Bonjour Monsieur Martinez !

Mardi 31 octobre 2006

Finies les vacances ! J’ai remis les pieds dans mon « chantier ». Devant les problèmes de plomberie, je fais finalement appel à un plombier (il y a des histoires de gaz et de soudures…). Ça vous fait une belle jambe ? Tant mieux pour vous!

Sinon, pour revenir sur les effets secondaires d’Indigènes, il y a celui qui fait qu’on me parle dans la rue. Se retrouver dans la peau d’un acteur reconnu, c’est un peu comme vivre la situation de l’instituteur d’un petit village qui va faire ses courses au Super U. Sauf que le village, c’est toute la France. Vous voyez ce que je veux dire ? Ego flatté, sympathie mais un léger manque d’intimité. Je comprends pourquoi les gens connus vivent en troupeau et se reproduisent entre eux. Dans le groupe, les effets se divisent pour chacun.

Bon mais il va falloir que je m’active sérieux sur la peinture car l’acheteur de l’appart que j’occupe en attendant veut signer vers le 20. Ce qui signifie que je dois avoir déménagé à ce moment…Pas le temps de flaner sur les trottoirs, en quête de reconnaissance!

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Bonjour Monsieur Martinez !

  1. Guy Gauthier dit :

    Pendant que certains regardent les peintures, d’autres vont sur place voir si le décor est encore debout… je suis allé entre Bains les Bains et Fontenoy le Château me rendre compte avec mon épouse de l’endroit du tournage d’Indigènes. J’suis même monté dans une chambre voir si Bernard n’était pas encore en train de mourir dans son pieu mais il n’y avait personne que des détritus et un sac de couette « Couette Impérial Camel » avec des bouteilles de coca… En tout cas ça mérite vraiment un coup de peinture là-bas à la limite des Vosges…

  2. Une quête malgré soi, comme dans un jeu de rôle improvisé – et sans jeux de mots.

  3. T’as pris des photos ?

  4. Guy Gauthier dit :

    Non il n’a pas prit de photos… avait oublié son appareil… mais Bernard Blancan était-il dans ce coin perdu du bout du bout et dans cette chambre ? A t-il tourné dans ce hameau ? et combien de temps est-il resté là-bas ? où dormait-il ? Où mangeait-il ? dans quelle maison s’est-il éteint l’artiste ?… avant que de renaître dans un autre film, fringant comme jamais… ha le cinéma !

  5. serge barande dit :

    Manquerait plus que ton plombier s’appelle Martinez… pour t’apporter un peu de diversité ! Au fait « ton » Martinez, avait-il un prénom autre que « Sergent » dans le scénar ?

Les commentaires sont fermés.