L’implacable régularité de la mécanique temporelle

Samedi 19 août 2006

Théoriquement, le planning d’Indigènes me prends non stop jusqu’à mi-octobre (il y a aussi une tournée Magheb/Afrique). Je parle du planning officiel, sans ternir compte des demandes qui me sont adressées directement. Si je continue à me poser des questions, à essayer d’envisager de tout faire, je vais passer mes nuits à rêver d’horaires SNCF et d’organisation impossible, renoncer à tout boulot, aménager dans mon appart en 2007… Un jour peut-être, je saurai être maître de mes décisions.

Hier après-midi j’étais chez notre attaché de presse pour répondre aux réponses de Studio et l’Express. J’espère que je n’ai pas trop dit de conneries. En tout cas, c’était un moment sympathique.

J’ai ensuite passé la soirée avec Mathieu Simonet (Leroux dans Indigènes) et son amie qui est comédienne et qui va jouer avec moi dans la Brocante. On n’a pas manqué de sujets de conversation !

Aujourd’hui, je vais tenter d’éclaircir les histoires d’agenda, voir comment je peux toujours être jury du festival Cinespana de Toulouse et tourner dans le court métrage dont j’ai parlé.

Brocante

Jeudi 17 août 2006

La première journée de tournage de Louis La Brocante s’est très bien passée. Une équipe des plus sympathiques et des partenaires plus qu’agréables. Mon personnage se dessine sous des traits de petit escroc aux allures de gitan, chemise ouverte sur chaîne dorée. Patron d’un petit garage, on forme un duo presque comique avec le mécano (c’est moi le clown blanc). Comme Victor L. n’était pas là cet après-midi, des badauds m’ont demandé de signer des autographes en se demandant qui je pouvais bien être. C’est la première fois que vous tournez ? (Pour la dame qui me demandait ça, il semblait ne pas exister grand-chose en dehors de LLB)

La rencontre de la veille avec la réalisatrice d’un court métrage qui devrait se tourner début octobre s’est très bien déroulée. Super feeling, plaisir de direction et de recherche. On s’est vraiment amusé, avec Salomé S. qui jouera ma fille (je vais retourner avec son père dans le film de Philippe Ramos).

J’ai une envie folle et un immense plaisir de tourner, pour les courts, la télé, les longs, sans me soucier de ces histoires de palme… simplement travailler !

5 4 3 2 1… partez!

Mercredi 16 août 2006

A partir d’aujourd’hui, c’est parti pour le grand marathon ! Je compte mes jours de libre jusqu’au 6 octobre et ça fait peu. Même si j’ai les clés de mon nouvel appart le 4 septembre, je ne peux compter y habiter avant fin octobre (juste le temps de passer un coup de peinture).

Dans 10 minutes, je pars rencontrer la réalisatrice d’un court métrage dans lequel je devrais jouer un père dépassé (un de mes créneaux). Dans l’après-midi, départ pour Lyon et Louis la brocante ! Demain sera une première journée de tournage bien remplie. J’y joue un garagiste un brin escroc.

C’est la rentrée !

Lundi 14 août 2006

Il faisait bien beau dans ce petit coin de Dordogne. Curieux mélange de tourisme amical, vacances familiales (un de mes fils était avec nous) et tournage DV. On aura au moins passé de bons moments. Quant au film que nous avons tourné, il sera tout aussi curieux. Mélange de scènes de pédalos et bateaux électriques, catch sur la place du village, bal avec orchestre, le tout en suivant les aventures de Pamella (Emilie), Elisabeth (Guilaine), Angélo (Paul) et José (votre serviteur). Quand Hélène montera ça, elle devrait à la fois s’amuser et s’arracher les cheveux pour trouver une cohérence.

Cela dit, je confirme (au risque de déplaire à Isabelle) que je ne pourrai plus vivre à la campagne. On nous regardait comme des martiens. La réception d’un hôtel dans lequel nous tournions une séquence nous a appelé pour s’inquiéter de nous savoir aussi nombreux dans une chambre. Ils s’imaginaient forcément une partouse ou bien que le surnombre venait prendre un douche gratis. Prendre le risque de perdre des clients en livrant tout cru ses fantasmes et sa pingrerie est bien peu commerçant… d’ailleurs, on a changé d’hôtel !

A part ça, je n’ai pas été pris sur deux projets de long métrage et sur un téléfilm. Il me tarde qu’Indigènes sorte pour arrêter de nager en rond avec ma palme. A propos, je vous passerai les dates des avant premières auxquelles nous assisterons tous les 5.

Faux départ

Lundi 07 août 2006

Dépassé par les événements, j’ai retardé mon départ à demain matin à la première heure et avancé mon retour d’un jour. Pas stressé, le mec !

Pas de réponse des deux derniers castings importants. C’est mort.

Pour rester dans un optimisme très raisonnable, une des leçons que je tire de Locarno est qu’il ne sert à rien que l’on m’envoie seul en promo. Ce qu’attendent les spectateurs, c’est de voir les Indigènes. Quand je suis avec eux, c’est très bien. J’apporte comme je peux mon regard de non Indigène, de palmé improbable. Mais seul, je ne sers pas à grand-chose…

Bon, je pars avec l’accordéon (préparation au film de Ramos), ma guitare (préparation à tour de chant et conneries filmées) et le scénario de Louis Page. Des vacances comme je les aime. Heu… j’aime aussi celles où l’on fout absolument rien. Mais pas trop souvent !

Congès d’été

Lundi 8 août 2006

Allez, un peu de vraies vacances ! Enfin, avec amis réalisateurs et acteurs, petites caméras… Vacances actives, disons. A vite (s’il y a des connections Internet au bled) !

Marseillaise

Samedi 5 août 2006

De retour de Locarno. Nous avons été tellement pris par les obligations de presse, que nous avons eu peu de temps à nous. Ce n’était pas vraiment des vacances. En même temps, il ne s’agissait pas de ça…

Vu de l’étranger, Indigènes est une leçon infligée à cette France tellement arrogante et donneuse de leçon. Etant français, je ne peux m’empêcher de penser que Suisses et Italiens feraient bien de balayer devant leur porte. Comme quoi, le patriotisme peut se réveiller chez les plus « rebelles »…

Locarno…

Vendredi 4 août 2006

La Piazza Grande, 6.000 spectateurs, écran géant, son monstrueux… Indigènes est aussi un film de guerre: Chaque projection est réellement différente, comme au théâtre. Hier soir, Jamel était très bon.

Bon… je finirai demain, avec un clavier francais….

Allez, on va bouger un peu!

Mardi 1er août 2006

Journée de dingue. Je ne ferai pas la liste des choses faites. Mais en dehors des taches administratives et ménagères, j’ai dû graver Scopitone sur DVD pour l’envoyer à mon futur co-metteur en scène, passer une visite médicale dans le 15ème (le fameux Zucca…) et j’ai terminé par un casting dans le 8ème pour un film dont les dates pourraient aussi tomber en même temps que les autres…

Demain, je pars à la première heure pour Locarno. Des semi-vacances Indigènes (sans les Indigènes puisque je suis le seul acteur avec Rachid).

Promis, je trouverai un cybercafé ! Bonnes vacances à ceux qui en prennent !