Un Village Français, saison 6, des tuyaux…

AFFICHE-UVF.JPEG

Je ne peux pas tout vous raconter de la saison 6 du Village Français, mais j’avais donc rendez-vous hier soir avec Jean-Philippe, le réalisateur. L’an dernier, au même moment, on avait évoqué la scène d’escalade. Me voilà rassuré.

Anselme (mon personnage) apprend par Antoine que les Anglais vont bombarder un poste allemand proche d’une école. Que faire ? On ne peut pas risquer la vie des enfants. Anselme décide d’agir seul pour épargner les vies précieuses du maquis Antoine. Il traverse la Manche à la Nage, s’infiltre dans la base aérienne, se glisse dans la soute du bombardier, celle qui contient les bombes. L’avion décolle. Quand la bombe destinée au poste allemand doit être larguée, Anselme s’y accroche et tombe avec elle. Grace à des mouvements de bras, il parvient à dévier la trajectoire. Ce n’est qu’à 300 mètres du sol qu’il lâche sa prise, tel un cavalier désarçonné, il ouvre son parachute et atterrit sur un train, bolide de ferraille crachant sa fumée blanche dans un hurlement aigu de sifflet à vapeur, juste avant que celui-ci n’entre dans un tunnel. D’un bond, il quitte le toit du wagon et se réceptionne sur la cabine d’un char allemand qui roule à vive allure dans un infernal crissement de chenilles mal huilées. Il ouvre le couvercle, jette une grenade à l’intérieur (baoum) puis voltige dans le fossé, non sans emporter au passage un officier allemand qui marchait sur la route aux côtés d’un résistant fraichement arrêté. L’allemand sort son Luger, mais Anselme le poignarde vite fait. Il s’écroule. L’allemand, bien sûr. Le résistant tape sur l’épaule d’Anselme qui s’est légèrement blessé à la main en accrochant une ronce du fossé. Les deux gaillards disparaissent dans le maquis. Mais… Un lion les observe, prêt à bondir. Là, il y aura de la musique. Mais je ne peux pas tout vous dévoiler.

Début du tournage le 3 mars ! 

Qu’on se rassure, ce qu’on va tourner est bien plus intéressant que ce que je raconte.

(je précise au cas où le second degré…)

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Un Village Français, saison 6, des tuyaux…

  1. hetre dit :

    Tu as oublié l’épisode où tu dois tuer 3 requins avec tes dents en traversant la Manche, mais sinon c’est très bien narré. Tu vas avoir du boulot. Au fait: tu ne nous a pas dit si tu allais être doublé au moment où tu casses la croûte au café de la gare en Picardie.

  2. Pavard Alain dit :

    Tu nous a bien eu avec ton histoire … J’aurais bien aimé participer à cette putain de série même pour un tout petit rôle  … Sur le plateau des Hommes de l’ombre on m’avait dit que j’avais une gueule des années 40 … Mais jamais je n’ai tourné pour cette période … Comment faire ? Bonne Chance à toi 🙂

  3. Sarro Philippe dit :

    Salut Docteur Folamour.

  4. Bernard Blancan dit :

    Si, si, au bistrot, ils me doubleront car j’ai toujours peur d’avaler de travers, avec les sanwiches.

  5. Bernard Blancan dit :

    Ben, Alain, il va falloir te grouiller car la libération n’est plus très loin 

  6. Bernard Blancan dit :

    Salut, infirmier !

  7. LN dit :

     « Et la marmotte, elle plie le chocolat dans le papier alu »…etc…. Pas mal le recit des aventures très agitées du sieur Anselme…

  8. mano dit :

    après ça, on ne va plus te confondre avec Menez mais plutôt avec Bébel! le nouveau roi de la cascade c’est BB! quelle carrière!

  9. serge barande dit :

    Finalement, j’avais fait light hier soir…! Mais à lire (au 1er degré) tous ces évènements, on comprend mieux pourquoi certains étaient davantage versés vers l’atelier de macramé que vers le mur d’escalade théâtral. Sauf quelques-uns qui ont ribouldingués leur carcasse dans du 35mm. A nous faire des chutes en cascades, et inversement, se relevant (toujours) le sourire aux lèvres, la mèche en place, et sans égratignure. Les forbans! Sinon, dans la saison 6, j’espère bien qu’il y aura des cascades avec des poules. Et Anglaises de préférence.   Et qu’on apercevra le « Tire-Bouchon »!… Oui, le Grand, avec le pif et les oreilles qui dépassaient du képi. Car à 44, ce serait l’heure qu’il rentre au bercail, non? Au lieu de faire les Puces à Portebello Market! (Source : mon manuel d’histoire-géo de cours élémentaire 2)   PS: j’ai le coffret Saison 5. Je vais tenter de choper une bonne gastro pour rester cloué à la maison. Comme ça, je me fais tous les épisodes dans la foulée! Pas folle la guêpe!

  10. J2L dit :

    t’es pas encore revenu du cosmos !!! c’est bien, restes z-y !

  11. Pascale dit :

    ‘tain ça craint, tu sais pas nager en plus !

  12. LN dit :

    Je viens de voir les infos du côté d’Oloron, Nay, et Gan, ce n’est pas la joie…Le Gave est dans tous ses états…

  13. Tomaticha dit :

    En tant qu’acteur, c’est déjà quelque chose, mais alors, en tant qu’écrivain…Plus je vous lis, plus je vous apprécie. Merci pour tout et vivement Le Village dans ma télé !

  14. hetre dit :

    C’est vrai que tout le béarn déborde aprèe le lutin des sources. Tu pourrais modérer tes ardeurs.

  15. Guy Gauthier dit :

    Pas bien de se moquer des potes qui te suivent depuis 12 ans pour les anciens et 8 pour les autres…

  16. Bernard Blancan dit :
  17. Bernard Blancan dit :

    Bon, physiquement, je serais quand même plus proche du premier…

  18. Bernard Blancan dit :

    Sinon, le coffret, t’as qu’à le regarder sans l’ouvrir…

  19. Bernard Blancan dit :

    on boit un café ?

  20. Bernard Blancan dit :

    merde, c’est vrai, ça…

  21. Bernard Blancan dit :

    C’est les grandes eaux, là-bas. C’est pour ça que j’ai fait des travaux préventifs ici…

  22. Bernard Blancan dit :

    Ben, va falloir que j’écrive, alors ! 

  23. Bernard Blancan dit :

    ok, ok, mais je ne suis pas certain d’y être vraiment pour quelque-chose…

  24. Bernard Blancan dit :

    On va fêter les 10 ans cette année, ma Guitoune !

  25. Le Guy dit :

    Un peu d’ respect pour l’ ancien y a qu’la Pascale qu’ a le droit, lorsqu’elle est en colère… oui je sais, elle l’est souvent !

  26. Bernard Blancan dit :

    Mes respects, mon nadjudant !

Les commentaires sont fermés.