En pleine forme !

ben.JPG

Ça fait du bien de prendre un peu l’air dans le Tarn (c’est pas en Russie), bâtons de marche en main, pendant que le cinéma s’étripe.

Je ne suis pas certain de faire un long article. Dans ce blog, j’ai déjà eu tout le loisir de dire ce que la presse découvre aujourd’hui. Le grand-n’ importe quoi des salaires des bankables. Et on accuse les agents ! Ils sont sérieux, les journalistes ? Les producteurs ? Ce ne sont pas les agents mais ces … de distributeurs, de diffuseurs qui tiennent à coller des noms connus pour s’assurer des recettes qu’ils n’assurent même pas, tellement qu’ils sont frileux, mal voyants et d’une imagination quasi inexistante. Leurs choix sont totalement irrationnels et ne supportent pas l’étude statistique.

J’apprends dans Libé qu’Hors la Loi a mis 20% des 15 millions de budget chez les acteurs. Heu… lesquels ? Je vous jure que c’est pas moi. La preuve, je n’ai pas eu droit aux marches. Moins tu pèses aux yeux des donneurs d’euros, plus tu montes vite et seul. Allez, c’est du passé…

Je lis ici où là des acteurs au minimum du million par film, des jeunes espoirs à 100.000 euros. Je n’ose même pas vous dire quel est mon contrat le plus élevé, avec mon prix d’interprétation. J’aurais l’air de chercher la pitié ou la moquerie. Car soyons clairs, on ne parle pas des acteurs en général. Seulement de quelques joufflus qui s’engraissent avec la complicité d’un système qui ne fait même pas ses preuves. Ce ne sont pas ces privilégiés qu’il faut blâmer, ni leurs agents. Tiens, le plus beau film que j’ai vu cette année, c’est Tabou. Pas un acteur que je connaisse. D’accord, il ne fait pas le million d’entrées. Mais j’oubliais que l’art se mesure en profits générés. Que je suis bête.

J’ai su aussi que grâce à l’extension de la convention collective audiovisuelle, les techniciens seront toujours payés au tarif. Je suis content pour eux, même si je sais qu’ils vivent mieux que les acteurs non bankables, les réalisateurs non bankables et n’ont aucune peine à faire leurs heures pour rester intermittent (ce qui n’est pas mon cas) et que, grâce à cette réforme, plus de 70 films à petit budget ne pourront plus se faire.

Allez, vive les films à l’arrach’ avec des gens mal payés mais qui s’éclatent. Ils font peu d’entrées mais n’ont pas à avoir honte de survivre.

Putain, ça m’a détendu, moi, ces vacances !

14 réflexions sur « En pleine forme ! »

  1. La marche, ça détend… « Les marches », moins! Belle année à toi et les tiens, té, en attendant. Pleine de surprise, de création et de découverte (bon… si la thunasse accompagne tes projets, ce sera coolos aussi). Et le moins possible de galères!

    J'aime

  2. Et oui Bernard, pour une minorité qui s’engraisse on met tout le monde dans le même sac et c’est bien dommage. Que ce soit dans le cinéma ou dans la grande entreprise du coin c’est bien la même chanson partout. Bonne journée

    J'aime

  3. Ouais, mais t’as pas capté…( dans le Tarn) ..J’attendais ta réaction, mine de rien..Tu es allé dans le Sidobre? Biz 2013

    J'aime

  4. Filippetti défend le mode de financement du cinéma français dans le Nouvel Observateur du 06-01-2013 « Ce n’est pas l’argent public qui sert à financer » les gros cachets, assure la ministre de la Culture, en pleine polémique sur les salaires de certains acteurs  

    J'aime

  5. salut,  le point positif, c’est que tu n’aura pas besoin de chercher une maison lors de ton tournage en belgique!!!!  aller bon courage pour cette année avec toutes tes nouvelles responsabilités!!!

    J'aime

  6. Elle a bien raison de défendre le cinéma Français. C’est ce qu’on lui demande.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.