Pré bilan

Mardi 26 décembre 2006

Petit retour sur certains articles précédents, suite à un courrier d’une jeune lectrice.

Oui, en effet, j’ai été gonflé de reprocher à ceux qui n’avaient pas vu le film de me féliciter. On est bien d’accord : c’est de la mauvaise foi ! Juste le mec vexé que tous ses copains n’y soient pas allés. On est dans le problème d’ego et c’est peu louable. C’est du petit. Du mesquin. Du tout moi, par endroit. Du comme tout le monde, quoi…

Mais vous l’aurez compris (je n’arrête pas d’y revenir), le but du jeu, c’est de témoigner du quotidien d’un acteur, histoire de casser les images toutes faites. Puisqu’il m’est arrivé de passer à la télé, vous m’avez vu avec des chemises que je ne porte jamais, maquillé, essayant de dire des choses intelligentes. Une image favorable qui est loin de la vraie. Le Blog, c’est une façon de la compléter, sans trop de maquillage. Et en disant « je suis comme tout le monde » j’essaie de parler des autres à travers mes propres maux. J’ai bien conscience qu’il peut y avoir quelque chose d’indécent à évoquer un rhume quand d’autres sont vraiment malades ou SDF. Désolé, c’est ma réalité. Je ne suis pas un héros.

Vous aurez pu lire que j’avais vécu l’expérience d’Indigènes avec beaucoup de fierté et d’engagement. Dès Cannes, on se sentait investi de la force des Justes, de ceux ont raison de toute façon, de ceux par qui la vie d’autres personnes va changer. Il y a eu cette reconnaissance de tous ceux à qui on a restitué un pan de la mémoire collective. Il y a eu cette affaire des pensions…

Et puis le temps passe, on a beaucoup, beaucoup donné, on y a laissé des plumes, on s’est griffé aux clous qui dépassent sur l’envers du décor mais la vie reprend son cours. Après un gros coup de fatigue physique et intellectuelle (c’est valable pour tous les Indigènes), chacun doit repartir et rouler pour lui-même. On change de dimension…

Mais bon, qui sait, il y aura encore quelques come-back. Indigènes aux Césars et aux Oscars, on le saura entre le 20 et le 24 janvier. Et comme les deux cérémonies ont lieu les 24 et 25 février, je ne sais pas comment Rachid ferait pour se départager. Pour ma part, je serai en tournage le 23 et le 26 dans le sud. Si par miracle… je trouverai bien le temps de me libérer mais mieux vaut ne rien attendre.

Vive 2007 et ces choses à venir qu’on n’imagine même pas! Celles que l’on connaît et les autres que l’on espère sont déjà belles. On pourrait avoir la sagesse de s’en contenter. Ce toujours plus, c’est peut-être ça le moteur des alouettes !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pré bilan

  1. D&D dit :

    J’adore ce billet. Je crois que j’en comprends la nécessité : prévenir ou guérir les malentendus. Mais bien sûr, c’est ce qui rend ce blog si précieux, aussi : la volonté de réduire les petits arrangements avec soi-même. Et le vrai/beau mystère des êtres et des acteurs n’a rien à voir avec le fard, je crois… En tout cas merci, pour ce travail régulier ici.

  2. Bernard Blancan dit :

    Merci D&D de ces commentaires à rebour et pour leur qualité.

Les commentaires sont fermés.