Au dodo !

Jeudi 31 décembre 2009
Ça sent le charlot à plein nez. Et moi, je vais me coltiner le charlot des charlots, évidemment. C’est ma spécialité, ma fonction, le secret de ma longévité. Dans ma jeunesse, j’en ai envoyé valdinguer plus d’un, des comme celui qui est en train de me brosser en réprimant ses tremblements. Il sent la trouille. Le charlot sent la trouille par les aisselles. Boh, il n’a pas l’air méchant. Un mou. Ça va être pépère.

Il passe et repasse derrière moi, le con. Le sabot me démange. Calme Dino, calme. Laisse faire. Tu ne vas pas foutre en l’air ta préretraite. Elle est pas belle, la vie ? Je fais essentiellement les reprises, j’ai deux trois potes, deux juments fofolles que j’impressionne. Je n’ai qu’à trimballer sagement les charlots en leur laissant croire qu’ils me maîtrisent. Pour le reste, du foin à gogo, du pain, des carottes, tranquille, logé correct, bien au chaud. J’en connais d’autres qui ont voulu faire les marioles et ont fini à l’abattoir bien avant l’heure.

Putain, c’est pas gagné. Vu comme il serre la selle, il va se retrouver la tête en bas en deux minutes, celui-là ! J’ai faim, tiens. Voyons un peu comment il guide. Ok, je vois. Pas de surprise. Il me pilote comme si j’étais débile : et que je tire à droite, et que je tire à gauche et que je lui arrache la gueule pour dire stop. Je prends sur moi. J’anticipe. Ça le calme.

Il tient bien le trot. Il a dû monter une ou deux fois, il y a très longtemps. Je fais quand même un distinguo entre un novice pur et un charlot de base qui dit savoir monter parce qu’il a fait le cirque de Garvarnie à dos de mule quand il avait douze ans. C’est pas avec lui que je vais m’essouffler au galop. Allez, allez, me lance-t-il en me tapant les flancs du talon. Il a vu ça dans les westerns. Hé hé hé !

Merde, il va falloir que je me bouge un peu, Maryse lui passe la cravache. Le charlot est capable de vous fouetter comme un imbécile tant il a peur. C’est maladroit, un charlot. Ok, je pars au trot. Mais qu’est-ce qu’elle fout, l’autre ? Quelle conne cette Pépita ! Elle va me foncer dessus. Tu vas voir ! Et hop, au galop, tant pis s’il tombe, l’autre. Pas mal, j’ai encore de la réserve, moi. Hoooooooooo, ça va ! Pas la peine de tirer comme un malade ! Je vais pas me crever, je vois. C’est le genre à ne pas supporter des galops de plus de vingt mètres. Je sens sa trouille qui descend sur les jambes. Il me chatouillerait presque tant il tremble. Je cabre ? Non, non, pépère, Dino, pépère. Au premier écart, il me foutent dans le fourgon. J’ai faim.

Je vais boire un coup de flaque, tiens. Le con ! Il veut montrer qu’il est le maître et m’empêche de baisser la tête. Mais qu’est-ce que tu crois, pauvre nase ?! Calme, Dino. Souffle. Prends sur toi !

Retour au bercail, tranquille Mimile. Une carotte et dodo debout jusqu’au prochain charlot! Il est appliqué, lui. Et vas-y que je te brosse. On va pas y passer la journée, non plus ! Petit coup de jet sur les papattes et retour à la rambarde. Mais oui, je suis gentil, je sais. Pas utile de me le rappeler. Si tu savais… quoi ? Il veut se barrer comme ça ? Et MA CAROOOTTE !!! Il est vraiment con comme une mule. Il comprend rien. Il revient faire un câlin. Mais casse-toi, connard, c’est bouffer que je veux ! Le charlot est d’une ingratitude…

J’y croyais plus. Le voilà qui ramène sa fraise avec une carotte. Ok, c’est bon. Il veut pas que je le remercie, non plus, non ?! Pépita qui a bénéficié d’une carotte grâce à mon intervention pourrait au moins se fendre d’une œillade reconnaissante. Ah les jeunes. Jamais ils ne se bougent mais quand il s’agit de bénéficier du fruit des luttes des vieux, c’est pas les derniers. Quelle vie… J’ai faim, moi. Ça m’a creusé cette histoire.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Au dodo !

  1. Daniel dit :

    Et demain : le point de vue de la carotte ! Génial en tout cas, les deux textes… Bonnes fêtes de fin d’année !

  2. Bernard Blancan dit :

    Pour la carotte, on verra en 2011 !

  3. serge barande dit :

    Bonne marrade! Quant à Gavarnie…. y ai mis les fesses aussi! Mais Dino a un putain de vocabulaire…

  4. Bernard Blancan dit :

    Il a fait Saint-Cyr

Les commentaires sont fermés.