Mardi, je tourne avec une star

caroline-copie-2.jpg

Dimanche à Paris. Un peu gris. Très calme.

Finalement, je ne pars aux îles Chausey que mardi. Je vais y enfiler ma combinaison de spationaute reporter. Ce sera le premier jour de Cosmodrama de Philippe Fernandez. Il me tarde la rencontre avec l’équipe d’hurluberlus.

Parmi eux, une guenon, Caroline. Tiens, pour l’occasion, j’ai appris que mademoiselle la guenon a un camion loge perso qui la suit de tournage en tournage avec toute sa famille dedans. Faudrait voir à ce qu’elle commence pas trop à se la péter, celle-là ! 

Je dis ça, je dis rien, comme dirait un ami renard.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Mardi, je tourne avec une star

  1. Pascale dit :

    Et si ça se trouve, quand elle pète, elle troue son slip !

  2. J2L dit :

    mais, Pascale nous fait un retour en fanfare !!!

  3. serge barande dit :

    Singer l’artiste! Les ficelles du métier. « Sheeta l’expérience, tu réussis », disait un vieux vétérinaire, acteur de la sauvegarde animale. Animal, il l’était, junglant avec aphorismes et métaphores en la savane pourpre. Pourpre comme la lande de Brocéliande, où Feufollets se la disputent avec les chimères. Où tout homme de raison finit par la perdre. De là, peut-être, la folie heureuse d’un scénario que l’on attend, où l’on, peut-être, à notre tour, se perdra. Va savoir………….. Les Monts d’Arrêt réservent bien des surprises. D’aucuns disent que mystères et troubles s’y passent. Qu’aucun n’en ressort comme avant. Les Vieux de là-bas tourmentent les gens honnêtes, et fomentent bien des légendes. Qui donc croire ? Scénaristes hurluberlus ou Gens heureux ? Les vieux chênes courbent leurs frondaisons sous la pénombre des cieux. Feuillages épais, lianes lassives densément épandues contre les troncs, lierres fournis, épiphytes en tous sens, gagnant les gros houppiers. Forêts inquiétantes. Je sens… je sens que quelque chose se passe. une intuition. Bretagne mystérieuse où rien de ce qui est prévu, bien formaté, ne finit par arriver. Là-bas, tout peut arriver! Demande à Bourgeon, tiens! Il te le dira lui ! Il le sait. Tout goéland qui décole de la falaise, un beau matin ensoleillé, n’est jamais si sûr de cela de s’y reposer sereinement au soir… Tourner en Bretagne… Je t’envie, tiens!

  4. Bernard Blancan dit :

    Au fait, tu en es où de ton recueuil de poésie ?

  5. Bernard Blancan dit :

    Ta ga da pouet pouet !

  6. Bernard Blancan dit :

    Bon, en fait, Les îles Chausey, c’est plutôt en Normandie, au large de Granville…

  7. Pascale dit :

    Je savais que j’avais affaire à un connaisseur.   Mais le Serge là… i serait pas atteint d’un rotavirus du clavier ???

  8. Pascale dit :

    Et le Couesnon dans sa folie a mis les îles en Normandie. Ziva mon Sergio, reprends ta géographie !

  9. serge barande dit :

    Alors, si y en a qui bougent les îles maintenant ! Tu parles d’un bazar !…

  10. Bernard Blancan dit :

    La clavite ?

  11. Bernard Blancan dit :

    À vol d’oiseau, c’est pas loin…

  12. Bernard Blancan dit :

    Elles glissent au gré des marées

Les commentaires sont fermés.