Mal lêché, l’ours…

Le fameux ours a été montré à Madame la productrice. On n’est pas du tout prêts. Le montage va vraiment commencer maintenant. La chose paraît toujours prometteuse. Il lui manque juste du rythme et de la folie. On est d’accord sur l’avenir du film : soit il cartonne, soit il se plante. Pas d’entre deux. J’espère qu’on aura une maquette prête pour la sélection de Clermont.

 

Vendredi, je vais jouer Philippe pour le premier long du copain Frédéric Proust. Vous savez, mon rôle de connard UMP ! D’ailleurs, je n’ai pas trop le temps de m’intéresser à la chose politique du moment, mais ça ne semble pas très reluisant, vu de loin.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Mal lêché, l’ours…

  1. gg dit :

    « la chose politique du moment, mais ça ne semble pas très reluisant, vu de loin.  » ba nous c’était tout près, en Moselle…

  2. Lydie dit :

    Qu’est-ce qui est le plus impressionnant, un ours ou un producteur… ?

  3. serge barande dit :

    Non-non-non!!! Il n’est pas question qu’il merdoie! Le cartonnement, en tant que satisfaction – propre et commune – est bien essentiel! Mais bon, comme vous êtes ok sur l’avenir du film, je n’émettrai aucune inquiétude, ni réserve. Tu fileras en exclu l’analyse à Pascale pour force d’écrin. Et zou!

  4. Bernard Blancan dit :

    ?

  5. Bernard Blancan dit :

    En effet…

  6. Bernard Blancan dit :

    Un lapin

  7. Bernard Blancan dit :

    Rassure-nous !

Les commentaires sont fermés.