne provoque strictement rien chez moi et je mets au défi quiconque de me dire quelle émotion il en retire. Et puis il y a les anachronismes à gogo, la fausse beauté superficielle et démonstrative des images contrastées, cette histoire qui se devine… Quelques bons moments émergent. C’est la moindre des choses. Bref, trois heures, c’est long. Heureusement que le passage à l’heure d’hiver nous en a rendu une !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.