Bravo Rachid !

Lundi 26 février 2007
Ce matin à 6h15, avant de partir en tournage, j’ai allumé Canal. Je vois les copains avec un Oscar sur la table. C’est pas vrai ! Avant de faire commander du champagne à la régie pour fêter ça à la cantine, j’appelle Rachid. Et il m’annonce ce que vous savez. L’Oscar sur la table est en plastique et fait partie de la déco. Ils ont l’air fatigué. On s’y attendait.

Je me suis rendu sur le tournage, entre deux eaux. Gueule de bois. Pas à cause d’un abus d’alcool. La journée a été longue car encore assez compliquée. Mystère, c’est beaucoup de plans et d’effets spéciaux (en tout cas ce qu’on tourne en ce moment). On est sur la fin de l’histoire. La plus difficile à tourner et peut-être la moins excitante en terme de jeu d’acteur. Mais je me régale à voir se fabriquer la bête au milieu d’une équipe toujours aussi sympa.

On passe à partir d’aujourd’hui dans l’après Indigènes. Il y aura bien sûr une petite séance de rattrapage pour les retardataires avec une nouvelle sortie la semaine prochaine, la sortie du DVD début avril puis la diffusion télé. En tout cas, pour nous, c’en est fini des pressions et autres enjeux. Une sacrée expérience qui a déjà changé ma vie et celle de beaucoup.

Merci Rachid ! Bravo !
Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Bravo Rachid !

  1. Ill y a des après qui sont des commencements, non ? Moi,  je suis fière de vous tous, de mon pays et de ceux qui ont cru en lui et en sa renaissance, malgré tout, pendant cette guerre… J’ai revisionné les Oscars… Le baron avait raison, mais quand même… Un goût d’inachevé, mais les sourires, les blagues de Jamel et de Sami, et leurs yeux de gamins rlgolards… Dommage de ne pas avoir cité ton nom et celui de Nacéri… Seule fausse note d’une belle soirée… Bon tournage et courage, le « Mystère » sera éclaircit ! Bisous ! Claire

  2. LÎ dit :

    Ne dit-on pas qu’avant toute chose il y a un scénario ? Alors la récompense de samedi boucle la boucle… Une petite aussi pour boucler les oscars, elle est encore facile et moi je dis merci monsieur Woody…  » Hollywood ? C’est une usine où l’on fabrique 17 films sur une idée qui ne vaut même pas un court métrage… » Et puis je dois dire que dans  » Comme une image  » c’est vrai que tu étais un peu…  🙂  bon c’est une vilaine blague… Mais il y a des images et puis il y a des regards… Et puis des êtres que l’on voit de l’intérieur…. oui je sais…. :)Un sourire et des bises….

  3. Des bises souriantesb

  4. Les fausses notes sont noyées dans la symphonie.b

  5. Laurence dit :

    le succès « d’Indigènes » vaut bien toutes les statuettes et je pense que c’était une bonne chose de récompenser Pascale Ferran, ça lui assurera une carrière plus longue. Donc haut les coeurs, tout le monde est content et comme disait Jean Luc Godard en refusant l’ordre du mérite « D’abord, je n’ai aucun mérite et je n’ai d’ordre à recevoir de personne! ». A +

  6. jean.luc dit :

    on te sent mélancolique, en parlant « d’après Indigènes », mais au fond « Indigènes » va rester présent trés longtemps pour toi et pour beaucoup de gens , j’espére. et pourtant il incontestable qu’il y ait eu pour toi un avant et un après. j’ai aussi trouvé que ton nom était un peu absent des Oscars. mais c’est surement pour t’évité de prendre la Grosse Tête !!! bon tournage. J2L

  7. elisabeth dit :

    C’est maintenant que je me rends compte à quel point Indigènes a complètement dépassé le champ de vision de l’écran de cinéma. Je vous ai accompagnés pendant un moment (Cannes, Vesoul, Besançon) et je n’oublierai jamais l’émotion des spectateurs lorsque les lumières revenaient. Nous avons tous vu en images ce que nous savions un peu mais ne voulions peut-être pas voir. Malgré tout, il faut rester vigilants et que toute cette bonne conscience collective s’ancre dans la réalité et que des faits (prouvés !) cèdent la place aux paroles. Et puis, il ne faudrait pas que tout cela se résume à une réévaluation des pensions sans que les esprits ne se soient pas ouverts aux autres mais là… j’ai comme un doute ! Il y a encore du boulot. Allez, en route pour la suite !

  8. Aucune mélancolie ou nostalgie pour l’après Indigènes. Au contraire. Soif d’autres aventures humaines et professionnelles. Sans compter que ça va continuer avec la suite à venir. Non, non, juste un soulagement. Et de bons souvenirs (pour plus tard).Moral au beau, l’ami!b

  9. C’est déjà parti ! On frisait l’indigestion. Vive le cinéma! Heureux du chemin accompli, des incidences du film (quand je disais que le film avait changé la vie de beaucoup, je pensais aux revalorisés), fier de la récompense cannoise. L’autre départ est déjà amorcé depuis un moment et les bases ne sont pas les mêmes que celles que je connaissais avant ce film. A moi de savoir les exploiter. Je m’y applique. Quant aux espoirs de dialogue et d’ouverture qui sont nés des projections, de la rencontre avec le public, c’est à lui, public, à chacun de nous de faire avancer les choses.

  10. Raphaelle dit :

    Bon eh bien moi non plus je ne peux pas cacher ma « décupitude » pour les Césars et les Oscars… Mais le plus important reste bien l’action concrète auprès des anciens combattants eux mêmes. Sinon sans cela un Oscar fait figure de beau joujou qui brille qui a servi à pas grand chose! Mais ce n’est pas le cas! Enfin je l’espère!

  11. On est d’accord, Raphaelle!

Les commentaires sont fermés.