J’ai fait un rêve

nouvelles-images-1749.jpg

Jeudi 28 octobre 2010

Beaucoup de monde encore à la manif malgré les vacances et la loi votée hier. Je n’ai croisé personne du forum ni aucun acteur. Tout juste un metteur en scène que j’avais connu à Bordeaux.

Mais l’actualité du jour, c’est que je me suis fait agresser par une vieille dame. J’arrive en haut des marches du palier de l’immeuble, un dame attend devant la porte. Ouvrez-moi ! J’ouvre. Tenez-moi le bras et ne marchez pas si vite. Où vous allez, là, on passe par la boîte aux lettres. Mais vous allez ralentir ?!!! Attendez-moi ! Elle ouvre la boîte aux lettres et en fait tomber l’une après l’autre les lettres qu’elle contient ainsi que les prospectus. Rammassez, qu’elle me dit. Je ramasse son courrier.

 

Gardez-le à la main, on y va, m’ordonne la gorgone ! Nous avançons lentement vers la porte d’accès à l’ascenseur, je la lui tiens ouverte, puis ouvre l’ascenseur. Elle appuie sur le bouton 3. Moi sur le 7.

 

Arrivés au troisième étage, la porte s’ouvre et la gentille dame m’ordonne de l’accompagner devant sa porte. Ce que je fais. Pendant ce temps, l’ascenseur repart à mon étage. Devant sa porte, la dame sort ses clés, ouvre, me prend le courrier des mains et le jette sur le sol de son hall d’entrée. Voilà ce que j’en fais, moi du courrier me dit-elle en guise d’au revoir. Je retourne vers l’ascenseur pour le rappeler et vlan, la vieille claque la porte avec la violence d’un jeune homme.

L’ascenseur arrive. Je fais demi-tour et sonne chez la sorcière. Elle ouvre. Je lui file un coup de boule qui l’envoie valdinguer dans son courrier.

Bon, le dernier paragraphe, c’est de la pure fiction. L’imaginaire a des vertus apaisantes.

Rmolex

sarkozy-molex.jpg

Ce qu’il y a de bien, quand je ne bosse ni ne suis en déplacement, c’est que je retombe dans la vraie vie.

Au journal de France Inter, ce soir, les infos se suivent et se ressemblent. On vole les ordis des journalistes qui enquêtent sur les affaires impliquant le Ministre de la retraite, Molex s’est fait du pognon sur le dos des licenciés, L’assemblée adopte le texte de loi qui va faire travailler plus longtemps alors que, passé cinquante ans, beaucoup sont licenciés et ne trouveront plus de travail. Grâce à la réforme, ceux-là seront encore plus pauvres, beaucoup plus longtemps (jusqu’à la fin). Hereusement, le frère du président dirige une boîte de retraite par capitalisation. C’est ça le monde merveilleux qu’on s’est fabriqué.

Manif, demain ? Moi, j’y passerai.

 

À marquer d’une pierre… grise

Mercredi 27 octobre 2010

Il y a ranger et ranger. Et puis un jour, il y a faire tous les trucs qu’on a laissés en attente, du genre « il faut que je change de mutuelle » et qu’on accumule sans jamais rien faire. Voilà à quoi a servi le mercredi 27 octobre. Un luxe.

Non parce que je ne peux pas aller manifester si j’ai des trucs à régler dans la tête… Je veux dire, je ne peux pas me lancer en écriture si j’ai l’esprit encombré de ces futilités ménagères.


Mais le 27 octobre, c’est aussi la sortie de des Nuits de Sister Welsh de Jean-Claude Janer. Seuls quelques chanceux pourront s’y rendre car il y a peu de copies.

 

la page Allociné

les nuits

PARIS au Saint-André des Arts

COMPIEGNE Cinéma Les DIANES (60)

AUBAGNE Le PALACE (13)

DOLE cinéma Les TANNEURS (70)

COGNAC PATHE (16) (angoulème)

LOMME KINEPOLIS (Lille)

BORDEAUX MEGARAMA

MONTPELLIER DIAGONAL

LA ROCHELLE OLYMPIA

GRENOBLE Le Club

BEAUVAIS CINESPACE 10 novembre

VERSAILLES le Cyrano 17 NOV

ST ETIENNE Le Mélies Mi Novembre

ORLEANS Les Carmes semaine du 1er Decembre

Tout roule

Mardi 26 octobre 2010

Je suis passé au bureau de mes producteurs pour trinquer au champagne. Le CNC, ça se fête !

Mais que fait-il, quand il ne tourne pas et qu’il n’est pas sur les routes des festivals ? Hé bien, en ce moment (il est encore un peu tôt pour lancer la préparation du film qui sera tourné au printemps), je poursuis mes expériences de magnétisation de clémentines. Je n’ai même pas honte de le dire puisque ça sera dans le documentaire !

Mais dans les jours qui viennent, je vais aussi profiter des temps morts pour formaliser d’autres projets, histoire de les mettre sur rampe de lancement.

La vie est belle, tiens.

Ça peut marcher

Dimanche 24 octobre 2010

Moment très sympathique à Mourenx avec une petite cinquantaine de spectateurs venus voir Hors la Loi. Avant la projection, j’ai demandé si Kendall était bien là et je suis allé lui faire une bise.

Pour le reste, rencontre rigolote avec trois jeunes filles qui m’ont fait écouter un super rapp anti-Sarko, la cousine et ses grand fils, ma mère et ma tante de passage, quelques têtes déjà rencontrées lors d’autres venues.

André, le patron du Gabizos m’a servi une nouvelle fois de guide dans la téci qui est en fait pour ses habitants une vraie ville, paisible, sans tags, au tissus social très développé (MJC, Centre Social, Cinéma…). Un exemple de ville de béton où il fait bon vivre dès lors que des politiques actives sont mises en œuvre. Une politique active ne se résume pas à des descentes de flics.

Moulins avant, Mourenx après

boisset.jpg

Jeudi 21 octobre 2010

1991, Les carnassiers d’Yves Boisset. J’ai pas pris une ride. C’était un copain qui vient de m’envoyer ça. Je dis « c’était » parce qu’on n’a pas le droit d’envoyer des photos datant de plus de trois mois.

À peine rentré de Moulins, voilà que je vais prendre l’avion pour Pau. Je vais présenter Hors la Loi à Mourenx-Ville-Nouvelle.

Je vais être jury France 2 pour le festival de Brest (grand festival de courts). Le gagnant aura la chance d’être diffusé.

J’ai oublié mon écharpe chez l’ostéo qui me disait que l’idéal, pour une tendinite, c’est le bras en écharpe, le repos et une grande patience. Je me suis donc arrêté dans une boutique du Boulevard Magenta pour m’en racheter une plutôt que de retourner signer mon acte manqué. La marchande me dit, mais vous n’avez pas la moustache, d’habitude ?

Tout le monde est dans la rue

Mardi 19 octobre 2010

La fréquentation de la manif de Moulins laisse supposer que la mobilisation a été encore très forte. Tant mieux !

 

Sur un plan plus égoïste, j’ai bien fait de prendre la bagnole. Le retour à Paris sera plus facile, demain.

Ça y est, nous avons délibéré pour le meilleur second rôle masculin et meilleur second rôle féminin. Une des difficultés de faire un pareil choix vient du fait qu’il y a beaucoup plus de seconds rôles masculins que féminins. Dans le cinéma aussi, dans son écriture, les questions de parité se posent. Même les artistes laissent la femme au troisième rang, n’utilisant pour l’essentiel que des figures de produit d’appel marketing. Prisme de notre regard, miroir déformant de notre monde, modelé par la pub.

Ton moulins va trop vite

Dimanche 17 octobre 2010

Festival sympatoche que ce festival Jean Carmet dédié aux seconds rôles. Ça me permet de me rattraper sur des films dont j’avais raté la sortie.

L’inconvénient de la bonne humeur, c’est que tu passes vite pour un vieux rabat-joie quand tu dis que tu vas te coucher. Mes collègues du jury sont parvenu à me traîner en boîte dans l’espoir de me faire lever le coude et danser pour soigner ma tendinite. J’ai dû tenir vingt minutes, jusqu’à ce que deux djeun’s viennent me dire « hé m’sieur, vous zavez pas joué dans H ? ».

Bon ma béa est faite, je vais pouvoir jouer au vieux et retrouver un rythme correspondant mieux à mon métabolisme avancé.

 

PS : Message urgent à Philippe Sarro : ton mail a été piraté pour une tentative d’escroquerie à mon encontre. Bien fait le truc…

Départ pour Moulins

Vendredi 15 octobre 2010

Vous savez pourquoi j’ai fait la vidéo qui est sous l’article d’hier ? Hé ben, c’est parce que j’ai depuis longtemps l’idée d’un court-métrage où des adultes parleraient avec des voix d’enfants. Alors j’ai voulu essayer pour voir ce que ça donnait.

Ça marche tellement bien que je mets en place le projet d’une série quotidienne pour la télé dans une case genre « deschiens ». Amis producteurs, vous êtes prévenus. Mais pour ne pas me faire piquer l’idée, je pars déposer le projet à la SACD avant de prendre la route pour Moulins où je vais faire le jury pour le festival Jean Carmet.

J’amène l’ordi pour vous faire deux ou trois articles dans la semaine.