Leçon de télévision

Samedi 30 janvier 2010

Le direct connaît des lois très strictes qui imposent concision et efficacité. N’avancer qu’une idée simple à la fois, semblant éventuellement originale.

Hier soir, ma première intervention était relative à ma présence au festival. Tout va bien. Petit sujet, puis seconde intervention. Et là, tout s’effondre. La journaliste me demande si c’est agréable d’être jury. Et moi, au lieu de dire « oui, bien sûr », je veux faire le malin et je dis non. Pas pour être contradictoire mais pour faire une blague à l’américaine. Je commence par dire non (la réponse pas attendue) puis je développe une argumentation qui finit par oui, bien sûr.

La journaliste avait eu l’information à l’oreillette qu’elle avait du temps. Mais, à peine je commence ma réponse emberlificotée, je la sens se tendre, puis elle me coupe et rend l’antenne. Je suis surpris. Elle m’explique que, dès le début de mon intervention, elle a entendu dans son oreillette « Oh la la, 15 secondes ! ».

La leçon :

– être humble

– éviter de faire le malin quand tu n’as pas l’étiquette « je fais le malin ». Car ça déstabilise la ménagère.

 

Plus tard, dans la soirée, je me suis retrouvé dans une situation assez curieuse. J’étais en train de fumer à l’entrée de l’électrik Palace, le chapiteau très fréquenté, derrière la Maison de la Culture. Un jeune homme me regarde avec insistance. Comme je semble lui demander ce qu’il me veut, il me dit que je ressemble à un acteur. Ben, je suis acteur. Non, non, vous ressemblez à un acteur qui a les cheveux plus courts que vous, qui joue souvent les flics. Secondes de désarroi. Quand il évoque le fameux acteur, ses yeux donnent naissance à un personnage extraordinaire et me renvoient à ma condition ordinaire. Après tout, je peux bien connaître ça de temps en temps. Je suis le mec ordinaire et, parfois, le regard de personnes que je croise s’illumine du souvenir de quelques rôles et d’une sorte de respect voire d’admiration. Je ne tire aucune vanité de cela mais j’en connais bien le principe. Le mec que tu as vu dans le monde imaginaire de l’écran se trouve devant toi.

Mais hier soir, pendant quelques secondes, ce jeune homme me divisait en deux. J’étais l’être de chair devant lui et, l’acteur que je suis était un autre, qui ne pouvait pas être là, devant lui. Je me retrouvais dans la situation de celui qui doit prouver qu’il est bien l’acteur dont il parle.

Heureusement, un copain à lui est venu à mon secours.

J’ai vu ma première séance de courts-métrages, sélection française. Des univers très différents et beaucoup de tenue. Ils pourraient faire l’effort de nous mettre deux ou trois films nuls, quand même !

Je suis toujours épaté par la fréquentation incroyable de ce festival. Les salles sont pleines de gens tranquillement passionnés qui n’aiment pas le cinéma pour y reconnaître des stars. Juste pour le cinéma.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Leçon de télévision

  1. Pascale dit :

    Et le « ménager », il est déstabilisé ou pas ??? J’adore ce genre de festivals… d’ailleurs j’y cours !

  2. Le Guytounet dit :

    Lu ! Comme j’avais l’intention d’y aller, ça  fait un beau compte rendu…

  3. Bernard Blancan dit :

    Le ménager, il peut suivre, lui.

  4. Bernard Blancan dit :

    Compte rendu, compte rendu… je fais pas le journaliste. Je raconte juste des éléments de ma petite vie.

  5. Pascale dit :

    Me doutais bien qu’il y avait encore un sous-entendu misogyne là-dessous !

  6. M dit :

    Etrange ton experience avec ce jeune… remarque parfois lorsque je croise un reflet dans la glace, j’me demande qui ça peut bien être… « tu me déçois tu sais… » m’a t elle lancé l’autre fois 😉 A ses yeux, à lui, tu n’as pas su tenir ton rôle sur lequel il t’a crucifié… ainsi vont les balles perdues, les blousons en cuir, les gyros lacérant les murs, les regards noirs à l’oblique, une silhouette qui s’enfonce dans la nuit. Rester une image… ou pas.

  7. Le Guytounet dit :

    Bravo M… quant à BB on peut ren y di en c’moment !

  8. Joël dit :

    Je viens d’écouter « Pour aller retrouver ma source » « Je prendrai à tous les sourciers Leurs baguettes de coudrier Pour aller retrouver ma source » Je me demande bien pourquoi, j’ai pensé à toi ? J’attend de voir le journal de france 3, il l’ont pas encore mis en ligne. Evidemment je ne manquerai d’illustrer ton article par un lien. Héhé ! Bon festival.

  9. Joël dit :

    Héhé ! Le journal 19/20 région Auvergne ! 14: 43 Vendredi 29 janvier

  10. damss dit :

    Vous êtes trop sévère avec vous-même ! Vous étiez très bien dans cette séquence. Sympa, clair et sobre 😉

  11. M dit :

    L’est super cette vidéo! (on va en avoir une par soir? ^^ ) Merci… Pour Guy… et encore j’suis à jeun… ^^

  12. Joël dit :

    En direct du festival International du court-métrage Lundi 1 février 11h55

  13. Bernard Blancan dit :

    Qui c’est, ce cow-boy à deux balles ?

  14. Bernard Blancan dit :

    Passé de l’autre côté du miroir…

  15. Bernard Blancan dit :

    ren de ren !

  16. Bernard Blancan dit :

    Joël, il est certain que tu seras au générique du film ! Un super assistant….

  17. Bernard Blancan dit :

    Dois-je te remercier…

  18. Bernard Blancan dit :

    C’est vrai que je ne suis pas tendre à mon encontre. C’est ce qui me permet d’être redoutable avec mes congénères…. Merci, Damss !

  19. Bernard Blancan dit :

    Bon, y a que moi qui vais pas arriver à la lire, cette vidéo…

  20. Bernard Blancan dit :

    Bon, je vais me mettre dans le public et je ferai coucou !

  21. Joël dit :

    dans la catégorie « caftage » alors !

  22. Bernard Blancan dit :

    You are the best !

Les commentaires sont fermés.