lente reprise

  05.04-un-ordinateur-mac-930620_scalewidth_630.jpg  

Ça y est, je suis en France. J’ai mis un certain temps avant de me reconnecter à la vie domestique. Comme à chaque fois que je m’absente, je me retrouve assailli par tous ces papiers chiants à faire, ces chèques, ces mails auxquels il faut répondre avec pièce jointe à scanner… La priorité est donnée aux demandes faites à ma casquette de magnétiseur. Il me faut bien deux jours avant de trouver le moment propice d’un travail concentré. Quand j’ai enfin trouvé ce temps, c’est au tour de l’administratif de rester un peu en souffrance. Et puis un jour, il faut bien se lancer et raboter la montagne. Voilà qui est fait. Je vais pouvoir commencer à bosser.

J’ai entamé un travail de conseil en écriture sur un scénario pyrénéen écrit par quelqu’un que j’ai rencontré il y a peu. Un film fantastique. Je comptais sur l’Irlande pour me mettre à l’ouvrage les jours de pluie mais, comme je l’ai dit, le soleil m’a imposé de vraies vacances. Il y a aussi cet autre scénario qu’on écrit à quatre mains avec un copain bordelais. Il a fourni son épreuve et je dois me mettre à mon tour au boulot. Et puis je continue mes expériences farfelues pour mon documentaire. J’ai saisi d’autres personnages à filmer. Mes salades, pour l’instant, poussent mieux que les salades témoins, là-bas, dans les champs béarnais. Dès qu’elles auront atteint leur maturité commerciale, je retournerai les filmer.

Terminées les vacances, mais le travail est trop agréable pour singer une quelconque bouderie.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour lente reprise

  1. Pascale dit :

    Perso, i va me falloir quelques explications de texte !!! 1) Je ne savais pas que tu étais domestique entre deux tournages ! C’est dur la vie d’intermittent, je ne me doutais pas à quel point. 2) « J’ai entamé de conseil en écriture » : ça veut dire quoi ?  3) Ecrire à quatre mains… ça veut dire que vous êtes ambi des deux ou que vous êtes quatre ?

  2. Bernard Blancan dit :

    T’as qu’à relire !

  3. hetre dit :

    Moi c’est pareil. Il me faut 2 mains pour frapper le clavier, mais ça ne fait que deux doigts au boulot. 

  4. serge barande dit :

    Etudier la croissance comparée des salades entre des plans à Paris et d’autres en Béarn, ça m’a l’air coton. A moins que tu aies encadré ça à mort : terre identique (type et profondeur), arrosage idem et encore l’eau, chimiquement parlant, ne doit pas être la même, quantité et période d’arrosage calées, exposition des plans identique, etc. Et en plus les écarts de T°C moins importants en ville qu’en campagne. C’était plus simple avec les citrons ou pas ? Ou alors peu importe!? Singer une bouderie, travail à quatre mains… Tu te diriges tout doucement vers le domaine de la primatologie toi!

  5. Bernard Blancan dit :

    J’avais pris des cours de dactylo en 74. Mais je frappe sur le clavier avec six doigts. Trois dans chaque main. En encore. Il faudrait vérifier tout ça…

  6. Bernard Blancan dit :

    Oh, copain, toutes les salades sont dans le Béarn, patate !

  7. serge barande dit :

    Grosse bintge toi-même! Quand je lis ça :  » Mes salades, pour l’instant, poussent mieux que les salades témoins, là-bas, dans les champs béarnais », je perds un peu le fil dans la localisation des différents plans, d’où mes remarques. Mais tu me sais intantinet simplet, « bredin » dans la difficulté de rejoindre les filles des autres vallées (vieux terme de montagne : le bredin des Alpes). Mais comme tu m’engueules pas mais que tu m’expliques, comme dirait l’autre, ça y est, j’ai pigé. N’empêche, pour basse vengerie, je vais me taper de la « feuille de chêne », et blonde s’il te plaît (ou pas d’ailleurs). On va pas en faire une salade! Toi, tu les fais pousser, moi je les mange. Hé-hé! Ça c’est de l’organisation « à quatre mains ». PS: je te transmets le scénar de ma vinaigrette citronnée… Tu compléteras par tes ajouts scénaristiques…!

  8. Bernard Blancan dit :

    À distance, Diu biban !

Les commentaires sont fermés.