César et Rosalie

Allez, du César à chaud !

Dimanche 25 février 2007

J’avais oublié mes godasses avec le décor d’Enfin Disponible. Obligé de m’en acheter dans la boutique en bas de chez moi (vraiment pas cher), quelques minutes avant le départ. Arrivée au Châtelet entièrement non fumeur. Avant la cérémonie, on va s’en griller une près des toilettes, vite imités par d’autres. Un monsieur de la sécurité se montre compréhensif tout en faisant son boulot.

J’avais essayé, à plusieurs reprises, de préparer un mini discours rigolo au cas où Rachid remporterait le César du meilleur film et nous invite à monter sur scène. Je voulais quelque chose de court et de rigolo mais je n’arrivais à rien formuler. Je vous jure que j’ai essayé. Sur papier, même. En fait, si je n’y arrivais pas, c’est que je sais que l’immense majorité de la profession (qui vote pour les César notamment) n’a pas vu le film. Je le vérifie chaque jour. Encore ce soir. Hier, d’ailleurs, on a eu un débat à l’hôtel avec l’équipe du tournage provençal. Un des acteurs m’expliquait qu’il avait eu envie de voir le film mais qu’avec le trop de médiatisation, le consensus politique, le sentiment d’auto flagellation qui pouvait émaner du propos, il se sentait obligé d’y aller. Et donc, il n’avait plus envie.

Très français comme comportement. Très parisien (le film a beaucoup mieux marché en province). Très professionnel de la profession.

Allez expliquer ça avec un bon mot, vous ! Qui plus est pour une fête de la profession. Vous allez forcément paraître amer. Allez expliquer que vous êtes plus qu’heureux d’avoir reçu la récompense suprême pour un acteur (à part un Oscar), décernée par un jury international mais que vous ne voulez ni travailler en Chine ni aux States mais en France et que, pour ce faire, il faudrait que les professionnels français aient vu le film.

Bon mais la situation n’est pas dramatique. En avril, dès que le film sort en DVD, je l’envoie une flopée à tous les réalisateurs, quitte à les payer de ma poche !

Bref. Rien à dire. Pas le lieu en tout cas.

Au moment de me placer dans la salle, je constate que je suis au second rang, comme l’équipe mais tout au bout. A l’écart. D’autant plus que mon nom est écrit au feutre tandis que les autres sont imprimés. Le détail que l’on peut difficilement ignorer.

La cérémonie se déroule, comme vous l’avez vu, avec le résultat que vous connaissez. Normal que je n’aie rien eu à dire puisqu’il n’y avait rien à dire.

Avant la cérémonie, déçu que Bouajila ne soit pas nominé, j’attendais pour les prix d’interprétation. Finalement, ils ont tellement été bons que ça m’a fait oublier mes regrets.

Pour le scénario, on pouvait se féliciter mais pour les autres, sans vouloir tout rafler… Bref, du n’importe quoi, osons le dire!

Après, il y a eu le repas au Fouquet’s. Délicieux et sympathique. Et puis il y a eu la party. Plus tristounet. Enfin le retour à pieds sous la pluie pour une partie  et enfin en taxi.

Demain matin, les copains s’envolent pour les Oscars. Indigènes n’est pas favori dans sa catégorie. Loin de là. Et puis s’il remporte un Oscar, les professionnels de la profession, les parisiens français pourront toujours dire que c’est un coup politique des américains. En attendant, il y a un film. Il aura sa seconde vie en DVD et une troisième à sa diffusion télé. Mais d’ici là, j’en aurai fait d’autres et je sens que le prochain film de Rachid sera plus difficile à avaler. Tant mieux.

Voilà ce que ça donne, les César, à chaud, vus d’un Indigène.

Désolé pour ceux qui ont suivi la cérémonie. J’espère que Valérie Lemercier vous a fait rire. Je l’ai trouvée super.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour César et Rosalie

  1. Sarro Philippe dit :

    Déçu forcément, en plus je t’ai à peine apperçu une fois sur le coté mais il faut dire que j’ai pas mal zapé entre la 2 et la 4 pour regarder ma passion. Marrant, il y avait Depardieu après chez Ruquier en même temps. c’est vrai que Valérie Lemercier à fait une sacré performance notamment lors de l’hommage à Oury sur la danse de Rabbi jacob (c’était pendant la mi-temps).Je n’ai pas vu le film vainqueur, mais il me semble bien gnan gnan. En tous les cas, c’est le genre de film qui me fait dormir. Mais je note un bel hommage aux intermittents par une de ses 5 Cézarisés.Pour les Oscar, j’y crois pas trop, ce serait pourtant un beau pied de nez à la proffession qui me semble bien snobinarde.Allez il y aura d’autre occasion.

  2. Guy Gauthier dit :

    Ba j’suis resté sur ma faim… c’est vrai que les autres méritaient aussi des Césars… comme « Lady Chatterley », l’adaptation pas plus et meilleur acteur peut-être pour « Ne le dis à personne », mais entre réaliser un film avec des centaines de figurants sur un terrain hostile (Indigènes) et Canet sur Paris, y pas photo. Non le problème c’est que, comme le dit Bernard, les gens de la profession n’ont pas vu le film… Je note l’inscription au feutre à l’emplacement, B Blancan… dur dur ! Et un truc énorme. Mon ingénieur son de province, qui demande trente fois moins que le type des Césars se serait sûrement suicidé après la cérémonie avec des micros pourris comme celui de Brasseur au début…    

  3. Marielle dit :

    Très consentuelle cette 32ème cérémonie, mais on ne peut passer sous silence l’excellente intervention de Pascale Ferrand à propos des intermittents. Et puis François Cluzet a rendu un hommage appuyé aux scénaristes et à leur écriture, alors tout n’est pas négatif pour Indigènes. De toutes façons l’essentiel c’est le public, non ? Alors avec 3 millions et quelques spectateurs, le but est atteint. Franchement, il n’y a rien à regretter et puis on ne sait jamais, les Américains auront peut-être un avis différent…

  4. Je sus de ton avis! b

  5. Bel hommage à Oury, non ? J’ai pensé à toi à ce moment (je rappelle aux lecteurs que Guy réalisait un court à partir d’un bout de la grande vadrouille le jour de l’enterrement du maître). b

  6. Oui, bel hommage aux intermittents. b

  7. C’est dingue ce blog parce qu’alors qu’au fond je ne te connais pas du tout ! ben je me suis fait les Césars alors que je me contente d’habitude de regarder les résultats. En plus du coup j’étais déçu de ne pas t’avoir aperçu (mais apparemment je t’ai loupé si j’en crois un commentaire ci-avant).Je n’ai pas vu Lady Chaterley mais j’étais un peu étonné de les voir rafler plusieurs Césars sur lesquels j’attendais d’autre films.Sinon pour « Canet sur Paris », je souligne que par contre j’ai vu Ne Le Dis A Personne et que j’ai trouvé que c’était un très très bon film et effectivement une excellent adaptation (l’auteur même est dithyrambique sur le sujet). J’étais tout à fait d’accord pour le montage (seul élément que j’avais reproché à Indigènes) puis François Cluzet a surpris tout le monde dans ce rôle ou il est excellent. De même j’étais content finalement de voir le César des meilleurs décors pour OS117 car le travail qui y a été fait est indéniable. J’adore l’atmosphère 50 de ce film.Bon, mais pour en revenir à Indigène, le César du mailleur scénar’ ce n’est quand même pas rien !!  Rachid Bouchareb et Olivier Lorelle on fait un chouette discours. C’est moi ou Rachid Bouchareb est vraiment un grand grand timide ? :)Effectivement Valérie Lemercier s’est très bien débrouillé dans son rôle d’animatrice de la soirée et j’ai beaucoup aimé moi aussi l’hommage à Oury. Cette scène devait paradoxalement être plus émouvante à la télé que surplace avec les gros plans sur Michèle Morgan, Danielle et Christopher Thompson…Le truc c’est que la bande-annonce de Lady Chaterlet ne m’avait pas du tout mais pas du tout envie de le voir… peut-être que c’était la bande-annonce qui était mal faite. Faudra que je le vois pour m’en assurer … mais c’est clair que très subjectivement j’aurai aimé voir Indigènes lui piquer quelques Césars :DPuis youpi pour Little Miss Sunshine que j’avais adoré !! ;)Allez hop, bon dimanche :)Chev

  8. Pierre dit :

    J’ai pas tout vu, j’ai pris en court la rediffusion à 2h30 du matin…et j’ai souvent zappé. Le seul film que j’ai vu étant « Indigénes », difficile pour moi d’être objectif, et peut-on être objectif en matière de cinéma puisque tous les films ne boxent pas dans la même catégorie. J’ai raté l’intervention sur les intermittents, mais j’ai bien apprecié la prestation de Valérie Lemercier et celle de Marlène Jobert tendre et nostalgique. Enfin, je suis ravi que François Cluzet ait eu ce « César » du meilleur acteur…Sans avoir vu le film de Guillaume Canet, cet acteur est à mon goût souvent digne d’un « César » dans nombre de ses films. Pour « Indigénes »…y a eu le scénario, et puis être selectionné pour les « Oscar », c’est pas rien non plus, je croise les doigts…

  9. Bon dimanche, Chev ! b

  10. Moi, aussi, j’ai cherché ta tête à l’écran ! bon, ben, tant pis ! je me suis sentie un peu en décalage avec les votes de la profession, mais bon ! Déçue, oui. Emue, aussi, par Rachid et son coucou à sa femme. par Cluzet, un vrai gentleman… J’attends aussi la sortie avec impatience ! autour de moi, peu l’on vu et souhaiterais le faire… J’ai adoré l’hommage à Oury, très gai ! Cet homme n’était pas triste, pourquoi pleurer sur sa mort ! Il est parti à un âge certain, après une belle vie bien remplie… Morgan a eu l’air d’apprécier… Ce soir, je veille ! Ici, ça commence à 22 h sur Canal + ! J’aimerais bien que TF1 Editions soit obligé de refaire en urgence la jaquette du DVD, si tu vois ce que je veux dire…  Gros bisous et on t’aime ! Bon tournage ! Claire Desplat

  11. Bisous Claire des pays chauds! b

Les commentaires sont fermés.