24 réflexions sur « Toujours dans les bois »

  1. … mais… personne n’a dit que tu ne jouais pas bien… hier ! … demain faut voir…

    J'aime

  2. tu vas encore nous dire que la photo n’est pas de toi !? à moins que… Elle est penchée : tu l’as ptêtre prise dans le feu de l’action ? (ben non, j’ai vraiment pas fait exprès, je ne m’appelle pas Serge !)

    J'aime

  3. Cette photo est fantastique! Mais si l’on la regarde bien… en troisième plan, en haut à droite, à peine visible, masqué dans les frondaisons, se dissimule le spectre ou l’avatar d’Hugues Auffray. Car, dès qu’un feu de camp point, l’Hugues vient. Le chamalo grille et la guitare fait danser les filles. En attendant, remets-moi une peu de bois, j’attrape le gril, les côtes de boeuf. Je ciselle l’échalotte. (Adendum : patates sous la cendre et le Pomerol chambre). Beau dimanche pour ceux qui ne travaillent pas!

    J'aime

  4. Ah, les chamallows grillés!! Au son des chansons d’Hugues, et des guitares… Je n’en dirai pas plus, sinon, on va partir dans des envolées lyriques, et B. va nous casser la poésie..

    J'aime

  5. Ce qui manque partout ailleurs qu’à Bordeaux, c’est le sarment ! Pour l’alose, l’entrecôte…

    J'aime

  6. Ah, le sarment de vigne de chez moi,( dans le sud est)….Et c’est vrai que les grillades ont un autre goût..Ne pas oublier le brin de thym…

    J'aime

  7. Quand je vous dis que le climat il devient berzingue, y a Bernard qui a mangé des châtaignes grillées en mai dans les bois! En conséquence, je prévois une bonne chute des feuilles vers mi-juin et les premiers bourgeons dès septembre……… Où je vais te caler les vendanges, moi maintenant, avec tous ces déréglements?… Je sais, tardives et sous la neige!

    J'aime

  8. J’avais ouïe dire que l’abus de Bergerac perturbait l’homme sain d’esprit (sans y croire vraiment, mon côté Saint-Thomas), eh bé j’en la la confirmation! Alleluhia!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.