C’est reparti !

Vendredi 30 janvier 2009
Oui, je faisais grève, hier. Enfin, malgré moi (ça fait partie des choses secrètes). Grève quand même, même si je n’ai pu me joindre au défilé.

Je n’ai rien dit sur le débat qui a suivi la projection de Léger tremblement du paysage au festival Ciné Junior à Arcueil. Plus d’une heure de rencontre avec une classe cinéma. J’ai fait comme Caumon, répondant directement à chaque question, n’en considérant aucune comme idiote ou taquine. Plus d’une heure de premier degré, sans tabou, avec honnêteté. Un échange sympathique et vivifiant. La salle municipale (les cinémas gérés par les mairies sont de plus en plus rares) militante qui avait accueilli une avant-première d’Indigènes avec Rachid, Jamel et Samy Naceri. Ce jour là, je devais être dans une autre salle avec mes autres camarades.

Philippe Fernandez, lui, il part à Rotterdam. C’est plus loin.

Monsieur Bertineau me suggère de raconter les moments où je croise une jolie fille. D’une part, ça serait légitimement assez mal vu de ma compagne. Par ailleurs, je ne me prive pas de ce type de digression de temps à autres. Mais si Monsieur Bertineau veut devenir rédacteur en chef ou président du comité de rédaction, il n’a qu’à déposer sa candidature.

Tenez, en fait, je le connais, ce Monsieur candidat. Nous avions monté jadis une boîte de production ensemble à Bordeaux. J’avais d’ailleurs réalisé mon premier court-métrage dans cette structure. Par la suite, mes amis pensaient que je n’étais pas réalisateur mais acteur et, du coup, me l’ont fait savoir à maintes reprises en ne m’aidant pas dans mes projets de réalisation. Blancan, c’est pas un réalisateur ! Mouais.

J’en ai marre qu’on décide pour moi ce que je dois faire, Messieurs les je-sais-ce-qui-vous-convient ! Oui, je suis acteur mais aussi musicien, sourcier et réalisateur. C’est pas ma faute. À propos de réalisateur, il faut que je m’inquiète de savoir ce qui se passe du côté du CNRS car le docu aurait tendance à faire du sur-place…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour C’est reparti !

  1. serge barande dit :

    Ah Bordeaux… que de souvenirs… Ce fut en tout cas au minimum l’occase d’un joli court que j’avais eu la chance de voir à Marmande, où je m’étais bien marré de te voir en jeune réalisateur-acteur trublion! Pour boucler la boucle! Oui tout est possible, dommage que t’avais pas fait la musique à cette occase!Y a pas que le CNRS qui fait du sur-place, y a le CRS, la N mise à part. Une allusion de plus à toute sorte de baguettes.

  2. bertineau dit :

    je ne suis pas candidat, la légéreté de cette chronique, sa liberté de ton, me vont, quand je suggere de nous raconter les moments ou tu croise une jolie fille, c’est juste pour lire de la fiction, pas pour que tu soit inélégant avec ta fiancée, quand a nos souvenirs de boite de prod et de court métrage, nous étions surtout à l’époque de piétres producteurs, donc notre avis sur tes talents ou non de réalisateur n’avait pas grand intérêt, sauf a nous engueuler sans fin au risque de briser nos amitiés, ce que nous avons d’ailleurs réussi a faire, mais d’ailleurs avec le temps j’ai compris que j’avais continué à aimer mes compagnons de la premiére heure, a une ou deux exceptions d’aigrefins qui c’étaient glissé dans notre belle équipe, j’aime encore Bernard, Philippe, Ezéquiel et François, Pierre je le connais moins ou peu, donc en fait je ne nomme pas le seul escroc de la bande, donc un aigrefin, un. Fais nous donc un topo sur les aigrefins, tu dois en croiser bien trop … (excuses moi, j’écris avec fautes d’orthographes)

  3. Pascale dit :

    Mais elles vont arrêter de se chamailler les deux copines de régiment.Bon allez, on s’fait la bise, on boit un coupet on n’en parle plus.Bon, scusé j’vé à mon court d’or tograf.

  4. Muriel dit :

    Le mieux, cela reste une hypothèse bien entendu, serait peut-être que Bernard continue à tenir son blog comme il le souhaite et comme il l’a toujours fait et que de son côté bertineau nous en propose un autre où il pourrait nous faire tous les topo qu’il veut sur les aigrefins. Moi je suis pour la légereté, les coups de gueule, la curiosité, l’enthousiasme, le doute, la déprime même… mais par pitié, pas d’aigreur.

  5. Daniel dit :

    En tout cas, moi je plussoie le dernier paragraphe de l’article de Bernard, mais alors à fond !À bas les étiquettes qui vous enferment dans un seul rôle, surtout dans un domaine artistique ! Pourquoi un comédien, musicien de surcroît, n’aurait-il rien à exprimer en tant que réalisateur ? Bien au contraire, moi je pense depuis toujours que c’est le croisement des influences et des expériences qui permet la richesse artistique ! On doit sûrement même pouvoir faire des théories là-dessus qui emprunteraient au Darwinisme et à l’évolution des espèces : l’art évolue par croisements… si on se contentait des seuls films faits par de purs réalisateurs issus de la Fémis, ça finirait à mon avis par faire comme une sorte de consanguinité. Alors vivent les comédiens réalisateurs ! Vivent les écrivains réalisateurs ! Vivent les plasticiens et les photographes réalisateurs ! Et puis accessoirement, pourquoi pas prêcher pour sa propre paroisse, vivent les informaticiens réalisateurs !!

  6. Bernard Blancan dit :

    Bien dit !

  7. Bernard Blancan dit :

    Tiens, un bisou, pour la peine !

  8. Bernard Blancan dit :

    Je vois que Madame a du goût ! Nous nous en félicitons…

  9. Bernard Blancan dit :

    Arrête ma poule, tu sais bien qu’on est toujours potes ! À la tienne !

  10. Bernard Blancan dit :

    Hé bé sache que la chanson du générique, c’est de moi (paroles et musique). Oui, Môssieu

  11. Guy Gauthier dit :

    Tout ça me parait réjouissant… connais personne et pis la Pascale qui remet tout le monde d’aplomb ! pas mal, fermons le banc… titre…A ce propos je sort hier samedi d’une journée de sélection cinéma pour un festival régional où était passé le film « Fête Bûcheronne » qui avait été couronné (modestement) voir You tube… 19 films, et puis au bout de la journée, un seul tenant la route, le reste manque de son, c’est surtout ça qu’on remarque dans les productions non pro la déficience du son… en rentrant comme y avait rien à la téloche (comm’ d’hab les samedis) me suis fait « Goupi mains rouges » alors là, on revient à l’essentiel, des acteurs quoi !  

  12. Bernard Blancan dit :

    Tu as bien raison pour le son, Guy. C’est souvent là que ça pèche.

Les commentaires sont fermés.