J’ai dit non (champagne !)

Mardi 29 janvier 2008
« Sur la tête de ma mère, ce keum, c’est un acteur ! Hé, t’as joué avec Jamel ! » On est à Bordeaux, dans un café. J’ai dû descendre pour une réunion profs/parents. Hé oui, les enfants à Bordeaux… Le matin, en prenant le métro pour rejoindre la gare, j’avais croisé un acteur qui était persuadé que je vivais dans le Sud-Ouest. Plus de huit ans que je vis à Paris et les gens ne s’y font pas. Mais revenons à notre bar ! «ouais, tu joues souvent les enculés ! » conclue Saïd, fier de m’avoir reconnu, me comparant à Jack Palance.

Hé oui, je joue souvent les enculés ! Peut-être à cause de ça, je viens de refuser un rôle dans un long-métrage. On me proposait de jouer le voisin du héros. J’avais une scène de jeu dans laquelle je faisais preuve de racisme et de lâcheté. Dans les suivantes, je ne parlais plus mais mon personnage s’enrichissait du profil d’un délateur détesté de tous, y compris des flics.

Je veux bien gagner ma vie, jouer les méchants (j’adore) mais encore faut-il qu’il y ait de vraies scènes de jeu, que j’ai quelque chose à défendre. Là, j’étais identifié comme l’enculé fuyant, je promenais ma plus belle tête de con et basta. Non merci!

Pour être tout à fait honnête (une fois n’est pas coutume), j’avais déjà passé des essais avec le même réalisateur il y a quatre ou cinq ans. On avait travaillé deux heures. Apparemment, ça n’avait pas été moi. Pas un coup de fil et le souvenir d’avoir passé les essais les plus poussés dont ne me reste que la vaine impression de n’avoir pas été accompagné ni compris.

Du souvenir de cette séance un brin humiliante, s’ajoute le fait que ma gueule soit identifiée par le réalisateur comme celle d’une caricature de pauvre mec. Je joue pas.

Tiens, à propos d’autres rôles qui ne font pas forcément vivre mais qui ne vous obligent pas à faire des démonstrations de gentillesse à la sortie des projections (je ne suis pas comme le personnage), dans le court de Camille Bialestowski, on me voit sourire, danser, avoir des sentiments. Mais rassurez-vous, je fais un peu la gueule aussi.

Sinon, pour le Jaurésien du film 14/18, ça marche et ça me plaît !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour J’ai dit non (champagne !)

  1. serge barande dit :

    Hey Jack !L’a de l’idée le Saïd…Choisir de ne pas choisir, justement, s’avère à mon sens, pour toi, être un bon choix.Te rappelles-tu du rôle assez effrayant de Lacombe Lucien, et de ce qui pouvait en découler comme ressentiment… même envers l’acteur… Assez terrible!Alors racisme, lâcheté, délation… On y était presque !Allez, on passe. Et même si la vraie nature du clown est assez souvent la tristesse, fais-nous un coup le clown, Jack… ou alors le peintre dans une caravane en inox sur le parking d’un motel ricain… comme le vrai Jack, tout ridé-buriné.Fais ce que tu veux finalement, pourvu que ça te botte. Nous, de toute façon, ça devrait nous aller.Et félicitations pour ton Jaurésien.

  2. jean.luc dit :

    un Jaurèssien de 14-18 …pour moi ,il a déjà toute ma sympathie !quoi ? ça t’étonne ?…c’est pas forcément le cas pour le Jaurèssien de 2007J2L

  3. Enfin tu va jouer autre chose  que les sales types, méchands, que tu aimes… une carrière ne s’arrête pas à 50 balais mon Bernard et si tu jouait les Blancan… ça doit pas être mal non plus non ?

  4. (Pour Roger) Mais non voyons, c’était pour rire, pour faire avancer le blog, le schmilililili clémentines quoi ! Et pour poursuivre dans cette veine, je t’en confie une mon cher Roger : « ll parait, mais ne le dis à personne, que Bernard a été surprit à marcher sur les eaux d’une mare en Normandie l’été dernier » ça va finir mal tout ça ! hi hi hi

  5. M! dit :

    Ben dis donc,  heureusement que t’as pas joué dans la cages aux Folles…hein!

  6. Bernard Blancan dit :

    Bon, allez, vive le cirque !

  7. Bernard Blancan dit :

    Vive la commune ! Heu, merde, c’est pas ça!

  8. Bernard Blancan dit :

    Hé ho, je me prends pas pour Jésus, non plus ! Qu’est-ce que t’attends pour faire joujou avec les clémentines? Tu peux le faire! Hé hé hé

  9. Bernard Blancan dit :

    Aucun problème pour jouer les homos (Un an de L. Boulanger), les psychopathes (Peau d’homme coeur de bête d’Hélène Angel, les simplets (Cache-cache de Y.Caumon), les sergents (Indigènes), etc… le tout, c’est qu’il y ait quelque chose à jouer ! (et ce n’était pas le cas)Bises

  10. Bernard Blancan dit :

    On y vient, on y vient… mais ça doit être chiant, aussi, sur la durée !

  11. Pascale dit :

    Parfois ça manque d’imagination un réalisateur… mais comparé à Djak Palance, la classe ! Elle déchire la race à sa reum la comparaison à Saïd.Y’a un acteur que j’adore, Alan Rickman qui a cause de la tête qu’il a joue tous les méchants enculés de la création…et puis de temps en temps il fait un amoureux transi, un agneau pascal (ah ah !) etc… et il est fabuleux.

  12. Bernard Blancan dit :

    T’as qu’à dire que j’ai une tête d’enc… !

  13. D&D dit :

    Ah encore un billet que je savoure particulièrement… En deux coups de crayons, si je puis dire, souriants et bien nets, tout un aspet de votre travail révélé. Un des pièges, j’imagine. Et nous avons plus souvent tendance, en tant que spectateurs à prendre conscience des pièges de l’image vis à vis des spectateurs précisément, que des professionnels. Et là, l’exemple que vous donnez est singulièrement pointu. Déjà, à lire, ça fait un peu mal, en fait !…

  14. Bernard Blancan dit :

    Hé oui…

Les commentaires sont fermés.