Retour parisien

Valle-dossau.jpg

À peine de retour, j’avais la seconde manche du casting. J’avais une tartine de texte à apprendre. Mais, le jour-même pour le jour-même, ça ne le fait pas. Peu importe, j’ai expliqué et j’ai joué. Il semblerait que ça se soit bien passé. Réponse dans quelques jours.

Avant-hier, j’ai été contacté par un réalisateur qui va tourner dans les Pyrénées. Et comme j’étais dans les Pyrénées, on a bu l’apéro chez Chabanne, mon QG Oloronais. Assez incroyable rencontre pour un film dont il est question d’une grotte dans laquelle nous devions tourner Ogres Niais. Plein de coïncidences qui semblaient éclabousser le présent réel de la magie des vallées que raconte le film.

Pour ce qui est du tournage d’une séquence de salades, j’ai appris pour l’occasion qu’il ne fallait pas prêter son matériel. En effet, suite au dernier prêt de ma caméra, elle m’a été rendue avec une fonction qui interdisait d’enregistrer le son. Heureusement, j’avais un magnéto additionnel. Je vais juste m’emmerder à synchroniser mes rushes. Après une âpre plongée dans le mode d’emploi, j’ai résolu le problème qui ne se posera pas demain pour les images que je dois tourner à Paris.

Sinon, j’ai appris que ma démission de la SRF avait été entérinée et que j’étais même remplacé alors même que je ne l’avais pas officialisée moi-même. Ce sera l’objet d’un article dédié au sujet.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Retour parisien

  1. serge barande dit :

    Oh ben j’ai du retard… Obligé d’accoucher d’un commentaire! Belle photo qui respire la truite et le cincle, sent la marmotte. On entendrait presque l’isard braire. Si c’est de toi, t’as dû crapahuter un peu [à ce propos, le genou… couci-couça] parce qu’il faut l’atteindre le lac d’altitude. Pi t’as bu l’apéro chez Chabanne (l’ex du tennisman bordelais et résistant ?) Aïe Kant bilivit! Sacré hasard, n’empêche! Je me demande, en ce moment, ce qu’ont tous ces réalisateurs à voir marcher dans la grotte ? Surtout que certaines, des plus fameuses, prennent l’eau. L’attente du miracle cinématographique, certainement (m’en va y mettre un cierge!). Une caméra, c’est personnel, ça se prête pas, c’est comme un tracteur ou un trente-huit tonnes. Sinon, t’as le gugusse qui bidouille et y t’arrive une … magouille. Et t’as un problème de ruches, en plus! Putain ! pas de miel en perspective. C’est ballot. Et t’as démissionné alors que non, mais que oui, mais que non mais oui quand même. Dès que tu te barres de Paname, c’est le brin!

  2. Bernard Blancan dit :

    Bé oui, j’ai donné ma démission, con.

  3. Lydie dit :

    c’est vrai ça, une caméra, ça ne se prête pas, c’est comme le bérêt… ! tu es un peu kamikase ! 

  4. Bernard Blancan dit :

    Je suis con, c’est vrai.

  5. serge barande dit :

    Con-pâtissant. Du gâteau!

  6. Bernard Blancan dit :

    Elle est gourmande…  

Les commentaires sont fermés.