Jeanne Captive de Ramos

1600746_3_60f3_clemence-poesy-dans-le-film-francais-de.jpg Je découvrirais le film demain, en même temps que les spectateurs. On en parle demain ?

Je faisais, aujourd’hui, mon premier jour d’étalonnage. Demain, tout est terminé.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

23 commentaires pour Jeanne Captive de Ramos

  1. Gauthier dit :

    « Retour aux sources »… ça sent l’écurie ce tournage (ça pourrait être un pléonasme avec ce titre)

  2. serge barande dit :

    Ressources autour !? De quoi que c’est qu’on parle-t-on ? Y aurait-y pas un docu qui traînerait sous un coude, par là-bas du côté de Paname?… Pi y a Jeanne captive qui sort. Alors, elle est captive ou elle sort??? Moi j’y comprends plus rien à rien, ça doit être à cause du grand vent du sud sur les crêtes basques…

  3. Gauthier dit :

    On croirait Serge qu’y a que làbas qui y a du vent et des crêtes lâches nous les basques ! lol

  4. Gauthier dit :

    Le Nouvelobs « Jeanne captive » aborde la légende de la Pucelle en se concentrant sur ses derniers mois et sa résistance aux geôliers anglais au lendemain d’une tentative de suicide ratée. Il y a du « Silence de la mer » dans cette chronique de la résistance littéralement illuminée de l’intérieur par son interprète principale. Le film de Philippe Ramos pourra paraître austère – il l’est souvent – mais il a le mérite de briser l’icône au profit d’un magnifique portrait de femme qui vacille entre son patriotisme et sa foi en Dieu. Première  » Dommage que Ramos finisse par lâcher l’ascétisme pour l’obscurantisme. Car, dans cette ode fascinante au mystère de la Pucelle d’Orléans, il rejoint ses grands prédécesseurs.  » Le Monde La trivialité de cette texture numérique s’accorde bien avec celle du scénario et des dialogues.  Le film allie la soif d’infini de Jeanne et une sensualité radieuse, l’évocation de la magie d’une nuque féminine, l’illumination d’une plage secouée par les flots, l’épreuve imposée à la vierge dénudée pour la pousser au parjure.  » Libération « L’intelligence et la qualité d’un beau travail, celui d’une main artisanale qui évide ou remplit les cadres dans un sobre équilibre, avec assez de précision et de parcimonie dans les mouvements pour créer une belle illusion d’atemporalité plutôt que de stricte reconstitution. »

  5. serge barande dit :

    Et dans l’Est Républicain, y avait rien ?… Je te dis ça, parce que moi dans l’Indépendant Bayonnais j’ai trouvé un truc (mais en Euskara). Les critiques paraissent quand même pas mal. Bel effort Guy!

  6. Bernard Blancan dit :

    Les basques, il diraient pas un mot sur moi ?

  7. Bernard Blancan dit :

    Là, je dis, bravo ! À la hauteur d’un Joël, presque…

  8. Bernard Blancan dit :

    Montagnes Pyé ré né é eeeeees ….

  9. Bernard Blancan dit :

    Retour aux sources, c’est le titre définitif !

  10. Bernard Blancan dit :

    C’est FINI !

  11. serge barande dit :

    Bien sûr que si, ils disent… : Extrait de l’article en Euskara :  » Fout un béret té! » (désolé, j’ai pu décortiquer que ça!). Si tu m’en crois, on est un peu dans la merde!!!

  12. serge barande dit :

    Eh le Guy, t’es pas levé…?!

  13. Gauthier dit :

    si je lis ça, suis arrivé y a 1 heure au CG 54

  14. Gauthier dit :

    Sud Ouest du 17 nov La deuxième édition du Festival international du film de Pau La section du marché du film pyrénéen qui a très bien marché l’année dernière présentera deux fictions « Jean-Luc persécuté » d’Emmanuel Laborie et Bernard Blancan « Retour aux sources » en partie tourné dans la région. Un documentaire sur l’ours et un docu-fiction sur le réseau de résistance Comète.  

  15. serge barande dit :

    CG 54… Z’y va! fonctionnaire de planqué de réac de hollandais! lol… Sinon, bb, t’es ours ou comète sur Pau? Explique, j’ai plus les sources…

  16. Bernard Blancan dit :

    Mais si, je te crois !

  17. Bernard Blancan dit :

    Y en a qui bossent !

  18. Bernard Blancan dit :

    D’abors, moi, c’est pas une fiction…

  19. Bernard Blancan dit :

    T’es dur, avec lui. Il est ségoléniste…

  20. Gauthier dit :

    Oui et pis qui c’est qui va vous faire avoir des subventions pour vos réals hein ?

  21. Bernard Blancan dit :

    Toi ?

  22. Pascale dit :

    Ayé je l’ai vu. C’est très beau. J’en parle au plus vite !   Copier les critiques relevées ici et là c’est une chose, aller voir le film, c’en est une autre non ?

  23. Bernard Blancan dit :

    Moi, je dis, bravo !

Les commentaires sont fermés.