Des films

Samedi 30 septembre 2006 3 films espagnols dans la journée. Il n’y a pas qu’Almodovar! Content de découvrir plein d’acteurs inconnus (même si d’un film à l’autre on fini par en recroiser). Ma fonction de membre du jury m’interdit de commenter les films mais il y en a déjà trois sur cinq qui présentaient un intérêt certain dont un qui, je l’espère, sera distribué en France. Je ne me lâche pas trop car il y a des membres d’autres jurys qui vont lire le blog… La chef de mon jury est Nelly Kaplan. Une drôle de dame bien drôle!

3 jours à Toulouse

Vendredi 29 septembre 2006
Arrivé ce matin avec une crève pas possible pour le festival Cinespana de Toulouse pour lequel je suis jury jusqu’à lundi. L’idée, c’était de ne pas retomber illico dans « la vie normale ». Comme un sas.

Vus deux films dans l’après-midi. Il semblerait que nous ne partageons pas les mêmes points de vue. Cinq membres du jury, cinq avis. Bonnes délibérations en perspective!

Demain matin, je dors…

ça y est !

Jeudi 28 septembre 2006

La journée d’hier commence par un plateau I Télévision après une nuit beaucoup trop courte. Retour à pieds, histoire de traîner un peu dans la douceur de ce matin d’automne. Arrêt dans un magasin d’instruments de musique. Je gratouille une guitare.

Coup de fil à l’attaché de presse pour lui dire que l’émission s’est bien déroulée. « Rejoins-nous, on attend les chiffres ! ». Et me voilà reparti dans le secteur des Champs Elysées. Salon d’un hôtel. Rachid est là, Hassan, Jean (le producteur), Stéphane (le distributeur). Analyse des premiers chiffres, projection sur la journée. Rachid et moi sommes les plus fous. Cet emballement énerve Stéphane qui craint que nous soyons déçus. Je n’ai pas trop d’échelle de valeur en matière de chiffres mais il semblerait que ce soit bien parti.

Dépêche AFP à la sortie du conseil des Ministres. On a vraiment gagné. Le film va avoir une incidence concrète sur ces tirailleurs à qui nous rendons hommage. Peut-on rêver mieux ?

On nous prête une chambre pour que l’on puisse suivre les JT. Indigènes et les pensions ouvre tous les journaux du midi ! Je vous laisse deviner notre bonheur.

Le temps d’un club sandwiche et je pars vers France Télévision avec Rachid pour l’émission « Islam ». Ambiance feutrée. France Inter dans la foulée. Ambiance rigolarde bobo. Radio Nova pour finir. Ambiance potes, comme à la maison.

Le temps d’une aspirine et direction la soirée chiffres. C’est très bon. La province est très forte (sauf Bordeaux qui a la tête au foot). On devrait avoir fait 130.000 entrées ce premier jour. Et le public sort heureux des salles. La rencontre a lieu.

Gueule de bois ce matin. Gros rhume et mal de tête. Il va falloir se réveiller doucement pour être en forme ce soir pour l’enregistrement de l’émission de Guillaume Durand (diffusion demain sur France 2).

Quelle aventure !

J – 1

Mardi 26 septembre 2006

L’officielle s’est bien passée mais ça s’est déroulé de telle façon que je n’ai pas pu caser mon petit discours plein de merci. On trouvera bien une autre occase…

A vos téléviseurs! : Je serais ce soir sur « Ce soir ou jamais » (France 3), demain matin à 9h00 sur I Télévision et jeudi soir chez Guillaume Durand. Vous allez en avoir marre des Indigènes !

A la une, à la deux, à la trois…

Lundi 25 septembre 2006

Sérieux, vous avez vu Libé d’aujourd’hui ? La une et trois pages sur Indigènes qui a fait craquer Chirac ! Ami du blog, tu me trouveras en plus en grosse photo, en pleine une, aux côtés de Roschdy…

Allez, ce soir c’est l’avant-première officielle. Je vais préparer un petit discours pour la réception de la palme. Le cœur léger.

On aura servi à quelque chose !

Dimanche 24 septembre 2006

On croyait avoir tout vécu dans le genre. Avant-première très impressionnante au Grand Rex, rien que pour des enseignants. 2.000 ? 3.000 ? Je n’ai jamais vécu des applaudissements d’une telle force. Vous connaissez cette salle ? Vue de la scène, c’est « énorme », comme ils disent. Dans toute la France, aujourd’hui, Indigènes était projeté à l’Education Nationale.

A l’intérieur, on sent que la première approche. Tout le monde est nerveux, anxieux, à fleur de peau.

Au fait, Chirac a demandé à Breton de trouver un budget pour l’indemnisation des anciens combattants coloniaux. On a déjà obtenu ça ! (Voir la une Libé lundi 25 : "Indigènes fait craquer Chirac")

J – 4

Samedi 23 septembre 2006

Finalement, le prix, c’est à l’avant-première officielle (VIP) que nous le recevrons. Néanmoins, la soirée lyonnaise à l’institut Lumière fût mémorable. Accueil chaleureux, projection de petits films Lumière (dont le premier film de l’histoire du cinéma sur les lieux où il a été tourné), plaque à l’effigie de Rachid sur le mur des cinéastes.

Le compte à rebours est lancé. Dans le train de l’aller, nous nous sommes livrés au jeu des paris sur le nombre de spectateurs.

Diplôme

Vendredi 22 septembre 2006

Ce qui ressort des avant-premières d’Indigènes, c’est que le film touche toutes les strates de la population et que le message qu’il délivre va bien au-delà de la page d’histoire qu’il restitue. Depuis trois semaines maintenant, nous parcourons les routes de France, tels des évangélisateurs prêchant la bonne parole. Mais il ne faut pas oublier que sous le sujet, il y a un film et, derrière les personnages, des acteurs…

Aujourd’hui, on commence par des lycéens à Malakoff et on termine à Lyon où l’on va nous remettre à chacun le prix d’interprétation (il n’y en avait qu’un à partager, à Cannes).