Neige. C’est tout.

877.jpg

Mars 46 à Paris

J’avais hésité à m’offrir une doudoune, cet hiver. Tu parles ! Il neige à gros flocons ce matin encore. Enfilé les Moon boots, la chapka, les gants et suis sorti. À peine quelques mètres parcourus et me voilà lancé au secours d’un homme en scooter tombé sous mes yeux. Rien de grave. En de longues plaintes rageuses, voitures et fourgons patinent en crabe à l’assaut de Ménilmontant. Certains renoncent à mie-pente. Au café du coin, on est au spectacle. Tous ces flocons effacent pour la journée les peines du petit monde.

Je me demande comment François va rentrer de Dijon…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Neige. C’est tout.

  1. Le Guy dit :

    Rest’ don au chaud ! Lis ton village et apprend ton texte pour être bon, des fois qu’tu fasses une carrière à la télé… ça doit leur faire curieux les gens de ton village de voir arriver un palmé sur ce tournage téloche… (J’écris ça des fois qui lisent le blog ces anciens des buttes) même très une bonne série, c’est tout de même de la TV…

  2. serge barande dit :

    François va rentrer soit en trainant, au cul de quatre rennes, soit en raquette. Le Conseil est réuni pour trancher. Peut toujours neiger… Tant qu’il y aura des truites dans les gaves, des cèpes dans la « hêtraie » et des palombes dans le ciel, m’en fiche aussi moi de la neige. C’est tout blanc, ça fait froid aux pieds, ça nique les croqus pi ça fond après. Ça sert à rien! Pour la Cuillère…, t’auras qu’à poser la question à Abbraracourcix, tu verras sa réponse! Déjà qu’il est godiche sur le bouclier, j’imagine même pas…

  3. Lydie dit :

    Ne t’inquiète pas, ton François va rentrer, pour peu qu’il attrape à temps un vol de grues… le tout sera de prendre le vol Dijon-Paris et pas celui qui redescend… ben oui, les migrateurs ne savent plus où donner de la tête !!

  4. Lydie dit :

    Au fait, qu’en, pense Serge, de l’impact que peut avoir ce temps saugrenu -qui saute d’une saison à l’autre en un rien de temps- sur les oiseaux migrateurs ? ça a une influence sur eux ? Ou ils demeurent comme « programmés » quel que soit les temps qu’ils traversent ?

  5. Bernard Blancan dit :

    Un jour, tu comprendras qu’une palme n’est pas une garantie… Et ok, si le cinoche me donne plein de beaux rôles, je les prendrai !

  6. Bernard Blancan dit :

    Je vais devoir relire Astérix, merde…

  7. Bernard Blancan dit :

    Il parait qu’il veut chasser les blaireaux, aussi…

  8. Bernard Blancan dit :

    Ça va devenir le blog de Bougrin, ici…

  9. serge barande dit :

    Après un long traveling au-dessus de l’Europe dite tempérée, suivi d’un zoom avant vers les toundras arctiques, eh bien il y en a certains, peut-être par nostalgie… qui s’offrent un flash-back sur leur hivernage ensoleillé, et reviennent tant bien que mal par chez nous. Mais la plupart se « décantent », là où ils peuvent, en attendant que ça passe. Comme les camionneurs le long des autouroutes de l’ouest et du nord. Seulement les piafs, personne ne leur sert la soupe! La vie des oiseaux migrateurs, c’est pas du cinoche.

  10. LN dit :

    Ah, si, si si…..Ils sont tous dans le jardin où tant qu’il fait ce froid de canard, ils trouvent de quoi se ravitailler..Bon, ce sont toujours des petits piafs, de toutes les couleurs…Pas de vols de grues, ni d’autruches comme l’écrit BB…;) Et toujours quelques hérons….petit patapon…Ceux là sont des fidèles, et restent immobiles dans les champs…Pour les prendre en photo, faut se transformer en courant d’air…Et encore!

  11. Bernard Blancan dit :

    T’as jamais été oiseau, toi ?

  12. Bernard Blancan dit :

    Pas mal d’avions migrateurs aussi, par chez moi…

  13. Lydie dit :

    …………. cteu fôte que geai fête (un peu plus haut) !!! faut quand même que je rectifie : « […] quels que soient les temps qu’ils traversent »  aah, jme sens mieux

  14. Bernard Blancan dit :

    Personne n’est à la brie…

  15. Bernard Blancan dit :

Les commentaires sont fermés.