Al-Chimiste

Samedi 15 mai 2010

Quand je n’ai plus rien à faire, je trouve toujours quelque chose d’intelligent pour m’occuper l’esprit et les mains.

Je ne suis pas parvenu à vous cacher mes débuts d’apprenti sourcier ni même mes recherches en magnétisme. Vous vous souvenez sans doute la fameuse expérience de magnétisations de clémentines. Car oui, je soigne des gens en magnétisme, soulage des douleurs, aide à la disparition de brûlures (j’ai plusieurs témoins sur le tournage de Carmen). Mais je ne peux me contenter de résultats. J’ai besoin de comprendre et d’obtenir des preuves des effets du magnétisme en dehors de guérisons. C’est pour cela que j’avais lancé l’expérience des clémentines.

J’avais lu, au cours de mes recherches folles, qu’il existait un procédé de cristallisation sensible à partir de solutions contenant du chlorure de cuivre. Par ce moyen, on parvient à produire des cristallisations qui racontent les différences entre les vins, celles entre des produits issus de l’agriculture industrielle et de l’agriculture bio, etc… Les cristallisations obtenues expriment de nettes différences et les expériences sont reproductibles.

Évidemment, l’idée de différencier tel produit de son frère sur lequel j’aurais exercé une séance de magnétisme a germé. C’est aussi là qu’à commencé ma démarche quasi alchimique. Dans la description de l’expérience, je savais qu’il fallait du chlorure de cuivre, des coupelles de 90mm de diamètre et une étuve qui maintienne une température de 28° et une hygrométrie de 58 %. Commence alors le parcours du combattant.

Le chlorure de cuivre, impossible de s’en procurer quand on est un particulier. Il m’a fallu plusieurs semaines pour avoir l’idée de demander à une prof de physique de ma famille. Ensuite, il y avait l’étuve. On entre dans du matériel professionnel très cher. Il fallait donc trouver une solution biaiseuse. C’est ainsi que j’ai trouvé une couveuse à reptiles dont je pouvais régler l’hygrométrie avec de petits récipients d’eau. Échec : elle était hermétique et l’hygrométrie de mes seules coupelles dépassait les 80% en quelques dizaines de minutes.

Me vint alors l’idée d’une couveuse pour poussins avec réglage automatique de température et d’hygrométrie. Nouvel échec : La couveuse était trop petite et était sur ventilée, de sorte que mes coupelles s’asséchaient en deux ou trois heures, sans cristallisation. Tout ça m’a déjà pris plusieurs semaines, voire mois.

Vous me connaissez. L’échec ne me fait pas peur. Il me motive. Je me suis construit dans l’adversité. Tel Don Quichotte, j’ai poursuivi ma quête de l’étuve idéale et, un matin, un très gros colis est arrivé chez le gardien : une éleveuse d’oiseaux et papillons avec contrôle de l’hygrométrie et de la température.

Hier, j’ai pu me livrer à un nouvel essai en comparant deux vins : un Graves 2006 et un Médoc 2005. Et ça a MARCHÉ !!!!!

 graves2006.jpg

Graves 2006

 

medoc2005.jpgMédoc 2005

La prochaine étape sera de comparer un même vin sans et avec action magnétique…

 

Vous avez bien fait de venir sur mon blog. Comme je ne suis pas qu’un acteur, vous ne craignez pas trop l’ennui ! Heu… sauf Guy.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Al-Chimiste

  1. claude dit :

    Mort de rire, je te jure, j’en pleure encore. Tu veux me prouver que les haïkus, c’était un accident, c’est ça ? Proust m’ a dit : il y vient, il y vient… Bon, s’il le dit…. (Mais il toussait, j’ai pas bien tout compris. Au fait (parce que ça m’énerve) : DoN Quichotte, c’est pas DoM Perignon, espèce d’alcoolo!

  2. Vincent dit :

    Salut B, Blog découvert, tu ne peux plus te cacher mister Goup… Finalement tu es pareil dans la vie que sur ton blog Bon sinon je te soutiens dans tes recherches, vas-y fonce et je suis là pour les expériences quand tu veux.  

  3. Bernard Blancan dit :

    Heu… quel genre d’expériences ? Non parce que, s’il faut, je t’envoies vers Pascale…

  4. Bernard Blancan dit :

    Je vais corriger. Pffff. Mais j’ai lu les deux orthographes. Ok, je la ferme. Je me suis régalé à lire l’article de Politis sur Ti Kreiz et un certain Claude Lucas. Il existe donc des journalistes qui font vraiment leur boulot, qui sont curieux et ne se limitent pas au vu-à-la-télé-bien-pensant. Ça regonfle, un papier comme ça. Hé, les commentateurs, vous attendez quoi pour lire Ti Kreiz ? alcoolo, alcoolo… pfff

  5. Joël dit :

    Essayes sur Château d’Yquem 1959 ! Je veux bien venir voir ton expérience ce jour là. Les photos sont très belles

  6. M dit :

    Oh oui! Du DOM PERIGNON….  à ne surtout pas confondre avec sa suite logique : la domperidone… ^^ (ben quoi? emeto moi? ^^) Maintenant on dira plus « mate moi ce clodo… » « espèce d’alcoolo » mais « t’es vraiment qu’un cristallisé… » « oh oui…c’est un cristallisé à combien d’étoiles? « … Bon allez je stoppe… Bonne nuit.

  7. Le Guytounet dit :

    Bon t’as raison (je ramène ça sur le tapis)  moi je reste et demeure cinoche… et ce qui m’importe, c’est quel signe y va avoir sur le tapis rouge pour que je sache que c’est à moi qu’tu causes… regard caméra Canal ? Badge du blog au revers ? Mais je t’empêche pas de picoler chez toi du Bordeaux des graves entre trois poussins et deux oisillons dans une bassine en zinc ! Ça doit êt’ un beau bordel dans ton appart’ un peu comme dans la Fiat quoi !  

  8. Sarro Philippe dit :

    Tu devrais proposer tes services à l’auberge Nicolas Flamel à Paris, ils y font d’excellents vins.

  9. Bernard Blancan dit :

    Bon mais je ne vais pas travailler que sur le pinard. Il se trouve que c’est le plus facile…

  10. Bernard Blancan dit :

    Il faut réfléchir à un signe… Pour le désordre, je m’en occupe. Et je sais ranger. Méthodique.

  11. Bernard Blancan dit :

    La palme, c’est une fine palme d’or sur un magnifique cristal de roche…

  12. Bernard Blancan dit :

    Hé ben, t’auras qu’à venir avec à la maison et on le testera !

Les commentaires sont fermés.