Mon 2013

2013.jpg

L’année a commencé par le décès de mon père adoptif. Le jour même, Retour aux sources était projeté à Rennes pour Comptoir du Doc. Janvier, c’était aussi la première projection d’Ogres Niais au Max Linder.

En février, j’accompagnais Ogres Niais au festival de Clermont-Ferrand. Une semaine à Clermont, navigant de grandes projos jeune public aux plus discrètes des Films en Région. Déçu de n’avoir pas été sélectionné en compétition, je prends conscience que mon film est trop original pour entrer dans une case et que la pensée qu’il véhicule peut déranger. Il brise notamment le tabou de l’enfance innocente par un dispositif où les adultes génèrent la violence à cause de leur inaptitude à se parler, flanqués des voix d’enfants de maternelle. Tout démarre comme un conte mignonnet et se termine par le radeau de la Méduse.

Le printemps démarre avec la certitude que je vais perdre mon statut d’intermittent en cours d’été et par de maigres perspectives de tournage. J’envisage de quitter Paris.

Tournage de la fin de la saison 5 du Village Français. Un vrai régal. Je retrouve un grand plaisir de jouer la comédie avec un rôle bien écrit et une équipe porteuse. Je sais en plus que je vais faire plaisir à ma famille en incarnant un personnage positif dans une série de qualité qui draine ses 3 millions de fidèles.

En mai, je fais un billet d’humeur sur la palme d’or que je n’ai même pas vue. Et là, mes 50 lecteurs de blog deviennent 2000 et je me retrouve emporté dans le courant de polémique qui fait une grosse publicité au film (qui sera un succès). Je ne suis pas vraiment dans ma place d’acteur et ce n’est pas le meilleur moyen de faire parler de moi de façon positive.

Je lance le projet de mon prochain film documentaire, « des salades » (après « Patates ») qui se voudrait une suite de Retour aux sources dans la partie recherche en bio-psychokinèse par mon personnage de professeur Tournesol. Je commence à tourner quelques séquences, mais le projet se met de lui-même entre parenthèses car mon activité d’acteur va se mettre à exploser.

Enregistrement de la voix-off d’Être vivant d’Emmanuel gras (prix du public à Belfort 2013). L’occasion de me donner un peu au court-métrage pour quelqu’un que j’apprécie.

L’été me verra m’engager dans la bataille autour de la convention collective du cinéma. Au départ, je me rends à une réunion publique à la cinémathèque, juste pour m’informer.  J’assiste alors à une prise de pouvoir dont je ne comprends ni l’idéologie ni la méthode. Je m’enflamme et prends définitivement position pour les techniciens et l’application du droit du travail contre ceux qui placent les nécessités financières de l’art cinématographique au-dessus de celles des gens qui le fabriquent. C’est un peu simpliste, mais c’est en réaction à des positions socio-libérales pragmatiques tenues par des artistes jadis porteurs d’idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité. J’exprime par là ma tristesse de voir notre monde dériver vers l’égoïsme économique, l’espèce de réalisme qui ne pense plus, ne rêve plus, au-delà de la satisfaction d’egos narcissiques dont l’expression « nécessaire » n’a plus de prix.

Pour la seconde fois, j’ai perdu l’occasion de me taire. Je me tire une balle dans le pied en me positionnant contre une ribambelle d’employeurs potentiels. Le Blancan, il est rigolo quand il est bizarre et naïf, mais quand il ramène trop sa fraise, il perd de sa légitimité et commence à sérieusement agacer.

Ogres Niais se promène à Gindou, Contis, Terrasson, Puteaux où il remporte un prix… Aucun des grands festivals de court-métrage ne le sélectionne.

Parfois, Retour aux sources accompagne les ogres, comme à Anères ou Pontault-Combault, par exemple.

En septembre, mon bouquin Secrets de sourcier est réédité chez Eyrolles, un an et demi après sa première édition.

Tournage d’août à octobre de la French à Marseille puis à Bruxelles. Au début, je crains de disparaître, noyé dans cette grosse machine cinématographique, entouré d’acteurs connus. Mais là aussi, le plaisir du jeu balaye toutes mes craintes. Gimenez  sait y faire. Dujardin, Gouix et Meylan sont de super partenaires de jeu. Quel bonheur d’être acteur ! À mon avis, on entendra parler de ce film en 2014.

Remise de la dernière version de « secrets de la pensée guérisseuse » à mon éditeur. Sortie février/mars.

Novembre décembre, tournage de Cosmodrama. Je retrouve la direction de Philippe Fernandez pour ce projet artistique fort. Voyage en vaisseau spatial dans un univers à la Star Trek. Beaucoup de plaisir à endosser mon personnage de reporter aux côtés de Jackie Berroyer, Émilia Darou-Bernal, Emmanuel Moynot, Sascha Ley, Serge Larivière, Ortès Holtz. Seul bémol, le travail en studio qui fait manquer d’air et de nature au sourcier béarnais. C’est la poursuite d’un périple artistique hors des sentiers battus avec un réalisateur et ami qui m’a fait figurer dans tous ces films.

Décembre, sous le sapin, le lutin du court-métrage du meilleur film documentaire attribué à Retour aux sources.

En résumé, une année très dense que j’ai portée avec l’angoisse sourde de mon passage difficile à mes 55 ans. Dans les restes de ma tête d’enfant, c’est l’âge de la préretraite. J’espère que 2014 me verra plus diplomate vis-à-vis de la profession si je veux poursuivre mon chemin. Il y aura la fin du tournage de Cosmodrama, la poursuite du Village Français, un long-métrage et un court en Sud-Ouest comme acteur. Et quand j’en aurai le temps, j’essaierai de reprendre mes projets personnels.

Bonnes fêtes, chers lecteurs !

 

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour Mon 2013

  1. serge barande dit :

    Dense danse annuelle, où pas de velours cinématographiques se disputent avec exercices périlleux de pointes et grands écarts militants, l’ensemble baigné et couronné de beaux succès, de coeur et d’esprit. Illustrer sa différence par l’action, la créativité, la diversité… ponctués d’utiles et sincères coups de gueule, resteront toujours à l’avantage de celui qui s’y adonne, quoiqu’en pense « l’intelligencia », ce dont d’ailleurs on se contrefout éperduement. Le Village, les Ogres, Landes, Retour aux Sources, La French, Cosmodrama, Secrets de Sourcier, Voix of d’Etre vivant……….. Et bientôt « Secrets de la pensée guérisseuse »… Encore une année à glander, quoi !!!   Sacré Intermittent, va ! T’aurais quand même pu pondre un 45 T., entre deux…   Sinon… T’as un vrai métier, quand même !?…………………………………….   Continue à ne pas le faire ainsi! Moi, j’apprécie.   Bises et bonne bourre pour 2014!

  2. hetre dit :

    Que dire après un tel commentaire ? Tout serait fadaise à côté de cette analyse lyrique. Il n’empêche que faire le point sur l’année écoulée comme tu l’as fait, n’est pas donné à tout le monde. Pour ma part, trois lettres suffisent : « R.A.S. »

  3. Bernard Blancan dit :

    Tankiou, Serge ! Pour 2014, je reviendrai à l’heure et au jour. Allez, mets ton costume rouge, ta barbe et au boulot ! Non, Serge… Pas le chien !

  4. Bernard Blancan dit :

    Pour moi, RAS, ça veut dire Retour aux sources. C’est du taf, tout ça 😉

  5. serge barande dit :

    Plus de mail, j’envoie télex : Putain de boulette!!! STOP. Ce soir, ai bouffé du rôti de renne. STOP. Du coup, Père Noël n’a pas livré cadeaux. STOP. Déception dans foyers français. STOP. Sergio, caché ponton Port de Grima. STOP. Merde! ai donné adresse. STOP. Emmerdements en prévision. STOP. S’enfouir dans vase de Garonne et respirer air viscié par roseau creux. STOP. Horizons heureux s’enfuient. STOP. AÎe, v’là la marée montante…! PS : Nageur approximatif cherche bouée canard de toute urgence !!!!!!!!!!!!!!!!!!!   Trop tard…………………………..     gloups!

  6. serge barande dit :

    PS : « Le chien », alias « attaque kiki Balou », a réchappé à la situation dramatique prédécrite. Il est quasi aux taquets pour bouffer les cons. Comme je lui ai précisé… attention à l’indigestion!

  7. serge barande dit :

    PS : Balou n’écoutant rien, le Kiki a attaqué. Il vient de bouffer à l’instant un gros gonze tout de rouge vêtu, qui venait de forcer la porte fenêtre de mon balcon. Y a du sang partout (le chien est tout rouge). Pas de serpillère sous la main, je crois qu’on est dans la merde… (la police municipale se gare à l’instant en bas de l’immeuble). Au cas où……… je précise que je préfère les avocats aux oranges, et les vastes forêts aux étroites geôles!   Si vaisseau intergalactique aux abords présent, souhaite décollage imminent…

  8. claude dit :

    Bonnes fêtes et surtout très bonne année à toi et aux tiens, Bernard ! A plus ! Hélène et Claude

  9. LN dit :

    T’inquiète pas Serge, j’envoie des signaux de fumée à nos amies les cigognes, du fond de leur hivernage ! Elles vont venir de chercher d’un coup d’aile ! ( formation en V , comme il se doit) Beau résumé , Bernard, très dense pour 2013…Il y aurait beaucoup à dire, mais aujourd’hui, je fais court, et je te souhaite de profiter de tes congés avec les tiens..Avant de reprendre toutes tes activités, et peut être d’autres, pour 2014…;) Bises à tous , bonnes fêtes!  

  10. Bernard Blancan dit :

    Je t’envoie un mot en « privé »… 

  11. Bernard Blancan dit :

    Putain, tu nous as fait un joli numéro, là ! Tu le sors quand, ton bouquin ?

  12. Bernard Blancan dit :

    Si elles sont au Mali, elles risquent se faire canarder, les cigognes…  Belle fin d’année !

  13. Guy Gauthier dit :

    Oui belle année… le bidule entraine le machin, y a pas de hasard !

  14. Bernard Blancan dit :

    Alors, bons machins et bidules à toi !

Les commentaires sont fermés.