Mise en scène

Dimanche 22 novembre 2009

Un petit article pour préciser l’origine des plaisirs cinématographiques. Non, je n’ai pas le goût sûr. Ça n’existe pas. Chacun a ses critères d’appréciation des œuvres littéraires, cinématographiques, musicales, picturales…

Cette année, les deux films qui m’ont le plus touché sont La Nana (la bonne) de Sebastián Silva et Fish Tank d’Andréa Arnold. Les deux films réunissent des acteurs inconnus et sublimes, une mise en scène remarquable, pour des petites histoires humaines simples et complexes dans ce qu’elles révèlent des ambiguïtés de l’âme.

Très souvent, les films doivent leur succès à l’histoire qu’ils racontent. Il suffit qu’elle soit originale, extraordinaire ou ayant reçu le label « histoire vraie » pour que le spectateur adhère et passe au-dessus d’autres critères. Cela m’arrive aussi. Vient ensuite le jeu des acteurs. Souvent, je pardonne bien des choses aux films quand je me régale des interprétations. La qualité de l’image vient ensuite nous embarquer. Et puis, quand même, il y a la réalisation, la mise en scène. C’est là, un domaine d’appréciation subjectif. C’est quoi, une bonne mise en scène ? Je n’en sais rien mais j’ai besoin de sentir un mélange de parti pris et de finesse. Je n’aime pas quand le réalisateur pense que je ne vais pas comprendre et qu’il en rajoute une couche.

Pour moi, dans À l’Origine, il y a d’abord l’histoire, ensuite les acteurs (Cluzet, ça dépend). Rien à dire de ce côté. Mais en terme de mise en scène, je trouve vraiment que ça sent la fascination pour les gros engins de chantier, la naïveté (par exemple quand Cluzet monte la butte avec son drapeau TGM), l’absence de goût dans l’utilisation de la musique. La musique de Martinez (il s’appelle comme ça) vient surligner, a des velléités d’embarquement du spectateur avec de gros sabots et parfois, plus grave, vient donner le point de vue larmoyant du réalisateur sur la condition sociale du jeune personnage féminin. À plein d’endroits, elle est en trop et enlève aux scènes parfois jouées avec finesse et virtuosité. Voilà ce que je n’aime pas : le volontarisme, le travail en force. Bref, j’ai été agacé de voir la matière saccagée, une image et un cadre vilains ou qui se la racontent inutilement (par exemple le plan en plongée de la grue qui brûle). Ça manque de « cinéma ».Voilà comment mon plaisir potentiel a été malmené et pourquoi j’ai passé une mauvaise soirée. Mais après, le goût des autres…

Le Resnais fatigue par la vacuité de l’histoire qu’il raconte ou par ses acteurs vieillissants mais il demeure au moins un plaisir de cinéma. Et finalement, quand je vais au cinéma, ce n’est pas pour voir de la téloche.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Mise en scène

  1. GG dit :

    Pour « A l’origine » J’cois que j’vais oublier ton adresse pour l’envoi ! (lol)

  2. serge barande dit :

    Ouaip! Extra cette photo en N et B. Tu plonges dans un autre temps, côté rétro qui me plaît bien. Pas allé au cinoche, en ce moment y a des champignons au fond des bois, et ça sent rudement bon l’humus automnal. Alors je m’en régale et le privilégie à celle du vilain pop-corn qui daube. Bise forestière.

  3. Pascale dit :

    Bon pas d’accord du tout du tout avec toi sur les deux films. A l’origine est « plein », rempli à ras bord de « cinéma » justement. Et la fascination de Giannoli pour son sujet et ses engins transpire à chaque plan. Et c’est loin d’être un cinéma racoleur comme tu le sous entends. D’ailleurs je suppose que le nombre d’entrées prouvera (hélas) qu’il ne l’est pas (racoleur) et « populiste » (ah le gros mot) ! Pour le Resnais, c’est aussi un coup de coeur, pour ne pas dire un coup au coeur qui m’a transportée. Dans Fish Tank des acteurs inconnus !!! PFffff. On voit bien que tu vas rarement au cinéma toi. Tu veux connaître mon top 3 de cette année (jusqu’à présent), l’année n’est pas finie. Je sens que tu veux le connaître. Alors, voilà, accroche toi à l’écran, je retire le clavier : 1 – Un prophète (indétrônable) à moins d’un (autre) miracle, 2 – Gran Torino (silence), 3 – Les herbes folles… Décidément j’aime les vieux moi.

  4. Samuel Marès dit :

    moi j’ai beaucoup aimé « Navidad » un film chilien que j’ai vu la semaine dernière. Je ne saurai expliquer trop pourquoi, la simplicité peut-être.

  5. GG dit :

    A l’origine, la seule chose que l’on pourrait dire est que le film est trop long, encore qu’on ne s’ennuie pas, mais 2 H 35 aujourd’hui c’est un peu long… métrage. Moi, lorsque l’histoire est « sociale » ça me plait, mais ça ne plait pas souvent au public… Je trouve qu’il n’y a que les gens simples et sincères, les petites gens, qui sont grands et ont des trucs à dire… Je me souviens d’un film des années 80 « Le pavé des géants » avec Zoé Chauveau, Patrick Chesnais, Andréa Férréol, Philippe Léotard, Serge Reggiani, Mario Adorf et la pauvre Dominique Laffin, mère de la petite de la mairie de Paris que BB aime bien. Bah ce film (Celui d’Enrico) n’a pas bien marché… et pourtant je trouve que ces petits hommes sur leurs gros engins, ça le fait… Il faut dire qu’avec des conditions météo pas facile, la pluie, le vent (son) et la boue, ça n’est pas évident de faire tourner les caméras. Quant à la prestation de François Cluzet, remarquable, car jouer ce type perdu qui se prend, peu à peu, à croire qu’il est le père Noël, c’est une riche idée ! D’ailleurs je pense qu’on le retrouvera en février aux Césars, le François, au moins nominé…

  6. denis dit :

    « Fish Tank » est également pour moi, l’une des tres bonne surprise de l’année. Le Resnais m’a profondement ennuyé, bien qu’il soit léché au dela du possible et qu’il ne manque pas un accessoire dans le décor ou un reflet dans la lumière. Le meilleur du film reste les bandes annonces de Baer – un peu  comme les films de Rollin jadis dont le plus interessant étaient les affiches de Druillet…

  7. LN dit :

    Dommage que tu ne regardes pas la téloche, parceque ce soir, tu y joues Marat, avec ton turban sur la tête…  ( Eh ouais…)

  8. serge barande dit :

    Té! pour parler cinoche… et cheval… Ch. Jacques disait de G. Philippe (Fanfan) « il joue tellement bien que même son cheval croit qu’il sait monter » Bon, aucune comparaison à faire!

  9. Bernard Blancan dit :

    Mais non… mais attention : grève de la Poste

  10. Bernard Blancan dit :

    J’ai une gueule transtemporelle…

  11. Bernard Blancan dit :

    On ne peut pas être d’accord sur tout. Il suffit de lire les critiques. Et combien de fois le monde s’éfondre quand on constate que tel personne que l’on aime adore ce que l’on trouve être une sombre merde. C’est la vie. Heureusement qu’il nous reste quelques différences !

  12. Bernard Blancan dit :

    Alors, je ne suis pas d’accord pour Navidad ! Je l’ai pas vu… hé hé hé

  13. Bernard Blancan dit :

    Tu as raison, Guy ! Moi aussi.

  14. Bernard Blancan dit :

    Ouais… même la bande annonce, je suis pas vraiment fan.

  15. Bernard Blancan dit :

    Si je veux me voir, j’ai qu’à aller dans le salle de bain. Quoi que, en ce moment, je ne porte pas de turban…

  16. Bernard Blancan dit :

    Il est drôle, ce Chichi. Dommage qu’il soit socialiste !

  17. serge barande dit :

    Pas Chirac Jacques… mais Christian Jacques…! qui a mieux connu Gérard Phillipe que le Chi, fan de Sumo qui se fait bouffer par celui-là même.

  18. Denis dit :

    Point de détail pour GG, ce n’est pas « le pavé des géants », mais « l’empreinte des géants ». Je dois meme avoir l’affiche quelque part.

  19. JACKY dit :

    toujours beau gosse !!!

  20. Bernard Blancan dit :

    C’est vrai

  21. Bernard Blancan dit :

    C’est pas de Géant vert, qu’il voulait parler ?

  22. Bernard Blancan dit :

    ça m’étonnait aussi…

Les commentaires sont fermés.