C’était coktail, cette fois.

Mercredi 21 avril 2010

Croisé plein de monde avant la Croisette. Le Ministre a été très amical et très à l’aise. Le cinéma, il connaît et n’a aucun mal à trouver le mot juste, avec en prime humour et dérision. Guy, il faut te calmer ! Ce n’est pas parce que j’ai serré la main d’un ministre d’un gouvernement de droite que j’ai vendu mon âme à je ne sais qui. Pascale, dis-lui, toi !


Avec cette sélection, j’ai battu mon record de bises. Je suis de moins en moins le vilain petit canard, l’OVNI de province. Je suis partagé entre satisfaction et inquiétude. Non, parce que je l’aime bien mon personnage  de « excusez-moi d’être là ».

Les quelques personnalités coktaileuses qui ont vu le film (3 !) m’ont gratifié de compliments personnels. S’ils n’avaient pas aimé, ils se seraient dispensés de me dire qu’ils l’avaient vu. Je crois que je découvrirai Hors la Loi à Cannes. Grâce à ces bruits de petits-fours, je n’ai même plus peur.

Je vais quand même bosser deux trois points d’Histoire pour faire croire que j’avais longuement travaillé mon rôle avant le tournage. Si je me contente de dire que je suis flic, je sens que ça ne va pas satisfaire le journaleux. Au moins, avec Carmen, c’est plus simple : ‘faut pas venir me faire chier !


Après, je sais plein de choses pas tristes mais je ne peux évidemment pas les livrer ici.

Si je dis que je sais des choses que je ne peux révéler, c’est juste pour signifier que je suis dans les secrets de Là-Haut. Ça fait important. On se dit, il doit en savoir des choses, lui, à traîner dans les ministères avec des gens connus qui passent à la télé. Pas joli, joli, tout ça.


En sortant, j’enttends « Bernard ! ». C’est un photographe. Je t’ai interviewé dans les bureaux de l’attaché de presse, pour Indigènes. Je peux prendre une photo ? Bien sûr. Et ce sont sept ou huit paparazzi amateurs qui me suivent dans devant la fontaine. Chacun me demande ensuite de prendre une photo avec moi. Je ne ferai pas la une des magazines. Jean et Claire m’attendent, à la fois amusés et dépités. Et puis, en écho, flash-back pas très net… je t’ai interviewé dans les bureaux de… ok.


Bref, un coktail au ministère, ça sert juste à te faire croire que tu comptes pour quelque chose. Quand tu repars, ça tient encore sur la ligne 1, entre Palais Royal et Hôtel de Ville. Puis dans le 96, ça redescend. Et quand tu prends les oeufs chez l’arabe de la place pour agrémenter les deux patates du frigo, tu as repris contact. Tu fais le code, l’ascenseur se referme, ça y est. Tu es toi-même.

 

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour C’était coktail, cette fois.

  1. GG dit :

    La fin du paragraphe est superbe… si si ! mais le début moyen… si tu savais avec qui je te prépare une poignée de main pour un hypothétique court tu n’écrirais pas ces trucs coco !

  2. serge barande dit :

    C’est bien ça… Pistonné, c’est ce que je disais (je n’en pense rien mais ça m’amuse) Mais je sais bien par ailleurs qu’il est fort agréable d’acheter des oeufs bio, après être descendu à Corentin Cariou, ou ailleurs (t’en trouves à St-Paul aussi), because les ronds de jambe ça va bien un moment. Mais j’suis content qu’il existe une reconnaissance à ton boulot et ton investissement (chevaleresques)

  3. Samuel Marès dit :

    Magnifique!!!   ton frigo est vide ? non !!! par contre t’as vu Carlita ? elle y était ???

  4. Pascale dit :

    Bon je dis rien on dirait qu’il a rangé son marteau et sa faucille ! Moi je l’aimais bien Frédéric du temps qu’il faisait une émission dans le poste… C’était une espèce de « nouvelle star » mais en théâtre et beaucoup mieux !

  5. Bernard Blancan dit :

    Quelqu’un a vu mon drapeau rouge ?

  6. Bernard Blancan dit :

    Carlitta n’est pas mariée au Ministre de la Culture. Je crois.

  7. Bernard Blancan dit :

    Oui, là, c’était pas une remise de la médaille équestre, quand même.

  8. Bernard Blancan dit :

    Qu’est-ce qu’il nous a concocté, encore…

  9. GG dit :

    Le Républicain Lorrain, Vendredi le 23 Avril 2010   Le film Hors-la-loi fait déjà des vagues Le député UMP Lionnel Luca dénonce une « falsification » de l’histoire dans le film Hors-la-loi du Franco-algérien Rachid Bouchareb. L’évocation du massacre de Sétif dans le film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb, en sélection officielle pour Cannes sous les couleurs algériennes, a déclenché hier l’ire du député UMP des Alpes-Maritimes Lionel Luca. « Autant Indigènes (le précédent film de Bouchareb, ndlr) était dans un esprit positif de réhabilitation, autant celui-ci est dans un esprit négatif et négationniste », a-t-il tempêté. Hors-la-loi retrace le parcours de trois frères ayant survécu aux massacres de Sétif de mai 1945 et qui, arrivés en France, s’engagent pour l’indépendance de l’Algérie. Le député avait saisi courant 2009 le secrétariat d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants qui avait demandé au service historique du ministère de la Défense (SHD) un « avis historique » sur le projet de Bouchareb. Concernant les événements de Sétif le rapport notait: «le réalisateur veut faire croire au spectateur que le 8 mai 1945 à Sétif des musulmans ont été massacrés aveuglément par des Européens, or, ce jour-là, c’est le contraire qui s’est produit (…) c’est en réaction au massacre d’Européens du 8, que les Européens ont agi contre des Musulmans».  

  10. Bernard Blancan dit :

    1 – Comment peut-on dénoncer un film qu’on n’a pas vu ? 2 – Sétif se résumerait donc à un « massacre » d’européens par les musulmans ? http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacres_de_S%C3%A9tif_et_Guelma 3 – Négationisme ? Qui est négationiste ? 4 – Quand ce monsieur aura vu le film, on pourra parler. Bizarre de résumer Hors la Loi à Sétif…

  11. serge barande dit :

    UMP……….? Union des Mal-Pensants, peut-être??? Je ne comprends pas ce sigle curieux.

  12. Sarro Philippe dit :

    Ah! la France a vraiment du mal avec son histoire et notamment la guerre d’Algérie qu’elle refoule. Le film Hors la loi l’aidera t’elle à se psychanalyser ?

  13. serge barande dit :

    Mis à part la petite « dent » que je viens de développer suite aux nouvelles de GG, ça va mieux côté miennes. Le côté « balance », je ne peux que le revendiquer, mais pas dans le sens présumé… puisque né en septembre, je le suis effectivement, mais t’inquiètes, je serai muet comme une tombe. Plus sérieusement, sais-tu quand le film sortira dans nos salles popcornisées (après Cannes probablement, mais quand?)

  14. Samuel Marès dit :

    c’est curieux ce retour permanent à la censure aujourd’hui. Ils ont tendance à mélanger l’art et le journalisme ces mecs de l’ump

  15. Bernard Blancan dit :

    Hors le Loi n’est pas un film sur la guerre d’Algérie

  16. Bernard Blancan dit :

    Sortie prévue : septembre

  17. Bernard Blancan dit :

    mélanger, oui

  18. Joël dit :

    Tu veux qyue je te dise la vérité, il est déçu Lionel Lucca il a pas été élu à la mairie de Cannes en 2001. Je viens de regarder un peu c’est un sacré numéro.  

  19. Bernard Blancan dit :

    Encore un jaloux…

Les commentaires sont fermés.