le courant d’une onde claire

Jeudi 27 novembre 2008
Allez, je n’ai rien dit sur le PS. Un petit mot !

Ils sont trop forts ! Je ne savais pas comment ils allaient se dépatouiller avec le fardeau Royal. Hé bien, ils l’ont fait grossièrement, comme des malpropres, en utilisant des méthodes dignes d’une république bananière mais ils y sont arrivés ! Bon mais c’est leur affaire. Pas (plus) la mienne…

Question boulot, pas grand chose à signaler. Un saut chez ma productrice, un travail studieux sur mon docu, un rendez-vous avec une attachée de presse pour vendredi ainsi qu’une intervention dans un IUT. Un calme plat tout relatif, comme je les aime.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour le courant d’une onde claire

  1. Le Guy dit :

    Marrant les mots en vrac : saut… productrice, plat… bon ! j’avais ren à di !

  2. Pascale dit :

    Et dans docu, il y a « do ».

  3. Serge Barande dit :

    Ton côté acteur studieux, c’est royal.

  4. J2L dit :

    tu dois surement t’attendre à un commentaire de ma part au sujet du PS ! hein! ben même pas ! m’en fout ! en plus à chaque fois je m’énerve et c’est pas bon pour mon ulcère… tiens c’est comme pour les bénévoles, j’dis rien… le DAL condamné, j’dis rien… mais je commence à avoir un peu mal au « fondement ». ( j’deviens même poli)  

  5. Bernard Blancan dit :

    Tiens, Monsieur Guy, tu as un homonyme qui écrit sur le cinoche…

  6. Bernard Blancan dit :

    Hum…

  7. Bernard Blancan dit :

    Pas de gros mot, s’il vous plait !

  8. Bernard Blancan dit :

    Ce monde merveilleux est le tien, J2L ! Il faut se battre, camarade…

Les commentaires sont fermés.