Pause

Se remettre à bosser ! Mais je suis con, ou quoi ? Je viens à peine de terminer mon petit « presque-film » que je commence à m’ennuyer. Non mais je sais. J’ai prévu de me replonger dans l’écriture du roman et je tergiverse avant de m’y remettre. Il y a tant et tant de personnes qui écrivent un roman qui ne verra jamais l’ombre d’une édition que ce n’est pas une activité qui sonne sérieux. On regarde souvent ceux qui disent écrire comme des personnes ayant besoin de s’occuper pour combler le vide. Et si je me lançais dans un vrai film ? Il y a toujours ce projet de documentaire sur les figurants, par exemple… Et si je faisais vacances, tiens ! Sauf que je crois que je sais pas bien faire ce type de chose.

Voilà bien un article qui ne sert à rien.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Pause

  1. J2L dit :

    voilà bien un commentaire qui ne serà rien .  

  2. J2L dit :

    ècris donc une éloge de l’oisiveté !

  3. J2L dit :

    là, j’ai trop honte, my god ! UN éloge .

  4. GG dit :

    En même temps, parler de l’avenir avec cette incertitude qui plâne sur nos pauvres têtes, c’est pas sérieux non plus ! Je suis en congé ce midi, mais reste bien entendu branché sur Blancan.com, de toute façon on se voit le 19, si on est pas mort ! Mon docu se termine et c’est une petite merveille, si tu verras ! sortie le 28 janvier…  

  5. Bernard Blancan dit :

    Pourquoi tu dis ça ?

  6. Bernard Blancan dit :

    Tu veux pas faire le nègre ?

  7. Bernard Blancan dit :

    Quand même…

  8. Bernard Blancan dit :

    Bonnes vacances, Guytounet !

  9. Samuel Marès dit :

    un long metrage , ce serait bien quand même

  10. Sylvie dit :

    Moi aussi, j’écris un roman qui ne verra PEUT ETRE  jamais l’ombre d’une édition. Mais PEUT ETRE que oui, il l’a connaitra, l’édition (sans son ombre), alors je l’écris quand meme! On ne sait jamais! Bon je n’aurais pas du me connecter sur votre blog aujourd’hui, déja qu’on est le 21 décembre 2012, maintenant, en plus j’ai le moral en berne parceque j’écris un roman! Mais non, je rigole. Quoi que…

  11. Bernard Blancan dit :

    C’est sûr…

  12. Bernard Blancan dit :

    Sylvie, quand on écrit en vue d’être édité, il ne faut rien lâcher, foncer et ça finit par arriver. Après, être édité, ça fait plaisir, forcément, mais ça ne fait pas gagner sa vie. Je ne sais pas quel est le pourcentage des auteurs qui gagnent un peu d’argent. Auteur, de ce point de vue, c’est encore pire qu’acteur et beucoup plus dur que facteur, pour rester dans le mélange des lettres.

  13. Lydie dit :

    Il y a tellement de maisons d’édition, qu’envoyer un tapuscrit en espérant le voir édité comporte quand même un gros pourcentage de « chance », non ?? On peut ne pas avoir pensé à tel ou tel éditeur… Mais c’est vrai que, lorsque la passion de l’écriture nous tient, il est difficile d’y renoncer !

  14. Bernard Blancan dit :

    Tu as raison. C’est pas si compliqué de se faire éditer. Mais après, un éditeur qui se bouge, qui a les moyens d’assurer le suivi, c’est une autre paire de manches.   Joyeux Noël !

Les commentaires sont fermés.