Je ne suis pas le seul arlésien…

Mercredi 29 juin 2011

Pardonnez, chers lecteurs, mon absence bloguesque de ces derniers temps et les multiples répétitions que j’y poste. J’essaie tout juste de me maintenir un peu informé de l’actualité. J’ai vu que Martine Aubry avait été libérée et je m’en félicite.

 

Pour ce qui est du montage (puisque je ne pense qu’à ça et ne parle que de ça), nous sommes arrivés au stade où l’on bouscule la structure que nous avions patiemment construite. Et il y a matière à le faire : ce matin, on s’est projeté l’intégralité de la version 1 du film et je me suis presque endormi… Il me tarde demain pour voir un nouveau montage et évaluer les effets des bouleversements que nous avons réalisés aujourd’hui.

 

Il me reste une scène à tourner : le forage d’un puits après que nous ayons filmé ma visite avec estimation du point de forage et de la profondeur. Coup de fil du client, hier matin : vous pouvez venir, les foreurs sont là ! Nous y sommes donc partis, avec mon chef-opérateur (caméraman pour ce qui ne sont pas du sérail). Arrivés à Tournan, le monsieur nous annonçait que les foreurs étaient repartis. Ils n’avaient pas le bon matériel. On a attendu. On a bu un verre d’eau, puis un café, puis un apéritif, puis on a déjeuné, très gentiment accueillis par Monsieur et Madame. Nous avons filmé la machine en sommeil puis, quand nous avons enfin pu contacter le chef foreur, nous avons compris qu’il ne servait à rien d’attendre davantage. Le forage, si tout va bien, j’irai le filmer demain.

 

Alors, je savais, pour les plombiers. Pour les foreurs, j’avais juste entendu parler.

 

Sinon, j’ai eu un coup de fil de Scorsese mais je n’ai pas répondu. Pas que ça à faire.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Je ne suis pas le seul arlésien…

  1. Samuel Marès dit :

    pour Scorcese : menteur, mon oeil oui !!!

  2. serge barande dit :

    Pour le forage, prends la chèvre et la crépine – et la caméra aussi… mais t’as vu que même les spécialistes de l’artésien ont du mal à faire leur trou dans le métier, et qu’ils te plantent. Pas glop! Question montage, j’ai lu que Rochdy (pour Omar) avait tourné une ultime séquence six mois après la fin d’un premier montage et que, de fait, il avait recommencé ce montage et que le film, au final, en avait été chamboulé, commençant par exemple par le procés, alors qu’au départ, ce n’était pas pensé comme ça. Morale : ton doc débutera peut-être par le… forage! Pour Scorcese, t’as bien fait, y parle qu’amerloque, on comprend que dalle!

  3. Gauthier dit :

    Bon ba j’ai lu, mais on sent qu’on est (nous aut’) des à-côté de la plaque BB, mais c’est normal… dès qu’il t’auront libéré de ton forage et que tu auras embrasser ta famille et tes enfants, on verra si on a le droit de siter…

  4. Belles tranches de vies de Bernard…^^

  5. Bernard Blancan dit :

    Merci Jack !

  6. Bernard Blancan dit :

    Je m’étais trompé, c’est pas Aubry qu’on va libérer…

  7. Bernard Blancan dit :

    Toujours pas foré…

  8. Bernard Blancan dit :
  9. D&D dit :

    La dernière phrase m’a offert un bel éclat de rire qui tardait à venir aujourd’hui. Merci pour ça. Et en passant : pas voulu vous déranger hier en vous croisant du côté de chez Munch. J’ignorais en y allant qu’il y aurait un rapport avec le cinéma, c’était une agréable surprise pour moi.

  10. Bernard Blancan dit :

    Ben, vous auriez dû ! À une prochaine.

Les commentaires sont fermés.