Contre le prêt à penser

Vendredi 30 octobre 2009

Ça y est, je suis de retour.

Alors, pour répondre à Guy qui me soupçonne de faire mon Georges Marchais, je me fends d’un article plus politique. Mais il me semblait avoir été clair.

D’une part, comme je le précise dans le précédent, je ne peux porter un jugement impartial sur la Tunisie, d’abord parce que j’y suis invité, d’une certaine manière et d’autres part parce que je ne loge pas chez l’habitant.

Alors, j’évite d’être de ceux qui, à peine sortis d’un repas chez des amis, s’empressent de dire que c’était chiant, que la bouffe était dégueulasse, qu’elle a grossi et que lui est toujours aussi con.

Par ailleurs, ce que j’ai pu voir, c’est des gens qui ont voté pour le seul candidat possible aujourd’hui. Ça ne veut pas dire que c’est un ange, un juste, un parfait. Chaque pays à son histoire. On sait que les islamistes ont été violemment réprimés par le régime. Visiblement, le choix du pays est de s’engouffrer dans un développement économique à l’occidentale. Une importante classe moyenne est en train de se développer. Ça construit partout. Le tourisme est devenu une industrie florissante (aux effets dévastateurs, certes, mais je parle des choix).


La première chose que m’a surpris en tournant dans la partie coloniale de Tunis, c’est de voir à quel point rien n’avait changé et comment tout était réinvestit en imitation des français. La bourgeoisie locale a les mêmes habitudes, la même apparence que la nôtre. Je suis allé à Carrefour, je vous l’avais raconté. Je me croyais à Bordeaux.

On a donc l’impression qu’on accepte tout pourvu que chacun en profite. Il est vrai aussi que les différences entre très riches et très pauvres est très visible. Mais selon que tu achète quelque chose dans un centre de vacances ou en banlieue, les prix varient de 10 fois. On le sait.

Mais, ayant connu l’Espagne franquiste, par exemple, on est étonné de ne pas entendre de sirène de police, de ne pas sentir de présence militaire. Les seuls flics que l’on voit sont aux intersections, sifflet en bouche. On ne sent pas le poids d’un pouvoir agressif, menaçant que j’ai pu sentir très fortement dans d’autres pays d’Afrique. Je vous assure que quand on arrive à Paris, en contraste, on se demande de quelle démocratie il s’agit. À Orly, j’ai même vu un contrôle policier dans les couloirs qui vont de l’avion aux guichets. Bonjour l’accueil !

Alors oui, la presse est totalement asservie au pouvoir. L’image du Président, telle qu’on la voit partout, la main sur le cœur, le visage figé dans un sourire supérieur et bienveillant est forcément ridicule pour notre culture. Mais regardez bien le journal télévisé et comptez le nombre de fois que vous voyez apparaître la trombine de Sarko, à la mode de chez nous. Vous seriez peut-être surpris.


En tout cas, de ce que j’en ai vu, la Tunisie ne ressemble pas à a caricature que l’on aurait tendance à en faire avec nos réflexes de prêt à penser. Regardez la France en prenant le regard d’un étranger et vous verrez.

En fait, ce que j’ai retrouvé de plus déplaisant, c’est les relents de domination française. J’ai fait 500 kilomètres sans qu’on me demande un papier. T’as oublié ton permis ? T’inquiète, les blancs ne se font jamais contrôler. Je vais dire à un Tunisien en France, t’inquiète, les Arabes ne se font jamais contrôler !

Après, je ne suis pas journaliste, je n’ai pas rencontré d’opposants. C’est sans doute parce qu’ils sont tous emprisonnés. Si quelqu’un a des infos, n’hésitez pas !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Contre le prêt à penser

  1. Samuel Marès dit :

    je pense que le contrôle policier entre l’avion et le guichet, c’est pour les stupéfiant, la drogue , quoi. Mais je ma trompe peut-être. en tout cas je te crois sur ce qu tu racontes, moi je suis jamais aller en Tunisie. 

  2. Pascale dit :

    Ouais d’accord, c’est bien beau tout ça. Mais est-ce qu’elle a grossi et qu’il est toujours aussi con. C’est ça qui m’intéresse moi !

  3. St-Guy dit :

    Merci BB de nous avoir « honnêtement » éclairé sur la Tunisie d’aujourd’hui… comme je l’ai dit, voulais pas te fâcher mais me disais que peut-être, des gens de « chez nous » liraient ce blog et que ça ferait avancer la cause de la « liberté » chérie… C’est marrant en tout cas qu’une page génère chez Pascale le besoin de faire l’autruche avec la tête bien enfouie dans le sable du désert Tunisien… Après tout, elle cherche toujours le trait d’humour et c’est sans doute utile… maintenant va falloir lui répondre BB !

  4. Bernard Blancan dit :

    Bon Guy, tu deveins lourd, là. Je suis pas journaliste ni gentil mec de gauche qui déplie son tract dicté par la direction du parti. Sur Internet et tu peux trouver ça http://www.amnesty.fr/index.php/agir/campagnes/terrorisme/actions/au_nom_de_la_securite_atteintes_aux_droits_humains_en_tunisie   http://www.amnesty.org/fr/library/info/EUR21/003/2009/fr  

  5. Bernard Blancan dit :

    Il y a un peu des deux…

  6. Bernard Blancan dit :

    Moi, j’y suis juste passé. Il faudrait y vivre pour en parler.

  7. St-Guy dit :

    Moi qui croyait êt’ spirituel et sincère… y m’arrange l’acteur, bon j’me tasse !

  8. Pascale dit :

    BB, toi t’es léger comme une plume alors que le Guytounet est (toujours… oups ça m’a échappé) aussi lourdingue… Porter ses jugements à l’emporte pièce sur des gens qu’il ne connaît pas (l’autruche te salue bien bas… et comme disait ma grand-mère « c’est en vous saluant que… »… non, i comprendrait pas) ça lui va bien. Être de gauche ou de droite n’est ni une qualité ni un défaut, et effectivement je crois que le blog de Bernard n’est pas l’endroit pour débattre de savoir si la Tunisie est une dictature (ou pas)… Fin, bon, c’que j’en dis… si j’étais pas si calme, je m’énerverais bien tiens.

  9. St-Guy dit :

    « Être de gauche ou de droite n’est ni une qualité ni un défaut » ça c’est envoyé Pascale ! T’as raison, retourne au cinéma et qu’en tu sorts, remets toi dans la foule des anonymes… Fermé le ban… titre !

  10. Pascale dit :

    qu’en je sorts ??? Ah oui d’accord… QUAND JE SORS de la salle de ciné, je me fonds dans la foule des anonymes !!! Désolée Guytou, tout le monde n’a pas ta notoriété tellement efficace pour sortir les dictatures du marasme. P.S. : t’inquiète BB, c’est la récré. On joue un peu.

  11. Guy Gauthier dit :

    moi j’joue pu aec elle, elle fait sa maitresse sans S majuscule !

  12. Bernard Blancan dit :

    Mais tu es spirituel, Guy !

  13. Bernard Blancan dit :

    ça y est, ils vont encore se battre, les deux…

  14. Bernard Blancan dit :

    Tu crois qu’elle sait pas que tu traines autour de la salle avec ton imperméable ouvert ?

  15. Bernard Blancan dit :

    Allez, on va rentrer maintenant, ça a sonné.

  16. Bernard Blancan dit :

    Saitresse ? Ses tresses ? Pfff, ces gamins…

  17. Pascale dit :

    Ouais ben c’est lui qu’a commencé m’sieur ! Tu crois qu’il veut me traiter de SS ??? Tu peut luit dir deux moublié steuplé ?

  18. Bernard Blancan dit :

    Tu es en passe de devenir aussi douée que moi, en orthaugraf

  19. Pascale dit :

    Jeu maplik !

  20. Bernard Blancan dit :

    ça se voit !

Les commentaires sont fermés.