Toujours là !

Samedi 27 février 2010
C’est arrivé à l’aéroport que je reçois un coup de fil du Maroc : temps pourri dimanche, la journée de tournage est déplacée. Tu ne tournes que mardi.

J’aurais pu me dire que ça allait me faire des vacances mais j’ai préféré aller au guichet de la RAM et changer mon billet pour dimanche. Ainsi, ce matin, j’ai pu encore bosser sur mon dossier qui sera fin prêt pour lundi. En plus, ici, IL FAIT BEAU !

Ne fais pas, sur un coup de tête, Tanger le bateau…

Vendredi 26 février 2010

J’ai eu deux jours pour finaliser une énième version de mon dossier Retour aux sources car j’ai appris au dernier moment que je pouvais le présenter à la fois à la SCAM et au CNC. Deux jours où je n’ai rien fait d’autre. Je n’ai pas tout à fait terminé et je pars ce soir à Tanger. Entre temps, je dois vider mon bureau qui doit être repeint en mon absence…

Je n’ai rien dit sur La robe du soir car je n’ai pas pu le voir. La salle était bondée, des gens sur les marches. J’irai donc le voir en salle si j’en ai le loisir à mon retour. Je veux dire, si les quelques exploitants ne l’ont pas sorti.

Voilà que dehors, ce sont les giboulées de mars qui succèdent à l’hiver. Le petit café au soleil d’une terrasse, ça sera à Tanger. Quoi que… ils ont eu de la pluie depuis le début du tournage.

Allez, vous aurez des nouvelles marocaines !

C’est un hold up !

Mardi 23 février 2010

Ce matin, je suis passé dans une agence bancaire pour rapatrier un compte. Le caissier me parlait comme à un débile. Il faudra venir avec une pièce d’identité vadile et un justificatif de domicile de moins de trois mois, genre quittance EDF. Vous êtes hébergé ou c’est chez vous ?

Ben non, connard, je suis SDF, alcoolique, drogué, violent et voleur. Je viens déménager un compte pour virer mes magouilles ! Juste devant moi, un bonhomme venait de déposer le contenu d’un cabas à roulette rempli de sachets de pièces et un nombre important de chèques. Il n’était pas très propre, n’avait pas enlevé sa casquette. On lui aurait bien donné vingt centimes. Les apparences sont parfois trompeuses…

Premières sorties

Lundi 22 février 2010
Pendant que je me prépare pour mon départ pour Tanger, les films en profitent pour sortir.

19241719.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100202_053245.jpg
Dès mercredi, La robe du soir de Myriam Aziza. Le film se promène dans les histoires que se raconte une collégienne un brin amoureuse de sa pro de français. J’y fais une apparition en proviseur. La prof, c’est Lio. Je n’ai pas encore vu le film mais j’avais trouvé le scénario très juste sur un sujet aussi délicat.

Louise-Michel-la-rebelle_fichefilm_imagesfilm.jpg
Le 6 mars, à 20h45 sur France 3, vous pourrez enfin voir Louise Michel de Solveig Anspach.

Louise Michel (Sylvie Testud) au bagne en Nouvelle Calédonnie. Un film impressionniste avec une superbe image d’Isabelle Razavet. Vous y verrez entre autre Nathalie Boutefeu et ma pomme en Henry Rochefort. Bon, comme mon personnage s’évade très vite, il ne faudra pas rater le début !

Embrouille

Vendredi 19 février 2010

D’autres retours à propos du projet de documentaire. Alors, tu tournes quand ? Ben, cette année, j’espère.

La multiplication des rendez-vous, castings, voix-off, retours, répétitions… crée une sorte de confusion. Bon, j’en suis où ? J’ai rien aujourd’hui ? Vous savez, ces moments où le cerveau est tout emmêlé et aimerait bien se poser un peu, juste faire le tri de l’essentiel et l’ordonnancement des priorités. Et puis vous savez que vous avez encore deux coups de fil à passer mais, comme vous savez qu’ils vont en engendrer d’autres, vous tardez à les passer mais ils sont là, marqués, clignotants qui vous interdisent toute concentration, toute distraction. On n’est jamais plus tranquille que quand on tourne, finalement. On n’a qu’une chose à faire.

Allez, je poste le micro article et j’appelle !

Surveiller son image

 IMG_1068.JPG

Une publicité dans une pharmacie, aujourd’hui
La dame qui pose sur la photo ne savait pas qu’on allait lui coller une couche sur la gueule…

Mercredi 17 février 2010

Ce matin, j’avais un casting à Neuilly. Un tournage de cinq mois, un en Dordogne et quatre en Inde. En apprenant le texte de l’audition j’ai tout simplement pas eu envie d’endosser ce rôle de méchant caricatural. Le personnage est méchant, bête, pervers, finit alcoolique puis se suicide. Rien pour le sauver. Juste un malade. Et puis, c’est une série. Imposer ma gueule méchante sur toute une série, en beuglant et traînant la misère et la méchanceté maladive, j’avais pas envie. Un truc a dit stop. Et puis quatre mois en Inde, c’est une épreuve pour la vraie vie. Dans la balance, il n’y avait pas assez de poids du bon côté. Et les cachets ? Et l’argent ? Ça compte mais j’ai économisé quelques sous pour me permettre cette liberté. J’en profite. Je suis donc allé au rendez-vous, uniquement pour expliquer que je ne passerai pas l’essai.

J’enchaînais avec une voix-off oubliée sur le documentaire du copain à Levallois-Perret. Deux kilomètres à pied. J’ai descendu l’avenue du Château, large, boisée, remplie de 4X4 de luxe et des belles demeures de la France qui gouverne. Neuilly, nous n’avons pas les mêmes valeurs !

À propos de voix-off oubliée, je dois retourner à Vanves demain matin. Ils avaient oublié une phrase dans ma post-synchro de Hors la loi.

Hors la loi…

Lundi 15 février 2010

Je suis rentré il y a peu d’une séance de doublage de Hors la Loi. D’après ce que j’en ai vu, le film a l’air au moins aussi bien que ce que j’avais pressenti. Quant à mon personnage, je ne suis jamais le meilleur juge. Le verdict sera le vôtre.

Voilà donc que les films de l’an passé m’échappent totalement désormais. D’ici deux ou trois mois, j’aurai vu Suerte et Hors la Loi. Je saurai secrètement ce qu’il en sera et je ne dirai pas ce que je pense. Ce que je pense est toujours moins positif que la perception des spectateurs. Je me ferai donc mal en silence.

J’attends toujours le verdict de la lecture de mon projet. Pour passer le temps, demain, je pars en Belgique pour rencontrer peut-être un personnage de mon documentaire. Il vend du matériel susceptible de traduire en chiffres ce que nous ressentons avec les baguettes. Je ne me berce pas d’illusions mais je veux me rendre compte par moi-même.

Putain, qu’est-ce que je bosse !

Vendredi 12 février 2010

Il fait beau.

Hier, j’ai porté les dernières touches à mon dossier pour le proposer à la lecture d’une personne du CNC.

Dans la foulée, j’ai lu le dossier d’un projet qui devrait me promener au Japon. Aussitôt fait, je me plongeais dans les scénar du Carmen de Jacques Malaterre. On répétait, ce matin. Demain, on remet ça. Début mars aussi. Puis une semaine avant le tournage.

C’est bien la première fois que je travaille de la sorte, en amont. Par principe, je n’aime pas ça. C’est l’énergie du théâtre. Le cinéma se fait en costume et dans les décors, dans l’urgence. Mais je suis français et fainéant. Tous les arguments sont bons pour bosser le moins possible…

Les fruits mûrissent.

IMG 1066

Mercredi 10 février 2010

Encore la neige !

Je vais quand même vous donner des nouvelles du boulot. C’est un blog d’acteur, oui ou non ?

Tout d’abord, tandis que j’étais encore à Clermont, j’ai lu le scénario du prochain film de Philippe Fernandez (Connaissance du Monde, Léger tremblement du paysage…). Un régal ! Je ne sais pas s’il me tarde plus de tourner ou de voir le film fini.

Depuis ce matin, nous avons enregistré les voix-off de Suerte et post-synchronisé quelques scènes. Si je dois avouer que le premier bout de montage que j’avais vu m’avait quelque peu déstabilisé, m’obligeant à m’en remettre totalement au travail de montage, me voilà désormais totalement rassuré quant au résultat. Unissez vos énergies pour l’envoyer en festival ! Il le mérite.

Lundi prochain, ce sera la post-synchro de Hors la loi. L’année s’annonce festivalière.