On tourne en rond…

Le rendez-vous de ce matin s’est bien passé. C’était avec un monsieur dont le nom est celui du petit papier que l’on doit joindre impérativement à une demande de prélèvement automatique et le théâtre a le même nom que ces éléments de voiries en vogue dans les zones périurbaines. Il en est ressorti qu’il viendrait voir le spectacle en février à Bordeaux pour une programmation dans la saison 2007/2008.

Pas mis le nez dans le chantier. Une petite promenade dans les rayons de Casto. Repérage de matériaux.

Demain, je regagne mon Sud-Ouest pour quelques jours de vacances.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour On tourne en rond…

  1. Laure dit :

    Super bien trouvé le coup de la demande de prélèvement et des éléments de voirie ! Vivement votre spectacle !!!!! Laure

  2. Guy Gauthier dit :

    De Indigènes à l’Affaire Villemin   Samedi 28 Octobre 2006, © L’Est Républicain  Haute-Saône   Les hommes de La Vallée   C’était «  La Vallée  », c’est devenu « L’affaire Villemin ». C’était un projet de fiction, c’est devenu un véritable examen de conscience douloureux, à travers le petit écran, de l’un des faits-divers les plus marquants des trente dernières années. Pour les Hauts-Saônois, Lépanges-sur-Vologne, c’est à un saut de puce, de l’autre côté de la crête vosgienne, à quelques… vallées près. La presque gémellité, la proximité entre les Vosgiens et nous, replace au hit-parade des souvenirs ce drame atroce. Évidemment, le tournage a affronté quelques réticences : voir associer sa commune à ce film n’a peut-être rien de reluisant. Pourtant, ne faut-il pas dépasser ce stade et voir aussi en ce film dénué de voyeurisme une véritable oeuvre de fiction (encensée d’ailleurs par la majorité de la presse nationale) ? C’était en tout cas la base du projet présenté à la commission cinéma de la Région Franche-Comté en 2005. Présidée par Pierre Arditi, elle avait décidé -après un long débat et à une voix près- d’octroyer 100.000 € au film. Quelques lettres d’insulte ont été reçues au Conseil régional pour contester cette contribution. Pour mémoire, « Indigènes » avait obtenu exactement la même subvention. Le battage autour des deux films, le soin apporté à dire qu’on les a soutenus financièrement, n’a vraiment rien de comparable. On peut le comprendre…   Xavier FRERE

Les commentaires sont fermés.