Camargue

Mercredi 31 mars 2010

J’aime autant poster avant demain et avant la séance d’équitation. Comme ça, le premier avril reste ouvert.

Je suis descendu en bagnole. Les gens se demandent pourquoi. Ben moi, je le sais. On est logés loin de tout et le vieux renard connaît toutes les attentes, les dépendances inhérentes aux situations de tournage. Autant jouer l’autonomie maximale (qui de toute façon est limitée). Comme ça, quand bon me semble, je peux aller boire une bibine avec Joël, par exemple.

L’essentiel de l’équipe est arrivée bien après moi, hier soir. Je me suis donc lancé seul dans la quête d’un restau dans Arles. Ces moments là sont profondément déprimants. Seul dans une ville que l’on ne connaît pas, que l’on n’a pas choisie. Que fais-je ? Qui suis-je ?

La solution 1 aurait consisté à me glisser dans une pizzeria avec la télé avec pour objectif de tenter de me fondre dans le décor et disparaître au plus vite. Mon estomac aurait connu des aigreurs à coup sûr. J’ai préféré opter pour une solution plus gastronomique. En égaillant les papilles, je savais que le reste suivrait. Allez, on entre chez Rabanel !

Clientèle moyenne bourgeoisie vieillissante. Un visage connu entre. Mon inculture m’interdit de reconnaître précisément l’homme. Journaliste ? Écrivain ? Vu à la télé, en tout cas.

Dans ma ligne de mire un couple incroyablement silencieux. Pensées sur les vieux couples qui n’ont plus rien à se dire et ne font même pas l’effort de prononcer le moindre mot. Et puis, voilà que l’homme consent à prononcer une phrase. Il est anglais. Je comprends mieux. Je ne serai jamais foutu de tenir la moindre conversation dans cette langue.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Camargue

  1. serge barande dit :

    Hennir en anglais, vache de défi en Camargue! Chez Rabanel, t’as tenté un plat régional!? J’ai pas encore bouffé et tu me refiles une sacrée envie de bouillabaisse et je n’ai qu’une quiche… « quiche » en anglais, tu vois que c’est pas si dur que ça. Quant aux villes seul le soir, c’est aussi mon lot quand je file sur le terrain, et je me fais une joie de me trouver un restau digne de ce nom. Et quelquefois je trouve! avec tout le lot d’observations qui découlent du fait que tu bouffes seul et que que ça à faire en gros. Bon ap’

  2. M dit :

    T’y es combien de temps là bas? Tiens l’Anglais…va falloir s’y remettre…^^ je t’explique en private….. profite bien! Tu devrais aller sur Nîmes, c’est mignon tout plein…peut etre plus « gai » que arles…

  3. LN dit :

    Eh ben !…….Pourtant, Arles est une ville à decouvrir..Mais tu n’as pas assez de temps..La feria de Pâques va peut être te donner de l’animation, quièn sabe?

  4. M dit :

    Sinon t’as Saint Remy… (sans famille) bien évidemment… qui rime avec joli…(j’dis ça, en même temps je connais pas…) Signé : un pauvre taureau.  

  5. GG dit :

    Comme faut toujours faire preuve d’imagination… tu pourrais peut-être nous dire deux mots voir trois sur le scénar ? Quel est le rapport avec Carmen est l’opéra-comique en quatre actes de Georges Bizet ? Faut te le arracher toi !

  6. Sarro Philippe dit :

    Si quelqu’un rentre dans ta chambre la nuit et te réveille, tu lui dit: Chut je dors. C’est quand même l’anglais.

  7. Sarro Philippe dit :

    C’est quand même simple l’anglais, pardon!

  8. Bernard Blancan dit :

    Je me grouille

  9. Bernard Blancan dit :

    What do you say ?

  10. Bernard Blancan dit :

    Très belle ville, en effet. Mais les soirs avant feria…

  11. Bernard Blancan dit :

    J’connais…

  12. Bernard Blancan dit :

    ça viendra en son temps….

  13. Bernard Blancan dit :

    Et si c’est une grenouille ?

  14. Bernard Blancan dit :

    Ok, je te pardonne

Les commentaires sont fermés.