Festival de canne

Samedi 22 décembre 2007
Vous vous souvenez de la canne de Stan Laurel ? Celle qu’il avait offerte au mime Marceau, que Marceau avait donné à sa première femme, Maria qui, à son tour, m’en a fait cadeau.

Hé bien, dans mon déménagement, je l’avais emballée consciencieusement avec deux parapluies. Une fois les déménageurs partis de chez moi, je les accusais d’avoir perdu les choses dont je ne me souvenais plus dans quel carton je les avais rangées. Et puis, petit à petit, tout réapparaissait. Sauf les parapluies.

Ce n’est qu’en me réveillant, en pleine nuit, que je réalisais qu’au milieu des parapluies, il y avait la Stan Laurel Canne. Je me levais immédiatement, fis le tour des pièces, remuant cartons vides et pleins, cherchant dans le moindre recoin. Rien.

Le lendemain, j’appelais le déménageur. J’obtenais une secrétaire et lui expliquais qu’un lot de parapluies avait été oublié par les déménageurs, parmi les quels se trouvait la canne d’un de mes défunts aïeux. L’objet sentimental type, sans valeur mais auquel on tient tout particulièrement. La dame compréhensive me donne le numéro du chef de répartition. Répondeur. Je laisse un message expliquant la version du souvenir familial. Je n’y crois plus à cette canne. Je me sens honteux d’avoir pu la ranger parmi de vulgaires parapluies, sans lui prêter l’attention qu’elle méritait. En même temps, je me trouve quelque peu malchanceux…

Le lendemain encore, c’est le chauffeur du camion qui me rappelle. Ne vous inquiétez pas, on a retrouvé vos parapluies. Je vous appelle demain pour qu’on prenne rendez-vous. Le lendemain, il ne rappelle pas. Je laisse un message sur son répondeur. Il me rappelle encore le lendemain pour qu’on convienne d’un rendez-vous ce jour, samedi. Le problème, c’est qu’il ne sait jamais quand il embauche, où il va et quand il aura fini. Dans ces conditions, pas facile d’y parvenir.

Ce matin, 8h27, mon déménageur : Allo, je crois que vers midi, Porte de Pantin, c’est bon.
Nouvel appel à 11h30 : J’ai un peu de retard, ça sera à 13h30. Pas de problème. Thierry, mon pote d’enfance qui est venu me donner un coup de main à monter un bureau tout vieux tout neuf m’accompagne. Allez, on va boire un verre ! 13h55, j’appelle le monsieur. Désolé, j’ai été un peu retardé mais c’est bon, le deuxième camion est presque déchargé, je suis là dans une demi-heure. C’est chouette, la porte de Pantin. On a le temps de manger à la brasserie, en attendant. Non, on serait les seuls. Ça n’inspire pas confiance. On va se faire un turc juste à côté.

Pendant que Thierry parle, la pendule laisse avancer ses aiguilles bien au-delà de la demi-heure annoncée. A 15h00, je rappelle à nouveau. Il finira pas arriver un petit ¼ d’heure plus tard avec la canne, le parapluie et un gros paquet d’enveloppes. Heu, les enveloppes, c’est pas à moi. Ah bon, ah oui meeerrrrde, c’est aux avocats, ça ! Oui, peut-être mais il faut que j’y aille, j’avais rendez-vous à 15 heures pour partir en vacances !

Je lui ai glissé un billet de 63,50 euros dans la main (je dis pas la somme pour ne pas être jugé ni de radin ni de trop généreux, l’argent, c’est toujours compliqué).

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Festival de canne

  1. MYArts dit :

    Les boîtes vocales… compliquent de beaucoup la communication dans le monde moderne.

  2. Daniel dit :

    Décidément, cette canne… c’est un vrai festival !

  3. Gauthier chez lui dit :

    Tu fais vraiment une histoire (je veux dire un truc écrit) avec un rien… des baguettes, des cannes (hi hi hi) preuve qu’il y a un don à développer l’acteur ! rappelle toi quand même qu’il y une histoire de père qui attend toujours qu’on la couche… pose tes clics et tes clacs, (chapeau de Laurel) on finira bien par aller voir tout ça…

  4. Daniel dit :

    Ah zut, pardon !! J’étais tout fier de mon jeu de mots avec la canne et le festival, et je viens de voir qu’en fait c’était le titre de l’article de Bernard. Hum… Bon, désolé…..(j’ai dû être aveuglé par la perspective de mon bon mot… aveugle, canne.. non ? bon allez, là je sors…)

  5. Samuel Marès dit :

    content que cette histoire finisse bien. peut-être que tu en tirera une leçon: on ne mélange pas les torchons et les serviettes. une canne de cette valeur(même si elle n’est pas vénale) ne devrais jamais te quitter. passe un bon Noel et de bonnes vacances. bise Samuel

  6. Bernard Blancan dit :

    Vous êtes bien sur le répondeur de…

  7. Bernard Blancan dit :

    Les grands esprits…

  8. Bernard Blancan dit :

    En effet, il faut que je pense à répondre à la commande.Joyeux Noël !b

  9. Bernard Blancan dit :

    Comme je disais…

  10. Bernard Blancan dit :

    Elle n’est pas tout-à-fait terminée. J’ai oublié de la descendre de la voiture….Bonnes fêtes, Sam !b

  11. D&D dit :

    C’est pas possible, on dirait un scénario américain, les palpitations du billet m’aurait largement suffi, et là, tout à coup, le plan sur le mort qui n’est finalement pas mort : « j’ai oublié de la descendre de la voiture »… Bon, alors, elle est saine et sauve, cette canne ??? 🙂

  12. Bernard Blancan dit :

    Tout va bien ! Elle est en bonne place dans mon bureau.

Les commentaires sont fermés.