Méthode SACEM

logo_sacem_telechargeable_300dpi-copie-1.jpg

Ce matin, je me suis rendu aux bureaux de la SACEM. J’ai composé (musique) pour plusieurs spectacles de théâtre, pour trois courts-métrage, un téléfilm, trois documentaires, mais je n’ai jamais touché un centime.

Je voulais voir concrètement comment faire pour m’inscrire et savoir s’ils avaient au moins la trace de mon existence à travers les sommes que cet organisme a perçu pour la diffusion de ces œuvres. Surprise : ils ne m’ont sorti qu’une seule musique. Celle de Lartigue expose de 1997. En effet, c’est la seule qui ait été déclarée par l’autre compositeur à mon nom. Ils ont évidemment la trace de toutes les autres compositions mais ne veulent pas faire de recherche tant que je ne suis pas inscrit.

Pour s’inscrire, c’est tout un tas de paperasse et une somme de preuves à fournir. Je dis bien de preuves. Alors que les preuves, ils les ont, bien évidemment. Mais c’est au compositeur de les fournir. Messieurs de la SACEM, je veux pas dire, mais vous procédez comme des… heu… Petit jeu : trouvez le mot qui s’applique à ce comportement.

Pour la petite histoire, rétroactivité, 3 ans. Autant dire que je vais m’asseoir sur l’essentiel.

Bon, je vois que j’ai pas fini de gueuler, moi…

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour Méthode SACEM

  1. mano dit :

    bureaucrates?

  2. Lydie dit :

    ben, fournir des preuves, c’est du domaine du policier ça, allez, tu vas bien nous en trouver une de plus !

  3. J2L dit :

    moi je propose : escrocs ! ou bien, peut-être même j’irais j’usqu’à : ENC…. !!!  

  4. hetre dit :

    Messieurs de la SACEM, je veux pas dire, mais vous procédez comme des employés de pôle emploi

  5. serge barande dit :

    Je recommence le message, ça a merdé! Je propose Fonctionnaires bornés et rétrogrades, ou Throught-Duc (chequesepire linguage approché) Rappelez-vous ce super dessin de Reizer montrant un bon Français moyen (cabac, béret, baguette) arrivant devant le guichet et vociférant : « Les fonctionnaires sont tous des cons!!! » Et l’autre, derrière son guichet, qui lui répond : « Parlez dans l’hygiaphone ». Tout est dit! SACEM le vent, ça va récolter la tempête! En plus, c’est pas à toi d’apporter les preuves qu’ils ont déjà. Tu es musicalement présumé innocent, non ? Et il te condamne à des jours de paperasse. Tout est en ligne, en plus. Enfin, une partie. Tu leur as filé la réf de ton site, au moins ? Bon, ok… avec le CDCCB, on va s’en occuper de leur cas. Deux secondes… on met au point une stratégie. AYÉ!!! On va missionner quelques cigognes kamikazes pour leur faire un lâcher fétide et contaminant. Passe-moi l’adresse du siège STP. Et après, toi et eux, devoir partir en exode ensemble, tu vas voir… des liens vont se tisser et tu obtiendras quelque reconnaissance de leur part sans trop te fouler! C’est que le serge, il en a dans le caillou de la caboche! Ou alors, corrompt-les… vend leur très cher quelques poules empoisonnées (serpents et pommes) dont tu sais la cachette secrète.

  6. hetre dit :

    Pas très bonne l’idée de partir avec les cigignes. Non mais tu vois Bernard en train de se refaire une beauté en se lissant rémiges, pennes et rectrices pour faire couleur locale ? ça me parait peu probable…quoi que.

  7. serge barande dit :

    Ah oui, je le verrai bien, la rémige lustrée, aux côtés de la Jeanne, admirant le Pas suspendu de la Cigogne au fin fond du marigot.

  8. joël dit :

    Gougnafiers !

  9. hetre dit :

    Pourquoi gueuler encore. Se battre contre l’inertie, qui est une force et non une administration, c’est se battre contre des moulins dont le carburant est le vent.   Si tu veux un conseil, écris au Président de la République pour lui dire que la SACEM SAMERDE.

  10. Bernard Blancan dit :

    Oui, pourquoi pas…

  11. Bernard Blancan dit :

    Je vais chercher…

  12. Bernard Blancan dit :

    Je reconnais bien là ton art de la nuance !

  13. Bernard Blancan dit :

    Bo, au Pole emploi, c’est encore plus simple.

  14. Bernard Blancan dit :

    V’la que c’est parti, la révolte des cigognes…

  15. Bernard Blancan dit :

    Cui cui cui…

  16. Bernard Blancan dit :

    Avec une peau de renard autour du cou…

  17. Bernard Blancan dit :

    Toi-même !

  18. Bernard Blancan dit :

    Je lui écris plus, à celui-là. Il répond même-pas…

  19. Cher Blancan  La Sacem est mandatée pour gérer vos droits lors de l’exploitation de vos œuvres, à une condition sine qua non, que vous déposez vos œuvres à la Sacem ! Pour cela il vous suffit : -avoir composé ou écrit au moins 5 œuvres -justifier d’un début d’exploitation de l’une de ces œuvres : Tout est expliqué ici : http://www.sacem.fr/cms/home/la-sacem/reponses-a-vos-questions/toutes-les-reponses/toutes-les-questions-reponses/createurs-cote-pratique La somme de preuve que vous annoncez n’est donc pas si colossale que ça. Selon vos dires sur votre activité, cela ne semble pas bien compliqué de fournir. De plus, à partir de novembre, le dépôt en ligne sera effectif pour encore plus de facilité.   Cher futur sociétaire, avant de crier au loup contre une vilaine Sacem qui ne fait pas son travail, assurez-vous d’abord d’avoir fait votre part du travail en déclarant vos œuvres. Sans ça, on ne peut rien pour vous. Toutes les équipes de la Sacem sont à votre disposition pour vous aider dans vos démarches. A votre disposition. Frédéric Neff, Community Manager de la Sacem    

  20. Bernard Blancan dit :

    Merci Frédéric, pour ces informations. Mon souci : pourquoi, alors que je me déplace à la SACEM, personne n’est capable de vérifier, à partir de la liste de films, dont vous avez bien encaissé des droits à mon nom (crédité de la musique au générique pour des oeuvres diffusées pour certaines à la télé). La simple inscription va me prendre au moins deux jours de recherches, gravage, réclamation de déocuments qui ne m’ont pas été fournis par les prods, etc… Ne laissez pas imaginer que c’est simple. Ça ne l’est pas du tout. Mais je vous informerai de la suite des événements… Merci en tout cas, d’avoir posté ce commentaire.   Bernard

  21. Cher Blancan (désolé pour la coquilel dans le commentaire 10) Je comprends votre mécontentement lié à une déclaration tardive. Mais à la Sacem nous devons avoir un dépôt d’oeuvre pour pouvoir trouver les droits générés. Si nous ne connaissanons pas l’oeuvre initiale, impossible de lier vos droits à votre oeuvre. Puisqu’il y a eu exploitation, c’est qu’il y a droits à percevoir, c’est plutôt motivant. Pour vos prochaines créations, déposer vosoeuvres le plus vite pour ne pas à avoir ce fastidieux travail à posteriori.   

  22. J2L dit :

    heuuu, c’est quoi un « Community Manager » ?

  23. serge barande dit :

    Au bureau, j’ai la photocopieuse. Tu trouves la paperasse, tu postes (deux jours d’acheminement), je photocopie (un jour de dur labeur), je te renvoie le tout par porteur (à dos de chauves-souris : deux-trois jours d’acheminement). Et tu retournes, tambours et trompettes, à 9h00 du mat devant madame SACEM. Fastoche!

  24. Bernard Blancan dit :

    Bon, j’ai un prénom, aussi : Bernard. Je sais, c’est pas super, comme prénom…

  25. Bernard Blancan dit :

    Ben, je sais pas, moi…

  26. Bernard Blancan dit :

    Merci pour ton aide, Serge !

  27. J2L dit :

    et t’en profites pour demander :  » c’est quoi un Community Manager ? « 

  28. Bernard Blancan dit :

    Promis !

  29. J2L dit :

    tu pourras l’appeler Neff le Commu truc machin ! (essayes de voir s’il est vouté …)

  30. Bernard Blancan dit :

    je comprends rien, mais ça a l’air drôle 😉  

Les commentaires sont fermés.