Et vlan, dans les tibias !

Mercredi 17 septembre 2008
Une journée à fond ! C’était LA séquence de Bouzigue. J’y parle tout le temps, j’y tempête, j’y calme le jeu. Une grosse scène que j’ai dû rejouer avec la même intensité pour chaque prise, dans chaque axe, sur chaque comédien. En fin de journée, j’étais cartable (comme dirait Bouzigue).

La journée de demain a bien failli être annulée pour cause de politique. Le Maire socialiste d’une ville moyenne avait donné son accord pour qu’on tourne dans son bureau et, une semaine avant le tournage, il a tout annulé. On s’est donc retrouvés sans décors.

Je ne devrais peut-être pas le dire ici mais, même de gauche, dans le culturel, il vaut souvent mieux avoir à faire à des personnels politiques de droite pour qui c’est oui ou non plutôt qu’à de mous socialistes qui font des ronds de jambes puis se défilent au premier coup de vent. Cet avis est très personnel et n’engage que moi (je ne veux pas emmerder le film).

Pourquoi les politiques locaux s’inquiètent-ils de No Pasaran ? Tout simplement à cause du sujet. Martin et Caussé ont imaginé une histoire qui se passe en Vallée d’Aspe sur fond de projet autoroutier et d’ours. Pour des raisons de production, le film se fait en Ariège. Oui mais voilà, dans la vallée où nous tournons, il est aussi question d’ours et de projet autoroutier… No Pasaran fait donc désordre.

Enfin, nous on s’en fout, on fait du cinéma, on raconte des histoires qui voudraient n’avoir qu’un lointain rapport avec la réalité et, heureusement, un bureau a été trouvé, qui n’est pas un vrai bureau de Maire.

Ah, si le film marche, ça sera une autre histoire !

5 réflexions sur « Et vlan, dans les tibias ! »

  1. Oui le tibia, mais le péroné aussi et avec ça on ajoute la mallèole!!!Les socialistes m’énérvent et si ça continue comme ça je vais voter Facteur pour leur dire MERDE!!!

    J'aime

  2. Sacré Étienne ! J’ai l’impression d’avoir déjà écrit la même chose il y a quelques mois et que tu as réagi de la même façon ! Restons en colère !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.