Il est où, mon cheval ?

Samedi 31 juillet 2010

Première cristallisation sensible réussie à 100 % avec ma nouvelle machine fabriquée avec mon marteau et mes clous et avec le produit que j’ai récupéré avant-hier.

Après avoir récolté mes boîtes de Petri toutes belles, les nouvelles de la radio m’informent que notre président, lui, se cristallise sur les roms et ceux qui ont de grosses voitures qu’ils ont acheté avec de l’argent pas très propre. S’il ne supporte pas les richesses mal acquises, il va devoir commencer par balayer devant sa porte, le concierge !

Ce qui est bien, avec lui, c’est qu’on comprend tout ce qu’il fait et pourquoi il le fait. En l’occurrence, le climat du tous pourris qui enveloppe le pouvoir et ses amis est favorable aux extrêmes de la droite. Avec les annonces fracassantes et racistes qu’il vient de faire, il détourne l’attention sur les communautés et sur d’autres voyous que ceux qui ont été élus. Ainsi, il compte bien récupérer la frange glissante de son électorat, celle du café du commerce.

La gauche, elle, se frotte les mains. Enfin un cheval de bataille à enfourcher sur un terrain dégagé! C’est dommage, encore une fois car, nous, petits citoyens, on a envie que les bandits de tous bords paient un peu et on est un peu las de leur arrogance. Mais on aimerait tellement que tout cela soit géré avec intelligence et dans le respect des règles démocratiques de base. Au lieu de cela, on nous sert la bêtise, celle qui montre du doigt, qui amalgame, qui fait des blots.

Sur le tournage de Carmen, j’ai croisé des gitans qui roulent en grosse BM. Je sais pourquoi : ils jouent du flamenco dans les résidences privées des copains du président. Ils gagnent donc de l’argent et doivent souvent faire un paquet de route.

Allez, laissons-le s’empêtrer dans ses magouilles et sa petitesse de vue et espérons voir naître en face des adversaires porteurs d’espoir. Parce que pour l’instant, c’est la mouise à tous les étages.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Il est où, mon cheval ?

  1. Guy Gauthier dit :

    « adversaires porteurs d’espoir » APE ? Assos Partis d’Ecolos !

  2. Samuel Marès dit :

    oui ton analyse est très bonne et nous pourrions nous aussi nous demander comment ce Président a financer sa campagne avant d’être élu. Comme citoyen nous avons le droit aussi de nous la poser cette question. Et tu as raison aussi pour les gitans qui joue du flamenco dans les belles villas. C’est ce que raconter Chico chez Mireille Dumas, des Gypsy, qui d’ailleurs est d’origine magrhébine et pas gitane. Au début des Gypsy king, lui et les frères Reyes se produisaient pour des soirées à ST Topez, et donc c’est comme cela qu’ils se sont fait connaître. ET si à l’époque ils jouaient pour les stars du show bizz , je veux bien croire qu’aujourd’hui les groupes de flamenco gitans qui roule en BM jouent pour nos politiques qui eux cumulent toutes les retraites possibles et les mandats aussi. et un petit peu au crocher de nos impôts.

  3. Guy Gauthier dit :

    Le Samuel Marès, ce serait pas des fois un révolutionnaire Espagnol ? (lol) 

  4. Bernard Blancan dit :

    Mouais…

  5. Bernard Blancan dit :

    Bon, alors, cette révotution, c’est pour quand ?

  6. Bernard Blancan dit :

    Bien impossible, maintenant que tu le dis…

  7. Samuel Marès dit :

    ben je ne sais pas, et tout qu’à c’est l’impression que je vous donne. vive le France

  8. serge barande dit :

    Et si tu nous le cristalisais le roquet des Balkans avé ta boîte de Petri, on le refilerait à Grévin, ils nous le ficheraient dans un coin, sous toutes les poussières et les miasmes, ça nous ferait des congés (payés) Comme tu es allé en Aspe, je t’informe que deux ourses avec deux oursons chacune, ont été photographiées, pas en Aspe mais pas très loin. Y’en a qui résistent!

  9. Bernard Blancan dit :

    Sarkoziste !

  10. Bernard Blancan dit :

    Alors je viens d’essayer, je te dirai demain…

Les commentaires sont fermés.