Et si les « jeunes » cinéastes avaient gagné ?

Le-Label-Sante-Jeunes.jpeg

Concernant l’extension de la convention collective au cinéma, mes larges oreilles me laissent entendre que l’on s’achemine vers une relative victoire des « jeunes » cinéastes de qualité à longues manches. Si c’est le cas, je me félicite de la petite mais néanmoins avancée du droit du travail. Parmi les plus coriaces opposants à l’extension de la convention collective, certains ne voulaient même pas en entendre parler. Ceux-là auront au moins pris conscience que le droit du travail existe.

On se retrouverait donc dans une situation qui ressemble à celle de toujours : les gens payés au SMIC sur les petits films de moins d’un million d’euros (28%), en-dessous de leur tarif convention pour les films jusqu’à des budgets de 4 millions d’euros (32%), la convention ne concernant finalement que 40 % des films. Si tel était le cas, étant donné le statuquo, on pourrait dire que les conservateurs ont gagné. L’égoïsme forcené des réalisateurs marié aux logiques comptables des producteurs.

Quant aux quelques Don Quichotte dont j’ai fait partie, ils auront fait l’expérience des jeux de pouvoir. L’occasion de voir qui est qui et de se positionner idéologiquement. Tiens, il y a une AG de la CGT ce soir…

Mais je parle déjà au passé tandis que les négociations sont en cours. Tout n’est pas joué. Et ceux qui se croient majoritaires ignorent l’importance de ceux qui n’osent pas liker par crainte d’être identifiés, et ceux qui bossent dans la discrétion. Personne ne peut dire quelle est la réelle position de l’ensemble des personnels du cinéma. Rien ne dit que dans le cas le plus défavorable il n’y ait pas de mouvements sociaux qui se déclenchent.

L’avenir nous dira ce qu’il en est. Profitons des dernières années d’une gauche « molle » car bientôt c’est la droite du café du commerce qui va prendre le relai, celle qui est homophobe, anti-bobo, raciste, anti-syndicaliste, violente. Le collectif ne sera plus conventionnel. Mais ne jouons pas les mauvais augures. Il nous reste la chance d’avoir la droite la plus conne et la plus divisée du monde pour espérer encore que ces cruels lendemains ne voient pas le jour.

Je me souviendrai longtemps de ce combat qui a vu mes copains s’engager dans une lutte que je n’ai pas comprise au moment où l’occasion nous était donnée de la porter ailleurs. Sur le sous-financement des films, par exemple.

Que ceux qui me trouvent simpliste aillent se faire voir !

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Et si les « jeunes » cinéastes avaient gagné ?

  1. Lydie dit :

    CONTINUE !!!!!!!!!!

  2. Bernard Blancan dit :

    Ben, j’arrête, justement…

  3. Lydie dit :

    … tu dis ça mais… attends de tomber sur un nouveau moulin intéressant… ! 

  4. serge barande dit :

    Liberté, Egalité, Fraternité. 60% restent donc encore niqués! Mais les négociations sont en cours… de théâtre. Tragédie, Comédie… A suivre!

  5. Bernard Blancan dit :

    ça ne va pas tarder… 😉  

  6. Bernard Blancan dit :

    on s’achemine vers du Racine, je crois…

  7. Lydie dit :

    j’aime bien ta remarque, Serge

  8. serge barande dit :

    Ben ouais, je pense plus aux 60% qu’aux 40% plutôt en meilleure voie thunaire! Racine, Racine… Celle de la Sanguinaire ? Tragédie alors ! Y aura du Bloody-Mary au bord du comptoir (toir-toir-toir-toir).

  9. Bernard Blancan dit :

    Moi aussi, j’y pense, à tous ceux qui vont se faire niquer aujourd’hui.

Les commentaires sont fermés.