En quelques mots de surface

Samedi 24 juin 2006

Il y a deux jours, je suis allé présenter "Un An" de Laurent Boulanger à Mont de Marsan (sortie nationale le 28/06). Au passage, Monsieur le Conseiler Général m’a remercié de prêter ma notoriété au festival de Contis. Notoriété… j’avais oublié. J’occupe chaque jour les colonnes de Sud-Ouest. Ma grang-mère va exploser sa collection.

Le film a visiblement quelque peu bousculé les spectateurs montois. Certains venaient y retrouver leurs Landes et les ont vues sous le regard d’un personnage égaré. C’était plus Leurs Landes…

Le lendemain, même exercice à Bordeaux. Accueil très chaleureux et familial à l’Utopia. Fatigants mais agréables, ces deux jours en compagnie de la petite équipe!

Ce matin, retour pour Contis. J’y faisais une lecture d’Occident de Rémy De Vos avec Véronique Beylaucq. Quel beau texte. Quel succès!

Après une sieste bien méritée, je vais me faire une soirée de festivalier qui n’a rien d’autre à foutre que voir des films, des spectacles et boire des verres.

Demain soir : avant-première incroyable d’Indigènes! Vous n’imaginez pas à quel point il me tarde de voir quel accueil le film va recevoir ici…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour En quelques mots de surface

  1. Eugénie dit :

    Plein de bonnes choses pour toi !! Gros bisous

  2. Guy Gauthier dit :

    Extrait de L’Est Républicain de ce week-end (…) Après la polémique sur le rôle positif de la colonisation et le débat salutaire qui l’a suivi cet hiver, après la consécration cannoise des Indigènes de Rachid Bouchareb au printemps, la France continue de regarder son passé dans les yeux. Hier, c’est le président de la République Jacques Chirac qui, à l’occasion du 90e anniversaire de la bataille de Verdun, est venu inaugurer officiellement le monument (enfin) érigé à la mémoire des dizaines de milliers de soldats musulmans tués lors de la Première Guerre mondiale…

  3. Il m’a dit dans sa lettre son attachement à la restitution de cette histoire… A plus, Guy!

Les commentaires sont fermés.