2011 Bilan et perspectives nombrilistiques

J’ai achevé la lecture du journal « du footing aux palmes, 2004/2006 », juste avant Noël. Il sera dispo à la projection de « Retour aux sources », de même que « secrets de sourcier », l’autre livre. Le 14 janvier sera donc le jour où je donne en pâture les deux ou trois choses que j’ai faites, plus ou moins volontairement.

 

Un film, c’est sans aucun doute le plus important. Surtout celui-là. Il vous attend le 14 janvier à 10:30, au Max Linder, 75009. (Réservations sur retourauxsources75@gmail.com)

 

Le bouquin-blog, c’est autre chose. Je n’ai  pas été convaincu à la seconde par l’idée de le publier tel quel. Il est le témoignage d’un gugusse acteur, bringuebalé de droite à gauche, qui ne maîtrise pas grand-chose de sa vie, qui s’énerve vite contre ses méchants à lui, qui sont la société du pognon, les médias asservis, l’UMP… (Je me suis trouvé très méchant avec Libé, par exemple, alors que j’en ai encore acheté un tout à l’heure). Bref, dérisoire parcours qui finit dans les paillettes pour ce premier opus (Le suivant partira des paillettes pour finir à la source).

 

À relire ces traces, on remet deux trois fausses idées à leur place. Par exemple, j’ai constaté que je tournais énormément avant Indigènes. Ensuite, il y a eu un creux comblé par le théâtre, puis une reprise comprenant Hors la Loi jusqu’à sa sortie. Puis de nouveau un creux, comblé cette fois par « Retour aux sources ».

 

2012 nous dira qui prendra le pas de l’acteur ou du réalisateur. Un équilibre entre les deux me conviendrait assez bien, en fait. Mais le recul sur tous ces petits articles déposés au jour le jour me renvoie à la futilité et la fragilité de tout ce cinéma. Je n’ai pas l’impression d’avoir construit grand-chose pendant tout ce temps. Le plus gros bouleversement aura été ce fameux retour aux sources 2011 et tout ce qu’il a impliqué de changement en profondeur, s’inscrivant dans la durée, contrairement au parcours d’acteur qui avance par vagues qui menacent de disparaître dès que le vent se calme.

 

Une des expressions de ce changement se retrouve finalement dans le bouquin « secrets de sourcier ». Il n’y est plus question de comédie mais de mon regard sur l’invisible, ces choses bizarres que sont la sourcellerie et le magnétisme, les curiosités scientifiques, la part de croyance que je commence à assumer, en des possibles étourdissants. Pas une vision basée sur la surpuissance, des gourous et des disciples. Non, l’acceptation d’un mystère immense et ludique. Un autre terrain de jeux et d’expériences, quoi.

 

Finalement, tout ça est assez cohérent.

 

Pour 2012, on commencera donc par ces trois sorties simultanées le 14. Le lendemain, je pars tourner dans un film anglais, une comédie noire à la Fargo. Je sais déjà qu’on va s’y amuser. Pour le reste, une partie est liée aux réponses qui ne devraient pas tarder pour des rôles au cinéma. La construction de 2013 pour ce qui est de la visibilité du travail.


J’aurai aussi le temps de réaliser deux films, si tout va bien. Un court et un docu. Je suis en train de terminer le dossier du court-métrage dont j’ai déjà presque l’intégralité de la bande son et du casting et l’assurance que nous n’aurons pas de mal à le financer. Je jubile déjà à la perspective de tourner ce truc bizarre.

 

Pas mal, 2012, finalement. Il me semble que les perspectives 2011 étaient moindres. Il faudrait que j’aille vérifier sur le blog de l’an dernier, décembre…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 2011 Bilan et perspectives nombrilistiques

  1. hêtre dit :

    Et moi qui croyais que tu étais acteur pour être peinard ! Finalement tu es ton PDG mais je trouve que tu te fais trop bosser Bonne année 2012

  2. Bernard Blancan dit :

    Que voulez-vous, dans la conjoncture actuelle, la crise mondiale, les charges, on est bien obligé de demander davantage de productivité à nos employés. Sinon, le cinéma, ce sont les Chinois qui vont le faire… La bonne année, je la souhaiterai à partir du 1er… 2011, c’était pas facile, mais pas si mal.   b

  3. Joël dit :

    L’an dernier à la même époque, on étaient plusieurs dans les « startings-blocks » et on attendaient les balances et les citrons. Toi, fin 2010 tu venais de perdre pour la deuxième fois ton statut d’intermittent. Mais tu nous annoncais pour 2011 une année très travailleuse, deux films en tant que réalisateur et trois minimum comme acteur.

  4. Bernard Blancan dit :

    Je vois…. les citrons. Vous verrez, dans le film. Hé bé, cette année se termine en ayant retrouvé mon statut. Pour les deux film en projet, je ne sais pas si je pourrai réaliser les deux. Mais c’est possible. Pour les tournages 2011, il y avait un film au Japon qui ne s’est pas fait (comme un tsunami est passé par là) et un second qui a pris plus de temps que prévu (tournage automne 2012). Côté acteur, je ne me lance pas dans des pronostics, cette année. Je laisse faire.

Les commentaires sont fermés.