De retour…

documents-0810.JPG

Croisé un goupil dans le parc de l’université de Dublin. Je ferai un petit compte-rendu de vacances irlandaises dès que j’en aurai davantage le temps. Demain, pour commencer, j’ai une post-synchro pour le Village Français.

Le film dans lequel je vais tourner, c’est la French…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour De retour…

  1. Pascale dit :

    La French connection ??? Un remake !!! Et si tu es Popeye je veux bien être ton Olive !

  2. serge barande dit :

    La French cancan au Rouge Moulin, paillettes et bas résilles. Du grand art! Il est beau le goupil, roux comme un Irlandais!

  3. Bernard Blancan dit :

    C’est ça (celles des années 70 à Marseille), mais je joue pas Popeye. Donc, pas d’Olive, darling…

  4. Bernard Blancan dit :

    mais qu’est-ce qu’il pue ! Il s’est approché à moins d’un mètre. Je comprend qu’on dise de quelqu’un qui fait la manche devant un cinéma avec son chien qu’il pue le renard.

  5. serge barande dit :

    Non! Ton gars devant le cinoche il attrape les relents pestilenciels des mauvais films, c’est pour ça qu’il fouette. Le renard, c’est de l’olfactif pur et dur, du franc du collier, pas de tromperie sur la marchandise. Y s’annonce, y prend pas en traître. Pi les renardes ils leur faut ça pour trouver leur coquin rouquin dans la pénombre de Dublin.

  6. Pascale dit :

    La French touch alors !

  7. LN dit :

     » La French » toute seule?

  8. Pascale dit :

    La French c’est un titre de film ???????

  9. Bernard Blancan dit :

    Joli commentaire (comme d’hab)

  10. Bernard Blancan dit :

    Oui

  11. Bernard Blancan dit :

    Non, c’est un liquide vaisselle…

  12. Bernard Blancan dit :

    En voilà une qui suit…

  13. Pascale dit :

    Et oh i va s’calmer le Goupil !!!! Tu vas tourner à la French avec Le Jeannot, l’Artiste. Zi ! Et tu seras flic ou voyou ?

  14. serge barande dit :

    Un voyou j’espère! Bernard, je l’aurai bien vu traîner dans les polars des années soixante avec l’André Pouce et le Marcel Bozufi, parmi ceux qu’on nommait « les gueules de l’emploi », attifés comme des seigneurs, roublards comme pas deux mais, au final, y z’y avaient droit aux bourre-pifs du Père Ventura! Mais bon… encore des histoires de générations qui ont pas pu se croiser. C’est comme la Bernadette… La Fiancée du Pirate a rejoint le Capitaine Crochet. Le rideau est tombé.

  15. Bernard Blancan dit :

    Flic, Madame.

  16. Bernard Blancan dit :

    Ben, non, un flic. Mais là, flics et voyous sont de la même famille…

  17. Bernard Blancan dit :

    Ouais, une sacrée bonne femme. Nelly Kaplan aussi, d’ailleurs.  RIP, Bernadette !

  18. Pascale dit :

    ah merde je savais pas pour Nadette !!!

  19. Bernard Blancan dit :

    Ben ouais…

Les commentaires sont fermés.