Un certain cinéma

Dimanche 22 février 2009
Jacques Séchaud m’avait apporté le DVD de Wanda de Barbara Loden. Il y a un personnage de braqueur (Michael Higgins) qui peut nourrir mon personnage de Christian dans Suerte. J’avais souvent entendu parler de ce film sans jamais l’avoir vu, malgré sa ressortie en salle en 2003 (1970 qui fût un bide aux USA malgré un prix de la Critique à Venise).

Évidemment, dès qu’est apparu Michael Higgins, j’ai compris pourquoi Jacques voulait me faire partager cette perle. Il y a comme une évidence.

Mais au-delà du personnage j’ai été très impressionné par Barbara Loden comme actrice et comme réalisatrice (c’est son seul film). Il y a une liberté et une immédiateté, dans Wanda, qui font rêver. En tournant, elle ne sait pas ce qu’elle veut, elle attend que ça arrive. Elle s’attache davantage à saisir le vie qui s’organise à partir de son script sans vouloir s’appliquer à le mettre en image. Comme il n’y avait pas d’argent, elle emploi des non-acteurs pour les rôles secondaires en les faisant jouer ce qu’ils sont dans la vie. On n’est souvent pas loin du documentaire.

Cette fragilité des démarches périlleuses peut produire de gros ratages approximatifs mais, comme toutes les choses risquées, elle donne parfois naissance à de petits bijoux d’une redoutable beauté. Le spectateur est complice du regard en point d’interrogation du réalisateur, en partage les surprises et les plaisirs. Peu de chef-d’œuvres hyper maîtrisés parviennent à mettre autant de vérité à l’écran, cette vibration de vie que chacun cherche à transmettre.

J’avais eu ce même plaisir en voyant « le plein de super » d’Alain Cavalier (1970 aussi) que MK2 avait eu le bon goût de ressortir il y a peu.

Cette énergie-là, en tant qu’acteur, je l’ai essentiellement trouvée dans des courts métrages comme Cendres de Paul Costes ou Tel père telle fille de Sylvie Ballyot. D’ailleurs, les deux font aussi du documentaire…

Et si on retrouvait ça dans Suerte?…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Un certain cinéma

  1. Pascale dit :

    Ben oui et si…on sait jamais !

  2. Théo7 dit :

    Tiens, je pense un truc, (encore qu’à chaque fois que je pense, ça sert pas forcément le bog), mais on pourrait les uns et les autres, dire lequel film a été à l’origine de… Lequel nous a fait apprécier, fait faire, participer, jouer dans le métier ou aux alentours du job… Quel est le film qui vous a mis, blogeur, le pied à l’étrier ?

  3. Bernard Blancan dit :

    Qui sait…

  4. Bernard Blancan dit :

    Moi, c’est Peau d’homme !

  5. Pascale dit :

    Moi c’est coeur de bête.

  6. Théo7 dit :

    Z’on encore ren compris ces deux là,  je veux dire le film qui vous a permis de vous intéresser au cinéma, au cinoche, aux tournages, aux techniques, aux acteurs, bref le film qui est pour vous le vrai départ ! Le déclic pour travailler ou faire ce métier ou s’en intéresser de prêt… banane (s)

  7. serge barande dit :

    Bé dis-donc Guy… J’ai beau réfléchir… mais je ne me souviens pas trop de quel film remonte vraiment l’intérêt global à effectuer un petit voyage lors de chaque toile, quel qu’il soit. A moins qu’étant gosse, ce ne fut Alexandre le Bienheureux, avec compère Noiret. Ode à la flemmardise et au burlesque canin… Pi y avait les yeux verts de Marlène, la belle fermière.Et pour Tel père telle fille, c’est sûr que ça m’a laissait un souvenir très fort, et pourtant il « ne » s’agit « que » d’un court, où la présence de l’acteur est de fait limitée dans la durée. Mais Salomée et toi dégageaient un max, surtout les silences et les regards qui en disent sacrément long (et le dernier plan, aussi, très fort).Faudrait que ça puisse être (re)vu d’urgence (l’ai en K7) à une heure raisonnable…, c’était passé à pas d’heure du matin, une nuit de courts sur la 2.(Pour le tél de J. Wayne, je récupère l’annuaire du Kansas et je te le balance, avé les jambes arquées)

  8. Pascale dit :

    Elle a ses nerfs la Guytoune on dirait !Ben dis nous le zi toi c’est quoi le film qui, que, quoi, dont, où… « grande gueule » va !

  9. Théo7 dit :

    Pour Serge John Wayne est né le 26 mai 1907 à Winterset, Iowa  village où j’ai tourné Go West en 2004… la chance ! J’ai même une photo…

  10. Théo7 dit :

    He oui la Pichonne, même si les Grandes gueules reste un film culte, le mien, celui qui m’a fait écrire et faire des trucs pour le 7ème A (mêm si…), c’est un film de 1978 de Michel Mitrani « Un balcon en forêt » (enfin je parle aux anciens là !

  11. serge barande dit :

    Merci « Théo »! je file au bureau de poste, demander l’annuaire de l’Iowa! Fait patienter bb…La photo, c’est toi en mob ou john sur un cheval-pie???

  12. Bernard Blancan dit :

    Pas mal aussi !

  13. Bernard Blancan dit :

    Il était une fois dans l’ouest avec Bourvil !

  14. Bernard Blancan dit :

    Mauvaise nouvelle, Serge, il paraitrait qu’il serait décédé, le Wayne…

  15. Bernard Blancan dit :

    Elle a pas pris son cachet…

  16. Bernard Blancan dit :

    Dédicacée ?

  17. Bernard Blancan dit :

    Un balcon dans une forêt ?      ?

  18. Bernard Blancan dit :

    t’as ren compris, Serge. Il est mort !

  19. D&D dit :

    Hmm… Pas encore vu Wanda, mais décidément, faudra pas le louper la prochaine fois… Et décidément intrigant, ce Suerte…

  20. Pascale dit :

    un truc dans c’genre ?ouais, ça fait envie. J’ai toujours aimé les trucs genre « Grande Vadrouille ».

  21. Bernard Blancan dit :

    Pas mal…

  22. Bernard Blancan dit :

    On trouve le DVD chez MK2

  23. Théo7 dit :

    Ouah… je l’avais pas revu depuis 30 ans… Merci la P…etite Lorraine !Y a trois morts d’ailleurs, le jeune officier Humbert Balsan qui c’est suicidé en 2005, producteur (Ognon Pictures) ardent défenseur des films d’art et essai (Vice-président du CNC) qui avait profondément secoué le milieu du cinéma…. et puis Villeret, tous les deux en début 2005 et Mitrani en 96…   les films de Michel MitraniLA NUIT BULGARE Avec Marina Vlady, Charles Vanel, Henri Garcin, François Périer… LA CAVALE  Avec Juliet Berto, Jean-Claude Bouillon, Catherine Rouvel… LES GUICHETS DU LOUVRE  Avec Christian Rist, Christine Pascal…  et puis UN BALCON EN FORET Avec Humbert Balsan, Aïna Walle, Yves Afonso, Serge Martina, Jacques Villeret…    

  24. Bernard Blancan dit :

    Touché, le ThéoGuy !

Les commentaires sont fermés.