L’écume des soirs

vague.jpg

Comment tuer une soirée à Limoges quand certains collègues sont repartis chez eux et que d’autres sont encore en train de tourner ? Un petit cinéma, tiens ! Sur Facebook, la semaine dernière, un copain a publié sur son mur que l’écume des jours était un putain de bon film, qu’il faudrait que le cinéma français ait plus souvent le courage de tels chef-d’œuvres, et patati et patata. Donc, seul, je vais profiter de mon exil pour me faire cette toile (que j’avais délaissée par je ne sais quel snobisme intello à deux balles).

Je prends une place et la caissière me dit : « cinq euros ». J’ai bien vu que le tarif normal est quasiment le double et, craignant d’avoir mal compris ou bien que son cinq euros s’adressait peut-être à un moins de 26 ans au chômage qui prenait son ticket en même temps, je planque mon billet de cinq et je tends 10 euros. Et la caissière m’en rend cinq. C’est donc bien cinq euros. Mais pourquoi ? Il y a bien des affichettes qui signalent un tarif réduit aux séances de 10 heures 30 le mardi, mais rien ne vient justifier que ce film soit à un prix aussi bas. Bref, je ne me pose plus la question et vais prendre place en salle 9, parmi la petite dizaine de spectateurs. Et là, s’enchaîne une longue série de pubs limougeaudes avec toujours la même voix. J’ai une pensée pour un copain bordelais qui faisait toutes les pubs radio de la Gironde. Enfin, le film commence. Non content de commencer, il continue. Et non content de continuer, il m’ennuie au plus haut point. Une série d’images se voulant poétiques, de stars se voulant belles et gentilles, un bougliboulga se voulant surréaliste d’un tel ennui que j’ai quitté la salle au bout d’une heure d’un film qui en faisait deux. J’ai enfin compris pourquoi j’ai payé moitié prix !

En y repensant, la profession du copain qui a adoré n’est sans doute pas étrangère à son goût circonstancié. Il est accessoiriste. Le film, lui, est une sorte d’accessoire catalogue d’accessoires.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour L’écume des soirs

  1. hetre dit :

    Si tu avais laissé le béret et la canadienne chez l’habilleuse elle t’aurait fait payer 10€ la caissière… comme les autres quoi.

  2. LN dit :

    C’est pas le bougliboulga, mais le gloubliboulga  Magnifique photo de la « Vague »….

  3. Bernard Blancan dit :

    Tu veux dire qu’elle m’a fait le tarif vermeil ?

  4. Bernard Blancan dit :

    Bougibougeat, si tu veux

  5. J2L dit :

    ne serait-ce pas du gondryboulgat ?  

  6. serge barande dit :

    5 euros l’écume à Limoges! Pas cher du tout. Au Flore, la mousse est à 15 € au zinc et 25 en terrasse. En plus, à Limoges, y a des images avec. Au Flore y a des pouet-pouet endimanchés même le jeudi… Et toi, tu te plains… Cinéphile va!

  7. Lydie dit :

    pas mal Hêtre !

  8. Lydie dit :

    Aaaah, ça fait plaisir quelqu’un qui part avant même que ce soit finit, quand ça ne lui plaît pas ! Moi c’est plutôt quand j’écoute du chant, ou de la musique, … si ça devient intolérable, je décide de sortir ! Avant je n’aurais pas osé le faire… mes enfants disent que ce n’est pas poli… mais c’est mieux que d’être hypocrite ! Pour le cinéma, je choisis toujours avec soin et j’y vais peu…

  9. Bernard Blancan dit :

    bien vu !

  10. Bernard Blancan dit :

    Jooooliiii !

  11. Bernard Blancan dit :

    Heureusement que t’es pas partie pour les ogres….

  12. Lydie dit :

    Je m’étais mise pas loin d’une sortie au cas zou…  

  13. Bernard Blancan dit :

    C’est ce qu’il faudrait toujours faire.

  14. Pascale dit :

    J’ai beaucoup aimé mais avec le recul ce n’est évidemment pas un chef d’oeuvre. La deuxième partie, très sombre m’a beaucoup touchée. Je trouve que Romain convient au rôle… peu les autres. Audrey n’y est pour rien mais elle ne représente pas la féminité de Chloé et Gad est un acteur catastrophique qui ne parvient pas à rendre la douleur, la complexité et le désespoir de Chick. Je ne pensais pas que l’univers du livre pouvait être représenté à l’écran et là je trouve que Gondry y est parfaitement parvenu sans nous gaver d’effets spéciaux sur écrans bleus.

  15. Bernard Blancan dit :

    Comme je suis parti à la moitié, forcément, j’ai raté la partie touchante…

  16. Pascale dit :

    Si c’est pas couillon !!!

  17. Bernard Blancan dit :

    Ben si.

Les commentaires sont fermés.