le sourcier et les ogres

1157479_503709106379850_1804609291_n.jpg

Toujours en vadrouille (maintenant à Marseille), je ne me suis que très difficilement connecté à mes mails. Des vacances, quoi.

Commençons par Gindou. Les Ogres Niais ont eu l’honneur de figurer en première partie du film de Yolande Moreau devant un parterre de 700 spectateurs. J’avais quelques craintes. Celles normales avant toute projection. Mais par expérience, je savais que le grand nombre et le son fort allaient embarquer les spectateurs les plus frileux, ceux qui cherchent à comprendre au lieu de se laisser tout simplement porter. Et c’est ce qui s’est passé. Les rires ont tout emporté et ce fût une des meilleures projections, si ce n’est tout simplement La Meilleure.

Le lendemain je participais à la tchache de dix-sept heures. Un espace de dialogue rêvé dans lequel les spectateurs assistent et participent à un débat sur les films de la veille. Chacun a eu le temps de digérer, d’en parler déjà avec d’autres, de dormir, rêver. Et de fait, les questions sont toujours pertinentes et pas forcément dans le sens du poil. On se retrouve du coup à déployer sa démarche de réalisateur, argumenter ses choix. On finit par mieux comprendre son propre film. Pour ma part, j’aimerais être passé du statut de naïf et simpliste à celui de lucide et simple. Mais c’est sans doute extrêmement prétentieux. Passionnant le dispositif de ce festival.

Je n’étais venu que l’an dernier, à Gindou, mais on pouvait avoir les uns et les autres l’impression que je fais partie des meubles depuis bien longtemps. La raison en est sans doute le succès qu’avait connu Cache-cache de Yves Caumon tourné dans le coin, à Limognes. Vous, je vous connais ! Vous étiez dans le puits ! Mais c’est aussi la magie de ce lieu extrêmement amical, avec une grande proximité entre spectateurs, organisateurs, réalisateurs, invités.

Dans le puits, j’y étais le midi d’avant la tchatche avec la signature du bouquin « secrets de sourciers ». Discussion tout aussi passionnante avec un public heureusement plus réduit.

Bref, c’aura été une occasion de retrouver ceux de l’an dernier et d’échanger avec quelques autres. Mais un jour et demie, il faut le dire, c’est très insuffisant. Très. En ce moment, j’ai la malchance de survoler tout, devant quitter un univers à toute berzingue, à peine posé le sac à dos.

Il y a eu aussi mon intervention de sourcier à distance dans Enquêtes Extraordinaires. Même pas eu le temps de le voir car j’étais en voiture, entre Gindou et Sommières. Mais je vais le regarder en replay sur http://www.m6replay.fr/#/enquetes-extraordinaires/11309258-les-energies-qui-traversent-nos-maisons

Bien, j’arrête ici. Demain, je fais une lecture de scénario pour la French, un film très d’actualité à Marseille.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour le sourcier et les ogres

  1. mano dit :

    http://www.youtube.com/watch?v=7SESgcC8CGw cadeau du jour: un bel exemple de simplicitéavec cette sublime chanson de Chavela Vargas « las simplas cosas ».   Et au fait, je n’ai rien gagné au loto, zéro, nada, désolée pour tes 25% !

  2. Pascale dit :

    Ah oui super de faire revenir les gens le lendemain… du coup il n’y a que ceux que ça intéresse qui sont là ! ça me tente bien Gindou du coup. Et le docu où tu trouves de l’eau dans une feuille, j’en suis encore sur le fondement !!!

  3. Bernard Blancan dit :

    Ça va être un joli bordel, lundi, à Marseille…

  4. Bernard Blancan dit :

    Très beau cadeau qui vaut bien compensation de la perte au loto ! Merci

  5. Bernard Blancan dit :

    Bon ben, il va quand même falloir songer à se relever, là !   Et Gindou t’attend l’an prochain. Mais je te préviens. T’y va une fois, t’y reviens toujours…

  6. Pascale dit :

    C’est l’effet Annonay ??? depuis 2005 (ma première fois) j’ai raté que cette année à cause de qui tu sais… Mais tu me tentes fort ! Et puis je suis jamais allée en Inde, c’est l’occase !

  7. Bernard Blancan dit :

    C’est pas en Inde. C’est dans le Cocase, je crois.

Les commentaires sont fermés.