Printemps

2945-marguerite-et-ciel-WallFizz

Le ciel s’éclaircit dans mon petit domaine professionnel. Un printemps dont je ne peux rien divulguer encore.

En revanche, quel sentiment de solitude face au nombre de conneries que je peux entendre et lire autour de l’affaire de Toulouse ! La droite pue plus que jamais. On en a l’habitude quand on pense à gauche. Le pire, c’est de voir des copains, que l’on croyait sachant penser avec un peu plus de hauteur et de distance, qui suivent le troupeau des réactions au premier degré, voire degré 0. Comme si les neurones se figeaient devant l’horreur. Plus de pensée. Seulement des images et des points de vue caricaturaux. Des amalgames, des raccourcis, de la polémiquette à deux sous. Pouvait-on éviter d’abattre le tueur ? Bien sûr. Aurait-on pu l’arrêter avant ? Peut-être bien. Mais c’est trop tard. Il a tué des innocents et il est mort à son tour.

Mort, il est sorti de sa vie de merde en croyant qu’il avait eu raison. Mort, tout le monde est content puisque le monstre est abattu. Mais le vrai monstre, c’est celui qui fait naître des actes odieux tels que ceux qu’a pu commettre ce gamin (23 ans). Le monstre, c’est nous tous et nos façons de classer les choses, les gens, les idées et toutes ces conneries qui renforcent encore davantage la haine et le sentiment d’abandon d’une frange de notre jeunesse. Je ne dis pas cela par je ne sais quelle culpabilité judéo-chrétienne coiffée d’angélisme naïf. Non. Il y a de vrais problèmes et il faut s’y coltiner. Mais pas uniquement à la Sarko, en fliquant tout et tout le monde. En envisageant aussi (et surtout) la question de façon globale et constructive. Avec l’envie profonde et généreuse de les résoudre. Aujourd’hui, en ce printemps 2012, je sais que mes propos de bon sens peuvent choquer. Et ça m’attriste profondément. Mais je les assume.

 

Revenons plutôt au journal du comédien-réalisateur (ce que ce blog est sensé être). Hé bé, je commence la préparation de mon court-métrage. Je me rends compte que le scénario (que le CNC avait jugé trop pauvre) raconte exactement le regard que je porte sur la France d’aujourd’hui. De façon assez incroyable, même (un des personnages est un bandit terroriste). Pas si naïfs que ça, les enfants de maternelle qui ont improvisé devant mon micro ! Je chérie cette simplicité-là et la façon qu’a le « hasard » de raconter le futur. Nous saurons très bientôt les éléments de financement. Mais il va se faire, c’est sûr, quelles que soient certaines réponses attendues.

 

Côté acteur, j’ai la forte intuition (étayée par quelques indices concrets), qu’une bonne nouvelle n’est plus très loin d’arriver. De toute façon, je commence le tournage de Landes début avril (dans quelques jours, quoi), avec mes moustaches syndicalistes. Un vrai rôle de composition ?

 

15 réflexions sur « Printemps »

  1. La dernière de Sarkozy   « la pénalisation des internautes qui consulteraient des sites internet promouvant le terrorisme ». Méfi ! Si, il continue, il risque de te classer dans les sites dangeureux à consulter. Et pauvre de nous, on aura aussi notre fiche « Cristina ».    

    J'aime

  2. Composition, composition… m’étonnerait! De LIP à Landes, la distance est finalement bien réduite (j’aimerais bien qu’on le voit le LIP en question!). Pour Landes, gaffe au pollen, suis tout jaune moi! Quant au monde ambiant… y a comme qui dirait un « petit » problème d’éducation/valeurs… et mille thèses, « grenelles » ou autres symposiums n’y suffiront peut-être pas vu qu’on part de si bas et de bien loin, de notre propre histoire sociétale et des errances politico-économiques, qui laissent une partie de la population – quelles que soient ses origines, d’ailleurs – bien à l’écart d’une vie à peu près sereine. Merci à nos antécédants colonialistes au passage! Et même en « bien votant », le chemin pour retrouver un semblant d’appaisement, sera bien tortueux. Mais comme ce matin y a un très beau temps clair et ensoleillé… eh bien je me dis que rien n’est vraiment perdu. Faudrait-il seulement que les décisions politiques et économiques s’adressent à TOUTES les franges de la société…

    J'aime

  3. L’horreur de TOULOUSE c’est absolument le scénario de « La désintégration » de Philippe Faucon. Tu l’as vu ?

    J'aime

  4. « Le ciel s’éclaircit mais je ne peux rien divulguer encore » ba voyons, nous on et là que pour faire le buzz, des commentaires sur des trucs à côté, décalés, cependant on est content sur le blog, mais ça se voit pas…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.