Du boulot, pas jury.

Je refuse souvent les participations à des jurys de courts-métrages. Ce n’est pas pour faire le malin mais parce que mes activités m’en empêchent (tournages principalement). J’ai un certain sens de l’engagement. Quand j’accepte, je tremble toujours qu’il n’y ait pas un boulot qui tombe entre temps.

 

Je venais d’accepter d’être jury à un festival de Villeurbanne, mais vient de tomber, pour le même jour une proposition. Pour du théâtre cette fois. Me voilà obligé d’annuler. Horreur de ça.

 

Demain, je m’absente pour une semaine.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Du boulot, pas jury.

  1. Pascale dit :

    En parlant de jury, de courts etc… tu pourrais dire à cet idiot…. oups pardon, ça m’a échappé, tu pourrais dire à Guy Gauthier que quand il organise un mini festival de courts métrages, il serait bienvenu de m’en avertir et que je ne le découvre pas par hasard dans un journal que je n’achète pas mais qui traînait dans un endroit où je traînais… j’ai un BLOG qui est TRES visité, et j’aurais pu faire la promo de cet événement !   Idem pour tous ceux qui bossent dans le cinéma et qui passent dans le coin. J’ai un blog. Je n’entends pas faire « bouger les choses » et faire sortir les gens de chez eux, mais au moins je peux faire passer l’info.   Sur ce, ciao tutti !

  2. serge barande dit :

    Ben oui, t’as raison Pascale, mais Guy, t’en avais pas non plus parlé sur le blog de bb, ou alors mon cerveau se situe entre celui de Chichi et de Maggy… et j’aurais totaly forget (remarque que c’est possible aussi!…) Ah… Tu vas plancher alors ? Encore un autre Retour aux Sources! Décidément…

  3. Pascale dit :

    Je vais rien pouvoir plancher du tout, j’ai été prévenue le matin du jour !   Bon s’il préfère faire son timide dans son coin, c’est son problème.

  4. serge barande dit :

    Pascale, « plancher » c’était pour bb (rappel à ses origines artistiques!). Toi, j’avais bien compris que tu avais été prise au dépourvu et qu’il était trop tard. Dommage pour la Lorraine Libre !

  5. Gauthier dit :

    Je reviens un instant pour dire à cette bonne Pascale que je la remercie beaucoup de sa proposition mais je ne pensais pas que cette grande dame de la critique cinématographique professionnelle et parisienne se soucie de ce pauvre Guy en province… De plus, la Pascale a disparue des écrans radars du blog pendant 3 ou 4 mois voir plus… l’était même pas à Paris pour retourner au sources et où je me serait fait un immense plaisir à bouffer avec elle (même que j’aurais payé), vu que l’Bernard était très occupé à signer ces bouquins sur le trottoir…

  6. Bernard Blancan dit :

    Super nouvelle ! Tu as un blog ? C’est super, ça. J’irai voir…

  7. Bernard Blancan dit :

    Il y en a encore qui n’ont jamais entendu parler du Théâtre en Planches…

  8. Bernard Blancan dit :

    Tu asais qu’elle mange salement ?

  9. Pascale dit :

    Mon cher Guy, Tu peux continuer à te faire ton cinéma dans ta tête mon brave provincial… mais il se trouve que je ne suis pas critique cinématographique et encore moins parisienne (mais je suis une grande dame, là, pour une fois tu as raison, c’est la fameuse exception qui confirme la règle !). Je suis une pauvre cinéphile qui écrit à propos des films qu’elle voit. T’imprimes ça ? Et donc je ne fais pas 600 kms pour aller voir un film, même s’il s’agit de celui du BB. Tu comprends ? Quant à mon « parisianisme », je ne sais où tu as été cherché ça ! Quoique je n’aie rien contre le parisianisme. J’adore cette ville. Sache que je vais chaque année au Festival D’Annonay (et là, il est vrai que j’écris dans leur canard) et que c’est mon festival de cinéma préféré. Evidemment, tout le monde ne sait pas où se trouve Annonay. Cela dit, je regrette bien de ne pas être allée au restaurant mais encore aurait-il fallu que je sache que j’étais invitée pauvre pomme. Et si je mange salement, c’est pas ma faute, mais j’aime tellement bouffer que j’en fous partout ! Et je n’ai pas disparu pendant des mois. Cherche bien, tu dois trouver des commentaires de moi en décembre. Quant au bazard en planches… ben non, je connais pas ! J’aime mieux la feraille. Salut les filles ! Et si vous passez chez moi, laissez un mot !

  10. Pascale dit :

    Je parlais d’Annonay, c’était pour faire comprendre que parfois j’ose balader mes talons louboutin sans la gadoue de la Province. C’est mon côté grande dame, me mélanger au petit peuple !

  11. Bernard Blancan dit :

    Bon, je crois que je vais passer…

  12. Bernard Blancan dit :

    Même qu’on a passé du bon temps, avec Pascale, à Annonay.

Les commentaires sont fermés.