Chuuut !

Lundi 24 septembre 2007
Quand j’étais petit, c’est Michel Roux dans Au Théâtre ce Soir et Jean-Claude Drouot dans Thierry La Fronde qui m’ont donné envie de devenir acteur. A ces âges, on n’a pas les goûts les plus sûrs.

Plus tard, quelques spectacles vous nourrissent en profondeur. Un acteur sur scène peut vous inspirer à  jamais. Vous captez quelque chose d’essentiel qui résonne en vous, que vous vous appropriez. Ainsi, dans la construction de mes personnages, je me suis nourri de quelques rencontres de cet ordre : Marcel Marceau, Laurent Terzieff, Carlota Ikéda (théâtre No), Jacques Tati, Buster Keaton…

Quand j’ai reçu le prix du public à Contis pour mon premier court-métrage, j’ai rencontré Maria, une des femmes du fameux mime. La vieille dame était séduite. Je lui racontais mon admiration pour Marceau, le spectacle que j’avais vu, les Enfants du Paradis…

Qu’à cela ne tienne, lors d’un passage du mime à Bordeaux, la dame a tenu à ce que je l’y accompagne et que j’aille le saluer dans les loges à la fin du spectacle. Je n’aime pas trop ça. Je n’avais rien à dire à ce monsieur et je ne pense pas que l’admiration apporte quoi que ce soit à l’admiré. L’admiration est souvent un rapport de soi à soi. Néanmoins, ce fût fait.

Pour m’assurer encore davantage de son amitié, alors que je suis revenu jouer un spectacle à Contis, Maria m’a offert le jonc (canne) de Stan Laurel. Il l’avait offerte à Marcel Marceau lors de sa carrière américaine.

Depuis, je garde cet objet précieusement, comme un talisman, un objet magique, un cadeau sans prix.
laurel.jpg

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Chuuut !

  1. Sniff…Les images en noir et blanc de Laurel et Hardy… toute notre enfance…Mimer, c’est ce que font tous les acteurs, non ? Ils miment la vie d’un autre, le corps d’un autre…Bonne journée quand même…Bisous de ton amieClaire

  2. Sarro philippe dit :

    Bien belle filiation, je comprend mieux ta façon de jouer, et c’est sûrement une des raisons pour laquelle j’accroche tant à tes films. Manque peut être Charlie Chaplin (que le mime Marceau admirait, et réciproquement d’ailleurs) , mais je suppose que ce n’est qu’un oubli. J’adore Chaplin, Keaton, Tati et je possède pratiquement tous leurs DVD. Bernard Blancan, le lointain successeur de Max Linder.

  3. Samuel Marès dit :

    très précieux cadeau , c’est certain.aussi aller voir un artiste dans sa loge , c’est déliquat, on admire son travail son talent mais on ne connait souvent pas grand chose de sa personnalité. finalement , on en rencontre des gens dans ce petite village des Landes, Contis…;

  4. jean.luc dit :

     » un cadeau sans prix  »  c’est toujours ce que nous apportent les artistes qu’on admire . merci Bernard pour les cadeaux …J2L

  5. Pascale dit :

    Et ben !Quand je pense que j’ai même pas une mèche de cheveux de Serrault !

  6. serge barande dit :

    Je l’avais croisé dans les années 80 cours de l’Intendance, mais quand j’étais môme,il me faisait flipper avec son maquillage blanc. Après, ça m’a passé ! Pour Laurel et Hardy, c’est la symbolique de l’enfance riante et de la grosse télé en noir et blanc et son tout petit écran. Le pied de cette époque ! Et l’autre grand sifflet et son fameux Jour de Fête, ça aussi, c’est du miel. Et tout cela fait forcément aimer le ciné et la pantomine. Le précieux jonc a trouvé son gardien…

  7. Bernard Blancan dit :

    Chaplin, j’aime beaucoup sauf quand il force la larme.b

  8. Bernard Blancan dit :

    Mais c’est pas triiiiiste !

  9. Bernard Blancan dit :

    Ah… contis…

  10. Bernard Blancan dit :

    Merci J2L!

  11. Bernard Blancan dit :

    C’est ça, fous-toi de mal g…. !

  12. Bernard Blancan dit :

    Hello, Sergio !

  13. Pascale dit :

    Ben c’est ce que je dis toujours : c’est pour ceux qui restent que c’est dur !

  14. Bernard Blancan dit :

    Toi, tu n’as pas mangé que des pâtes, en Italie !

  15. D&D dit :

    « A ces âges, on n’a pas les goûts les plus sûrs. » : qu’est-ce que vous m’avez fait rire là… Et vous savez décidément être concis là où je prends toujours trois pages…Ce que vous dîtes sur l’admiration est… admirable :-)Et l’histoire de la canne de Laurel, pur cadeau. Pour vous certainement. A vous lire, aussi. Bref, ce billet = grande joie.

  16. Bernard Blancan dit :

    Vous êtes le champion des lecteurs !Merci

Les commentaires sont fermés.