Les Français et l’impôt

impots.jpeg

De retour en France, à Paris, à la maison. Ce matin, je lisais Le Soir, quotidien Belge. Je ne sais plus quel libéral présentait le programme de son parti qui se résumait à ceci : baisse des impôts des entreprises, baisse moindre des impôts des ménages et fin de l’indexation des salaires sur le coût de la vie. Grosso modo, t’es de droite, tu veux moins d’impôts.

Les Français, avec leur « ras-le-bol » fiscal, sont donc de droite.

Pourtant, c’est bien  l’impôt qui va financer le budget et les services de l’état. Bien sûr, on peut économiser sur les dépenses en les rendant plus rationnelles, mieux ciblées, mieux réparties. Mais en diminuant trop les impôts, on sort les services publics des choix et gestions politiques pour les confier aux lois du marché. C’est ainsi qu’en Italie ou en France, on a délégué la gestion des autoroutes à des entreprises privées (Vinci autoroutes par exemple, toujours plus bénéficiaire).

Ainsi, le Français paie moins d’impôts mais il paie l’autoroute excessivement cher, tandis que d’autres pays européens ont des autoroutes gratuites. Ce n’est qu’un exemple de la façon dont on peut gérer le collectif, soit par l’état, soit par le privé. D’un côté, ça gueule si c’est de l’impôt et de l’autre, ça se fait plumer en silence.

La fameuse écotaxe sur laquelle hurlent les bretons et votée par accident par l’UMP quand elle était au pouvoir, avait justement pour objectif de taxer le transport routier (dangereux et polluant) pour financer le transport ferroviaire. Le collectif se saisit d’une question globale et trouve les moyens de financer des mesures qui vont dans le sens de l’écologie et de la sécurité. Ce n’est pas une entreprise privée qui peut se charger de ça. L’entreprise privée, elle ne pense qu’à ses propres bénéfices, c’est normal.

Ben voilà, les Français, ils trouvent qu’ils paient trop d’impôts et détestent les fonctionnaires. Comme l’UMP, la droite, l’extrême droite.


Coach présidentiel, deuxième séance.

Salut François, ça boum ? C’est bien, tu es resté discret. Mais j’ai vu les sondages… c’est pas loin de la cata.

Mais dis-donc, j’ai pensé à un truc. Et si dans quelques mois tu déclenchais (après les municipales, par exemple) des législatives anticipées avec ta démission à la clé ? Comme ça, les gens qui ont pour habitude de gueuler, ils se rappelleront ce que ça fait que d’être dirigé par la droite, la vraie, celle sans vergogne, la libérale, voire fasciste. Toi, tu fais de la gestion du capitalisme en essayant de mettre les formes, épargner les plus pauvres, c’est pas faux. Mais tant qu’à rester dans une politique de droite, autant que le bon peuple s’en prenne franchement plein la gueule avec les imbéciles qu’ils vont porter au pouvoir. Au bout d’un moment, qu’est-ce que tu veux, on n’y peut rien. Ils sont cons, ils sont cons.

Bon, j’avoue que pour ton avenir politique, c’est mort pour la suite. L’étape après les fachos, c’est forcément la guerre civile (non, parce qu’ils gueuleront encore, qu’est-ce que tu crois). Et je te vois mal dans le rôle du sauveur providentiel de la nation. Mais on en reparlera.

Bon mais, revenons au présent. Pour l’instant, tu es encore président. Je me demande si tu n’es pas trop à l’écoute de l’opposition de droite et des mécontents. Du coup, tu te mets à improviser à la Sarko, de façon un peu désespérée. Ne tomberais-tu pas dans le piège grossier que te tendent les mecs de droite affichée ? Tu n’as pas remarqué que, dès le soir de ton élection, NKM et quelques autres ont employé le mot « amateurisme ». Tu n’avais pas compris que ce mot-là, ils le sortiraient à la moindre occasion ? Qu’il faisait partie de leur stratégie de communication de reconquête du pouvoir ? Il faudrait qu’un malade mental compte le nombre de fois qu’un mec de droite a employé ce mot dans une intervention télévisée. Je suis certain que le résultat doit être ahurissant. Mais pourtant, François, tu conviendras que la ficelle est grossière, même si elle est efficace. Alors, au lieu de te blesser et de paniquer en entendant ce mot, de faire tout pour essayer de prouver que tu n’es pas un amateur, tu devrais simplement bosser et avoir le courage d’appliquer ton programme. Du coup, leur stratégie s’effondrerait d’elle-même. Et peut-être remonterais-tu un brin dans l’estime des Français. Qui sait.

Bon, je te laisse avec le prof de relaxation. On se revoit dans deux semaines.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Les Français et l’impôt

  1. Lydie dit :

    ça, si tu lis les sondages… c’est pas toujours bon pour le moral !  mais l’important, c’est que tu soutiennes celui de François : avec un entraîneur comme toi (en français dans le texte !) il ne le perdra pas !

  2. hetre dit :

    Je trouve que tu as fait d’énormes progrès continue comme ça. Car pour moi analyser une politique par rapport à ce que disent les médias…c’est malsain.  

  3. mano dit :

    Je vais peut être te casser le moral, mais as-tu envisagé la possibilité que ton outsider président soit vraiment déjà à son maximum? je crois bien qu’il ne peut pas plus, et les autres non plus. Essouflés, paumés, incompétents, ceux de droite, ceux de gauche et les ambidextres avec…

  4. Le Guy dit :

    Bon ba t’a encore tiré ton épingle du jeu dans le Village ? J’ai comme l’autre fois envoyé ton papier du François au PS…

  5. Pascale dit :

    Et est ce que le soir tu lis le matin ?

  6. Le Guy dit :

    Le Soir est un canard Belge et le Matin n’existe pu depuis 87…

  7. Bernard Blancan dit :

    Elle connait ren, la Pascale…

  8. Bernard Blancan dit :

    et lycée de Versaille…

  9. Bernard Blancan dit :

    Je vais finir par prendre la carte, si ça continue.

  10. Bernard Blancan dit :

    Bo, je me méfie du ni gauche ni droite. C’est le fond de commerce des qui puent. Mais tu as raison…

  11. Bernard Blancan dit :

    Pourquoi malsain ? Si c’est reprendre ce que disent les médias, ça n’a aucun intérêt. Mais analyser ce qui se dit dans les médias (et au café) pour proposer une autre lecture ou tirer des sonnettes d’alarme, ça ne me semble pas malsain, au contraire. Mais bon, on ne se fait pas toujours comprendre. En tout cas, j’essaie d’être honnête et sincère. Après, ce qui passe ou ne passe pas, ça ne m’appartient pas trop 

  12. Bernard Blancan dit :

    Pas entraîneur. Coach. C’est pas pareil. C’est branché, coach 

  13. Pascale dit :

    EUh Guytou, tu sais quoi ??? Non, rien !

  14. Lydie dit :

    ça existe les canards belges comédiens ??

  15. Bernard Blancan dit :

    Ouf…

  16. Bernard Blancan dit :

    Bien sûr !

  17. Gauthier dit :

    Les nanards belges comédiens aussi…

  18. serge barande dit :

    Imagine un instant (connerie) que le François, il te prenne au pied du blog… Eh bien, tu n’auras même plus le temps de prendre à la source le plaisir d’acteur. Tu seras circonscrit au Palais, entre conseils et confidences, au sein des arcanes que tu détestes. Fais gaffe!!!!!!!!

  19. Bernard Blancan dit :

    Mouais

  20. Bernard Blancan dit :

    Moi, tu sais, je prends. Si c’est bien payé et non imposé…

  21. serge barande dit :

    Vilain crapaud capitaliste!!!

  22. Bernard Blancan dit :

    vilaine grue libertaire !

Les commentaires sont fermés.