Pimpon

Mardi 30 octobre 2007
Professionnellement ? Pas grand-chose de neuf. Pause relative. Une impression de presque vide. Plein de choses à faire, pourtant et du mal à m’y mettre. Sentiment d’arythmie, de contretemps. Je serai dans cet état tant que je ne me serai pas débarrassé des petites obligations administratives, paperasse et autres contraintes, petits grains de sable qui se glissent dans les rouages de la vie qui avance.

Allez, je me remue ! Au moment où j’écris ces mots, un scooter se fait renverser en bas de chez moi. Brrrr. Allez, on se réveille un peu ! Le monsieur, lui, il a la jambe cassée. Il ne va pas pouvoir bouger pendant un moment.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Pimpon

  1. elisabeth dit :

    Ouh la, je viens de lire les derniers commentaires suite à ton message du 26… Je vais plus pouvoir suivre, c’est trop pour moi ! Et si c’était un peu magique tout ça ? J’aime bien le côté obscur des choses et ne pas tout comprendre (je crois que ça m’arrange). Moi, ça me plaît d’imaginer que quelqu’un possède un don inexplicable, c’est comme ça et c’est tout ! Tu continueras à me parler si on se croise de nouveau ?

  2. Pascale dit :

    Aryhtmie : + 150 points. Bon allez range ta chambre.

  3. Le Guy dit :

    Voilà, bien, alors là oui ! Bernard tu as un regard et un don mais celui des scénarios, des idées, pas des baguettes (j’en rajoute) le scooter qui tombe dan la rue… la vie qui se poursuit et qui tend l’oreille et l’acteur qui pourrait se retrouver la jambe en l’air avec les conséquences de carrière qui s’en suivent…Hier je suis allé voir « le deuxième souffle » normal, mon court rend hommage à Ventura pour les 20 ans de sa disparition et Giovanni  pour l’idée « des grandes gueules » tourné un an avant par Enrico et le scénar de ce remake de Melville est du même Giovanni que j’avais rencontré 5 fois… dans celui de Corneau comme celui du maître de l’époque, et sans doute dans le scénar de José, il y avait des joueurs de boules, alors j’ai pensé à toi vieux sourcier (j’aime bien cette appellation) T’aurais pu en être de cette aventure… j’taurais bien vu dans un des rôles de ce film très réussi…Bien à toi et à vous les blogeurs… devant l’éternel sourcier ! (pas mal non plus)

  4. serge barande dit :

    Ben moi, contrairement à Guy, j’suis pas allé au ciné, je me suis contenté de regarder l’autre soir un doc particulièrement attachant sur Pigalle, quartier que j’adore mais pas pour ce que l’on peut être amené à croire. Y a juste là-bas une sorte de vie curieuse et foisonnante, qui fait que ce quartier ne ressemble à aucun autre, que ça pourrait bien être un village avec tout ce qui caractérise un village. Puis je crois que tu connais aussi ce secteur, a minima la Place de Clichy…Quant à la paperasse… moi aussi, quand y en a, j’ai tendance à reculer gaiement !Allez, cette journée ensoleillée va te bouster, quasi une journée à faire ses vitres, non ?! 

  5. Bernard Blancan dit :

    Oui, je suis un magicien… hé hé hé

  6. Bernard Blancan dit :

    merci, madame

  7. Bernard Blancan dit :

    Félicitations, Monsieur Guy ! Bonne presse, ta Fête Bucheronne !@ +b

  8. Bernard Blancan dit :

    Pigalle, j’aime pas ! Il y a plein d’agresseurs devant le Mac Do!b

Les commentaires sont fermés.