Merci, hasard !

Jeudi 24 juillet 2008
La journée d’hier a commencé tranquillement et sans doute un peu trop tôt. Petite balade dans Nîmes. Je me suis ensuite posé à la terrasse d’un café pour écrire un texte sur le trac que m’avait commandé un copain bordelais qui veut rassembler textes et photos sur le sujet. C’est très plaisant de faire l’écrivain. J’ai raconté l’épisode « grand moment de solitude » sur le tournage de Bernard Stora, cette histoire de réplique qui s’emmêle les pinceaux, un peu comme celle que j’ai racontée hier.

Le midi, j’avais rendez-vous avec une personne du coin pour la préparation de mon documentaire. Une dame rencontrée sur un forum spécialisé. Au programme, déjeuner puis visite de la crypte de Saint-Gilles pour repérage des veines d’eaux souterraines et points d’énergie. Je voulais surtout voir le type de travail que font certains, au-delà de la simple recherche d’eau. Comprendre comment et pourquoi ils le font. Je sais, difficile de ne pas imaginer que ça sent le plan drague à deux balles. Désolé de vous décevoir, pas besoin d’alibi pour draguer.

Comme parfois, le hasard s’en est mêlé pour compléter mon emploi du temps. Nous étions au restau quand entre Mathieu Simonet (Caporal Leroux dans Indigènes). Il était avec le staff du tout nouveau festival de cinéma de Beaucaire. Il avait été invité pour y présenter justement Indigènes. Qu’est-ce que tu fais ce soir ? ça serait super que tu viennes ! Hé bé d’accord.

Excellente soirée beaucairoise. Repas avec Mathieu, sa Simonette et l’équipe du festival (des gars qui ne se la pètent pas), présentation du film au casino devant un public dont un bon tiers avait déjà vu le film et dernier verre sur la vieille place. J’y retourne vendredi matin pour une visite guidée de la ville par des amoureux de celle-ci.

Dans le courant de la journée, j’avais reçu un coup de fil. Et si on tourne demain la séquence de samedi, ça te va ? Super, oui ! On te confirme ce soir. Ok ! Quand le téléphone a sonné à Beaucaire, c’était pour m’annoncer que finalement, ils n’avaient pas réussi à faire ce changement. Pas grave, je ne m’ennuie pas !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Merci, hasard !

  1. Guy Gauthier dit :

    L’était pas mort le caporal Leroux… En tout cas content pour toi que tout se passe et roule comme il faut !

  2. Pascale dit :

    Tu vas sur des forums spécialisés ??? Tu peux développer steuplé !Et la chèvre de Monsieur Seguin elle bêle toujours à la même place ?

  3. Serge Barande dit :

    Toi et les terrasses de café… Si elles n’existaient pas, comment seraient tes lancements de journée ?Ecrire sur le trac et « décrypter », tout cela revient à nourrir sa curiosité, donc ça baigne. Petite parenthèse avant du cinoche, car même quand t’as pas le « ça tourne », le hasard fait que… zou ! come-back chez les Indigènes.Finalement, y a des journées plus nases non !?

  4. Bernard Blancan dit :

    Merci, le Guy !

  5. Bernard Blancan dit :

    Oui… sourciers et compagnie. Tu vois ce que je veux dire… Mais je n’en dirai pas davantage, je crois que Guy est dans les parages….

  6. Bernard Blancan dit :

    Je ne suis bien que là, un shakespeare à la main. Ou Libé, quand j’ai pas trouvé.

  7. Pascale dit :

    Ah oui ! Guy est dans les parages alors tu crains pour la chèvre.

Les commentaires sont fermés.